Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

02/11/2012

Le destin miraculeux d'Edgar Mint - Brady Udall

le destin miraculeux d'edgar mint,brady udall,tête écrabouillée,enfantnmiracle,hôpital,pensionnat,dieu m'a donné la foi puis me l'a reprise,roman initiatiqueY a pas marqué La Poste!

"Tu as quelque chose de spécial en toi, Edgar, un destin à accomplir."

Le destin miraculeux d'Edgar Mint nous raconte un pan de vie, celui du jeune Edgar Mint, petit garçon métissé (de mère indienne alcoolique et d'un aspirant cow-boy blanc qui n'assumera pas sa paternité) ayant survécu à l'écrasement de son crâne par la jeep du facteur à l'âge de 7 ans. De la réserve apache de San Carlos où il vivait avec Grand mère Paule après que sa mère l'ait abandonné, en passant par l'hôpital Ste Divine de Globe où il rencontrera quelques personnages hauts en couleur qui le suivront dans son évolution de manière plus ou moins pressante et bienveillante, jusqu'au pensionnat Willie Sherman, véritable enfer pour petits indiens rebelles et/ou orphelins où, entre souffre-douleur et amitié à la vie-à la mort, le petit Edgar perdra son innocence et sa naïveté ; l'Edgar adolescent trouvera la foi et sera ensuite placé chez une famille mormone, les Madsen de Richland. Mais, comme si chaque havre de paix trouvé lui était interdit, Edgar devra s'arracher à cette famille aimante et poursuivre son chemin avec pour ultime but retrouver le facteur qui lui avait roulé dessus et le libérer de sa culpabilité. Sa quête s'achèvera devant une porte à Stony Run, porte qui une fois entrouverte lui révèlera ce passé oublié d'avant ses 7 ans, avant que sa tête soit écrabouillée. La boucle sera ainsi bouclée.

Udall comme Irving avec Une prière pour Owen a su complètement me saisir par cette histoire. Deux auteurs américains différents, deux destins d'enfant différents et, si Irving a poussé plus loin dans l'histoire d'Owen pour nous raconter aussi sa vie d'homme, Udall s'est lui arrêté aux marches de celle d'Edgar nous laissant tout juste entrevoir ce qu'elle serait. J'ai ressenti à la lecture de ce roman ce que j'avais ressenti à l'époque de ma lecture du roman d'Irving, une profonde immersion dans l'histoire, une profonde empathie pour cet enfant. Un flot d'émotions qui me balayaient au fil des pages. Tantôt navigant en eaux tumultueuses, parfois en eaux paisibles, souvent en eaux troubles. Scrutant pages après pages cet horizon inquiétant qui se profilait pour Edgar, craignant de le voir englouti jusqu'à ce qu'enfin le livre se referme. Jamais je n'ai cédé à l'ennui. Ce roman, je le sais, va profondément me marquer comme cela avait été le cas pour celui d'Irving. Je me sens encore toute remplie de ces émotions qui m'ont traversée de part en part : sourire, rire, larmes, appréhension, révolte. A la fois tendre et dur, drôle et triste, doux mais horrible Le destin miraculeux d'Edgar Mint est un roman à vivre qui prend aux tripes!

Certains pourraient être gênés par le procédé de narration employé, alternance entre la voix d'Edgar "je" et la voix à la troisième personne "Edgar..." Peut-être un fait-exprès, fragmentation de l'esprit d'Edgar qui se regarde agir et tape noir sur blanc sa vie à la machine à écrire en nous la donnant parfois à lire. Udall montre au travers de ce destin d'enfant métis qui vient croiser d'autres destins aussi tragiques que le sien, toute la misère humaine d'une Amérique profonde avec ses minorités indiennes, ses êtres en perdition, blessés de la vie, mais qui toujours gardent en eux une forme de foi. Ce roman ne serait rien sans certains personnages. Je songe au Dr Pinkley, à Art, à Jeffrey, au directeur Whipple, à Nelson et Dents pourries, à Cecil, à la famille Madsen, à Rosa...

