Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

11/11/2015

L'invisible - Robert Pobi

l'invisible,robert pobi,thriller,psychopathe,dépeçage humain,l'invisible sous nos yeux,puzzle artistiqueTel est pris celui qui croyait prendre

L'enfant prodigue, Jack Cole, agent spécial du FBI, revient au pays ; son père, l'éminent peintre Jacob Coleridge, s'est gravement brûlé les mains au cours de ce qui semble être une crise de démence. Ce n'est pas que Jack porte son père dans son cœur, mais il se sent obligé d'être là pour lui, en souvenir de sa mère.
Coïncidence ou pas, lorsque les corps non identifiés d'une femme et d'un enfant sont retrouvés écorchés vifs dans une maison du coin, c'est à l'expertise de Jack Cole que le shérif Dan Hauser fait appel, ignorant tout des démons passés et présents de cet homme.


Je me suis laissée porter par le rythme, sans vraiment tout voir venir, reléguant les informations au second plan, en position attentiste je crois. Ce n'est pas que je n'ai pas vu venir le dénouement, il s'imposait tel quel. Simplement, l'auteur, porté par la voix de son narrateur, a réussi à me faire envisager d'autres pistes, douter donc.

A postériori, le lecteur se prend à refaire une partie du chemin et se dit "mais bien sûr!" Tout était là. Ces ficelles-là ne sont pas innovantes, nous les retrouvons souvent fort bien exploitées au cinéma. Il n'empêche, ici ça a plutôt pas mal fonctionné.

Pourquoi l'auteur a choisi d'insérer dans son thriller la menace météorologique d'un ouragan faisant passer Katrina pour une vulgaire bise? Renforcer l'ambiance, apporter plus de tension encore, créer un sentiment d'urgence? Visuellement, ça peut fonctionner. Ici, je trouve que ça retombe un peu comme un soufflet et que ça n'apporte pas grand chose à l'intrigue.

La piste artistique quant à elle est plutôt pas mal vue, questionnant le lecteur sur l'intégrité mentale du père, révélant sa complexité. Un puzzle invisible aux yeux de tous, mis à jour par la seule personne apte à le lire et qui vient alors tout bouleverser de ce que l'on sait du passé et du présent.

Le personnage de Jack Cole n'est pas si mal en soi, même si un tantinet caricatural dans le genre. Trop sombre et "envahi" pour être sympathique mais pas non plus désagréable. Intrigant, complexe à l'image de Jacob Coleridge. Le shérif Hauser est celui qui a emporté mon capital sympathie. Toutefois, je l'aurais aimé encore plus perspicace, plus tranchant mais, à priori, jusqu'à un certain point il se devait de rester au second plan.

Pour peu qu'on ait du temps devant soi, ce thriller se lit vite. Je lui ai trouvé toutefois quelques passages un peu longuets mais rien de rédhibitoire. En somme, un titre qui ne révolutionne pas le genre mais qui permet de passer quelques heures agréables.

"« Les types comme Francis Collins estiment que Dieu a dû être mêlé à notre création parce que la moralité existe. J’examine notre foutue espèce et je ne vois absolument pas de quoi il parle. L’histoire de ce monde – surtout l’histoire religieuse – est un infâme bain de sang. » Jake secoua la tête. « Donc, non, je ne crois pas au diable. Je n’en ai pas besoin, l’homme a commis suffisamment d’horreurs pour m’impressionner. Donnez aux humains la possibilité de se comporter de façon monstrueuse et vous ne serez jamais déçu. »"

"Mais ce meurtre-ci rentrerait dans la légende. Il avait entendu dire que chaque flic rencontrait dans sa vie une affaire qui éclipsait toutes les autres. Qui donnait envie d'abandonner le boulot. Peut-être pour aller poser des plaques de plâtre à la place. Et Hauser savait déjà que celle-ci serait la sienne."

"Il n'y a pas de vie après la mort. Il n'y a pas de lutin, pas d'illuminations religieuses, pas de visiteurs extraterrestres. Il n'y a que des ruptures psychotiques avec la réalité, des hallucinations provoquées par des substances chimiques et, surtout, il y a de bons vieux mensonges à la con."

l'invisible,robert pobi,thriller,psychopathe,dépeçage humain,l'invisible sous nos yeux,puzzle artistique

Commentaires

Je passerais donc. Je ne suis pas fan des thriller/policier et donc si il est moyen ce n'est pas pour moi ^^. *Marie*

Écrit par : Les sorcières | 12/11/2015

Répondre à ce commentaire

Après d'autres avis fort mitigés comme le tien, je ne pense pas que je le lirai.

Écrit par : Alex-Mot-à-Mots | 12/11/2015

Répondre à ce commentaire

@Les sorcières (Marie) : il se laisse lire mais il y a effectivement tellement de meilleurs thrillers que faire l'impasse sur ce dernier n'est pas impossible ^^
@Alex : même réponse qu'à Marie :p

Écrit par : c'era una volta | 30/11/2015

Répondre à ce commentaire

Un ouragan qui retombe comme un soufflet..., dommage en effet ^^ Quand les éléments s'en mêlent et plombent l'ambiance d'un récit, et surtout quand c'est bien fait, ça peut marcher, mais lorsque c'est mal exploité... ça fait pschitt ! :)
Déjà pas très fan du genre, je passe pour celui-ci. D'autant que comme tu le dis, d'autres méritent sans doute que je m'y intéresse davantage, et je ne les compte plus ^^ A bientôt !

Écrit par : Lupa | 19/12/2015

Répondre à ce commentaire

Justement j'avais beaucoup aimé cette lecture et contrairement à mon père je n'avais pas du tout vu venir la fin.
Je suis entrain de lire son nouveau roman :D (enfin je viens de commencer donc difficile de me faire un avis mais ça commence sur les chapeaux de roues.)).
presque 4 ans après ma lecture de l'invisible je pense que je vais aller relire mon avis.

Bises

Écrit par : anne charlotte | 13/02/2016

Répondre à ce commentaire

@Lupa : disons que je n'en ai pas vu l'intérêt... ça n'engage que moi ceci dit :)
Ah oui tu n'es pas fan du genre? ^^ Tandis que moi, c'est plutôt ma zone de confort les thrillers ^^
A bientôt de se recroiser ici ou ailleurs Lupa.

@Anne-Charlotte : Il faudrait que j'aille fouiller sur ton blog, voir ce que tu en disais.
Ce n'est pas un titre qui m'a surprise outre mesure, il m'aura au moins permis de passer un bon moment et c'est déjà ça :)

Écrit par : c'era una volta | 17/02/2016

Répondre à ce commentaire

Écrire un commentaire