Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

21/10/2012

Accabadora - Michela Murgia

Accabadora,Michela Murgiu,celle qui donne la vie,celle qui la reprend,us et coutumes sardes,sa femina sardaOmertà sarde

Accabadora nous emmène dans un voyage en terre sarde, dans un lieu où les rituels ancestraux présents dans les villages reculés de Sardaigne ont encore court après-guerre. Tzia Bonaria Urrai, veuve d'un homme qu'elle n'a pas eu le temps d'épouser, sans enfant, recueille en son sein Maria, la petite dernière d'Anna Teresa Listru, une autre veuve à la vie misérable. Un sommaire arrangement entre les deux femmes et la petite fille âgée de 6 ans, jusque-là simple numéro 4, se voit confiée à cette femme vieillie avant l'âge. Sans regrets, elle devient ce qu'on appelle communément en sarde Fill'è anima (fille d'adoption). L'enfant va ainsi grandir dans un cadre privilégié et avoir accès à ce qui n'aurait pu être possible dans sa famille de sang (aisance et éducation scolaire). Une nuit on vient chercher Tzia Bonaria, l'enfant assiste intriguée aux sorties nocturnes de sa mère d'adoption, curieuse, elle pose des questions. Questions auxquelles elle n'obtiendra aucune réponse... Il lui faudra attendre d'avoir grandi et une révélation tragique, celle de son ami d'enfance Andria pour comprendre que Tzia Bonaria est l'accabadora du village.

Michela Murgia aborde dans son roman des thèmes complexes mais jamais simplifiés :

Fill'è anima : un des thèmes forts qu'aborde l'auteure dans son roman est celui des relations filiales au-delà du sang. Un thème qui lui est cher en tant qu'enfant adoptée elle-même. Son roman s'ouvre d'ailleurs sur cette dédicace "A ma mère. Toutes les deux."

A travers la relation entre Tzia Bonaria et Maria Listru, Michela Murgia nous donne à voir ce rapport particulier qui se tisse entre mère et fille adoptive. Une relation pudique où l'une et l'autre s'apprivoisent en douceur. Comment prendre sa place dans cette relation en gardant à l'esprit que la vraie mère ne pourra jamais totalement être remplacée malgré l'attachement. Parce qu'il y aura aussi toujours des gens étrangers à ces coutumes sardes qui ne comprennent pas et doutent du bien fondé de telles pratiques. Alors, Bonaria avec toute sa sagesse saura faire taire par un simple constat logique, sans appel les incompréhensions des uns et des autres :

"Cette histoire d'enfant d'âme est bizarre...

-Et pourquoi donc? interrogea Bonaria d'une voix blanche.

-Maria ne semble pas en avoir souffert le moins du monde. Voit-elle souvent sa famille d'origine?

- Oui, chaque fois qu'elle le demande. Pourquoi aurait-elle dû en souffrir?

Luciana Tellini livra une réponse dans un souffle, comme si elle l'avait remâchée en attendant que la vieille femme se présentât au rendez-vous :

Je ne sais pas. Une chose m'étonne. Quand je demande à Maria de faire le portrait de ses parents, c'est vous qu'elle dessine, non sa vraie mère..." [...]

"A propos des dessins de Maria... Que voulez-vous dire exactement quand vous affirmez qu'elle devrait faire le portrait de sa vraie mère?"

L'institutrice fut stupéfaite par le regard, plus que par les paroles, de la vieille couturière. "Ne vous méprenez pas, je pensais à sa mère naturelle, je ne voulais certes pas déprécier votre relation...

-La mère naturelle de Maria est celle qu'elle dessine quand on lui demande de faire le portrait de sa mère."

Tzia Bonaria fera en sorte que Maria n'oublie pas d'où elle vient malgré cette mère qui a si peu de considérations pour elle. Elle, la couturière sera l'accompagnatrice, celle qui guidera et qui mieux que la mère naturelle aimera et protègera. Telle une bonne fée, elle permettra à cette enfant de se sortir d'une condition miséreuse et d'accéder au savoir. Leur relation mère-fille va se construire dans le silence, celui des nuits où Tzia Bonaria veille l'enfant, celui d'un regard protecteur posé sur Maria partant à l'école. Mais aussi par la parole servie avec sagesse, jamais inutile, prononcée avec force image, s'appuyant sur le bon sens, et toujours avec tendresse. Michela Murgia écrit le respect et l'amour qui découlent de ce lien particulier plus fort que le lien du sang, tout en retenu pourtant. Elle dit aussi, attention aux secrets de "famille", aux non-dits qui peuvent un beau jour être révélés et faire mal, très mal à cette relation filiale de remplacement. La confiance n'est pas un acquis.