Extrait d'un passage qui m'a bouleversée parce qu'il sonne tellement juste, parce qu'il a aussi trouvé une résonance en moi :

"J'empoignai ma chemise et essayai en vain de la déchirer. Depuis l'instant où nous avions quitté le centre de détention, je ne cessai de prier, suppliant Dieu d'effacer tout ce que la femme avait dit à Clay. Dans la cabine du pick-up, puis en longeant les couloirs interminables de l'hôpital, j'avais conclu des marchés, promettant à Dieu de ne plus jamais pêcher s'il faisait en sorte que ce soit une erreur, un mensonge, un malentendu. J'aurais voulu avoir ma machine à écrire pour mettre mes promesses noir sur blanc afin qu'elles prennent un caractère définitif. Les mots que je murmurais dans le secret de mes paumes disparaissaient sitôt franchi le seuil de mes lèvres, mais je continuais quand même à les dire avec toute la foi que je puisais en moi : Je T'en supplie, je ferais n'importe quoi, je donnerais n'importe quoi pour que ce ne soit pas vrai, je T'en supplie. Mais il était bien là, la mort inscrite sur tout son corps en lignes d'ombre et de lumière. [...] Je voulais pleurer, rire ou crier, protester, mais les os et les muscles tétanisés, je me tenais là, tremblant de rage, tandis que bruissait le sac de Dum Dum serré dans mon poing.

En un instant, les minuscules flammes de croyance et d'espoir que j'avais allumées dans cette pièce s'éteignirent, ne laissant dans ma poitrine qu'un désir calciné, froid comme des cendres. Je voulais tuer le Dieu qui avait fait cela à [...], qui m'avait fait cela à moi. Il pouvait peut-être me pardonner d'avoir voler, me pardonner tous mes autres pêchés, mais moi, je ne LUI pardonnerais jamais cela."

 

Je remercie Soundandfury de m'avoir permis de découvrir cet auteur dont maintenant j'ai une terrible envie de lire les autres oeuvres! Une lecture pour une LC particulière : échanges autour du livre, lecture à une voix - la mienne ou la sienne - même si j'avoue que j'ai ensuite monopolisé le livre parce que j'ai adoré ça lire à voix haute pour quelqu'un, mais j'ai aimé écouter aussi ^^. Je disais donc lecture à une voix pour 4 oreilles (vive les nouvelles technologies qui permettent ce type d'échange à distance!). Retrouvez ici son avis (n'hésitez pas, c'est un billet avec des mots qui sonnent très justes) :)

Commentaires

Je l'avais repéré et j'avoue que j'ai pris peur en lisant la quatrième de couverture ! J'ai l'impression, à la lecture de ton billet, que le roman foisonne d'émotions, toutes différentes, et c'est ce que j'aime ! Sans doute faudra-t-il que je pense à me le procurer (un de plus ou un de moins...) !

Écrit par : Ingrid Fasquelle | 02/11/2012

Tu ne devrais pas regretter Ingrid, ce livre est un condensé de riches émotions! Et puisque tu l'avais déjà repéré alors je ne fais que précipiter un peu plus ton envie de le lire :)

Écrit par : C'era una volta | 02/11/2012

Un roman que j'avais beaucoup aimé malgré son côté étrange.

Écrit par : Alex-Mot-à-Mots | 03/11/2012

mmh tu entends quoi par "étrange" Alex? Au moins tu l'auras apprécié ^^

Écrit par : C'era una volta | 03/11/2012

Ah, Alex et ses commentaires laconiques... :)

Et toi, Ingrid, qu'est ce qui t'avait fait peur? Le drame sur lequel s'ouvre le récit? Je dois dire que ça n'est pas tout rose, l'histoire de ce gamin. Mais quelques personnages, comme Art, le copain de chambrée à l'hosto ajoutent une touche de tendresse au récit.

Il est superbe ton article, C'era, surtout le premier paragraphe qui est un vrai bijou. Comme je te le disais tout à l'heure, j'aime ton écriture, épaisse, dense, sérieuse. Je te l'envie et je suis heureuse d'avoir rencontré une passionnée de lecture, comme moi, qui sache si bien partager.

A notre première lecture téléphonique ^^

Écrit par : Soundandfury | 04/11/2012

Oui, la présence de certains personnages (qui ne sont pourtant pas eux-mêmes épargnés par la vie) viennent véritablement apporter une touche de tendresse dans ce roman. Ombres bienveillantes sur le petit Edgar...

Je te remercie pour les compliments même si tu sais ce que je pense, à savoir que tu n'as rien à m'envier!!! N'oublie pas que c'est ton blog parcouru pendant des mois et nos échanges livresques qui m'ont communiqués l'envie de partager mon ressenti et de bien le faire ^^

A notre première lecture téléphonique (qui sait on va peut-être lancer une mode?) et à toutes les suivantes!!!

Merci encore une fois pour cette découverte :)

Écrit par : C'era una volta | 04/11/2012

Les commentaires sont fermés.