S'accabadora : à mots couverts, entre mythe et réalité, la dernière mère "s'accabadora", est une ombre noire dans la nuit qui vient apporter la délivrance aux personnes en fin de vie. Entendez par là, libérer les âmes d'un corps en souffrance. Le terme n'est pas traduit dans le roman, comme un fait exprès, comme pour laisser à chacun le temps de se faire à l'idée de ce qu'il signifie, comme une approche pudique de ce rôle. Regard empli de respect, voir teinté d'un peu de crainte pour cette femme qui assume cette lourde tâche dans le secret des siens. Celle par qui la fin arrive est une figure noble et silencieuse dans sa communauté. On s'efface devant elle. Nul mot, elle oeuvre de manière entendue, en catimini, non que ses actes soient honteux ou répréhensibles dans cette culture mais parce que le passage de vie à trépas n'a pas besoin de publicité, il est exécuté comme un acte de piété. S'accabadora oeuvre pour le bien de la communauté, de manière tacite, en marge de l'église, bien mieux et bien plus reconnue que cette dernière par ailleurs à qui il reste à peine un rôle d'absolution.

Quelle est la part du vrai, celle du conte? Dans ces villages reculés de Sardaigne où parfois il n'y avait pas de médecins, une femme remplissait à la fois le rôle de celle qui faisait venir au monde (allevatrice) et de celle qui aidait à le quitter (s'accabadora) :

"Quand elle avait demandé grâce, les autres femmes avaient obtempéré avec un naturel face auquel l'inertie eût passée pour un acte illicite. Elles n'avaient pas fourni d'explication à Bonaria, laquelle n'en avait toutefois pas besoin pour comprendre que c'était en vertu d'une même logique qu'elles avaient mis fin à la souffrance de la mère et coupé le cordon ombilical du bébé. Dans cette première et amère école de l'expérience, la fille de Taniei Urrai apprit la loi tacite qui veut que seules soient maudites les morts et les naissances solitaires."

(Si vous souhaitez en savoir plus sur l'accabadora, je vous invite à visiter cette page du blog "souvenirs de la Sardaigne").

Personnellement, je me souviens enfant lors de mes vacances estivales en Sardaigne avoir toujours été intriguée (voire inquiétée) par ses femmes âgées, toutes de noir vêtues rencontrées à la tombée de la nuit ou au petit matin et qui me jetaient un regard perçant, me demandant en langue sarde la fille de qui j'étais. Je me souviens de ces paroles sardes échangées dont je ne comprenais pas le sens caché. Je me souviens aussi d'un jour où l'on m'avait emmenée voir cette vieille femme paralysée dans son lit, de cette ambiance solennelle, des bougies, des prières. Etait-ce le prélude à ses derniers instants de vie? Toutes ces femmes en noir m'effrayaient mais j'étais aussi comme Maria curieuse de savoir quels secrets se cachaient derrière les portes qui se fermaient, quand on me disait "tu es trop petite, tu n'as pas le droit de voir ça". Je me souviens aussi les petites chaises posées sur le pas des portes, les anciennes qui se réunissaient et contaient dans cette langue magique et âpre des histoires à vous glacer le sang mais que je redemandais pourtant encore et encore. Je me souviens de ma mère conteuse à sa manière qui aimait à me raconter son enfance, son adolescence, les histoires de son village qui me paraissaient tout droit sorties d'un livre de contes. J'ai souri avec nostalgie en retrouvant dans ce roman ce petit jeu auquel Maria joue avec Anna Gloria et que j'ai vu ma mère pratiquer souvent pour amuser les petits :

"custu est su procu, custu dd'at mottu, custu dd'at cottu, custu si dd'at pappau et custu... mischineddu! No ndi nd'est abbarau!"

Leçon d'humilité? A l'aube des révélations, dans l'affrontement verbale entre la jeune femme qu'est devenue Maria et Bonaria qui n'est plus non plus la mère d'adoption mais s'accabadora, je me suis demandée ce qu'il me fallait retenir arrivée à ce point de l'histoire. Probablement ceci : ne pas trop s'empresser de juger les décisions et actions de chacun parce que la vie parfois nous amène à faire des choix que nous n'aurions jamais cru avoir à faire...

"Ne dis pas : fontaine, je ne boirai pas de ton eau. Tu pourrais te retrouver plongée à l'intérieur sans même savoir comment tu y es arrivée. [...] Quand le moment viendra, Maria, tu découvriras en toi des aspects insoupçonnés."

 

Michela Murgia est issue de cette terre sarde à la tradition orale bien ancrée, de cette Sardaigne qu'elle nomme "île des histoires". C'est une conteuse écrivain qui détient la magie des mots et qui nous les livre avec pudeur et fierté.


Cette lecture s'inscrit dans une LC avec Ingrid et Clédesol. Retrouvez leurs chroniques
ici et . Merci les filles pour ce partage!

Commentaires

J'ai encore plus envie de le lire qu'avant! Très bel article! Quand je pense à toute l'énergie que tu y as mise... Je suis heureuse de voir que ça n'était pas pour rien!

Écrit par : Soundandfury | 21/10/2012

Merci Sound! Il m'aura fallu du temps effectivement pour trouver les mots afin d'exprimer mon ressenti sur cette lecture. Contente de voir que le résultat final te plaît et que surtout il te donne encore plus envie de lire ce roman :) Tu pourras me l'emprunter prochainement ^^

Écrit par : C'era una volta | 21/10/2012

En tout cas, les mots, je peux te dire que tu les as trouvé ! C'est une superbe chronique, et un très bel avis. Tu me donnerai presque envie de le relire. Mission accomplie !!!

Écrit par : clédesol | 22/10/2012

Merci clédesol :) Je suis contente d'avoir partagé cette lecture avec toi. C'était un vrai bon moment! On renouvelle quand tu veux ^^

Écrit par : C'era una volta | 22/10/2012

C'est un tout autre ressenti que le mien, forcément mais il est tout aussi poignant, fort et authentique ! On sent que le talent de conteuse de l'auteure t'a touchée, peut-être même plus profondément, toi qui a un vécu et des souvenirs de cette terre sarde, de cette langue et de ces femmes en noir. Magnifique chronique !

Écrit par : Ingrid Fasquelle | 22/10/2012

Mais c'est ce qui est intéressant, la différence de ressentis :) Je crois qu'une bonne part de moi est attachée à cette tradition orale du conte et à l'enchantement qui en découle. Et Michela Murgia quand elle écrit c'est comme si elle parlait, j'ai entendu plus que je n'ai lu cette histoire.
J'ai beaucoup aimé approfondir cette lecture en allant fouiner sur internet au sujet de l'accabadora et aussi lire et écouter diverses choses sur l'auteure. Je pense d'ailleurs que je lirai ses autres romans.
Merci pour le compliment :)

Écrit par : C'era una volta | 22/10/2012

Tu en parles à merveille... C'est un sujet difficile, et une nouvelle lecture que j'ai très envie de découvrir ! Cette relation entre la fille adoptive et la mère, les non-dits, et une culture dont j'ignore tout sont autant de points qui me motivent !

Écrit par : solessor | 22/10/2012

Je souhaite vraiment que tu puisses aller à la rencontre de cette culture au travers de ce roman Sol'. C'est une belle histoire certes contée mais très proche de la réalité sarde de l'époque. Tu me diras ce que tu en as pensé si tu le lis :)

Écrit par : C'era una volta | 22/10/2012

j'ai adoré ce roman qui parle de choses que l'on cachent par pudeur et peur, une grande leçon

Écrit par : pom' | 25/10/2012

actes plus tus que "cachés" à fortiori. Fonction connue et reconnue de tous dans la communauté villageoise, œuvrant en douce, pudiquement et avec humilité.
Merci de ton passage ici Pom'

Écrit par : C'era una volta | 25/10/2012

Bonjour,
Je viens de Babelio où j'ai lu ton beau billet. Nous devons avoir des souvenirs en commun car je retrouve quelques vécus de ma jeunesse avec ma grand-mère. Pas en Sardaigne, mais en Corse. Je n'ai jamais entendu ce nom Accabadora dans ma Balagne... nous n'avons peut-être pas ce personnage.
Ce fut une très belle lecture.

Écrit par : Syl. | 26/10/2012

Bonjour Syl. et bienvenue :) La Corse et la Sardaigne sont en quelque sorte des sœurs de cœur et je ne doute pas que nombre de traditions sardes trouvent un écho corse. Les souvenirs liés à nos îles respectives, tu seras d'accord avec moi pour le dire, sont merveilleux et inoubliables. Même sans être née là-bas, l'attachement à cette terre est puissamment ancré en moi. C'est un plaisir que de retrouver au travers de certains romans des histoires qui résonnent fort en nous ^^
Merci pour ton passage ici.

Écrit par : C'era una volta | 26/10/2012

Les commentaires sont fermés.