Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

22/09/2012

Fahrenheit 451 - Ray Bradbury

lecture commune,partage livresque entre livraddictiens,échanger autour d'un livre c'est chouette!Un livre et je m'enflamme!

Fahrenheit 451 est ma 1ère LC (lecture commune) Livraddict, Felina en est l'organisatrice. Grand bien lui en a pris car j'ai vraiment apprécié cette lecture et l'échange qui en a découlé, en découle, en découlera?

Guy Montag est un pompier d'une nouvelle ère "aseptisée" par le feu, où tout ce qui n'est pas de l'ordre d'un plaisir abrutissant et dénué de sens a fini par être interdit : lire, marcher, regarder autour de soi, se poser, admirer, humer, discuter avec profondeur.
Ainsi, avec son équipe, la brigade451 comme je l'appelle, il met avec fanatisme le feu aux livres, aux maisons qui les cachent et à leurs propriétaires pour peu qu'ils soient récalcitrants. Jusqu'au soir où il rencontre la jeune Clarisse qui fait fi des interdits, qui vit et ressent les choses, qui s'interroge, qui se laisse interpeller par ce qu'elle voit, sent et qui l'interpelle lui, sans peur, presque avec défi (oui lui le représentant omnipotent de cet ordre nouveau). Elle le regarde droit dans les yeux, lui donne existence et ravive en lui la conscience des choses.
Cette rencontre dans un monde si impersonnel va bouleverser notre homme.

Parenthèse interprétation : Clarisse c'est Eve, Montag c'est Adam, le livre c'est la pomme et si elle, Clarisse, ne lui tend pas le fruit défendu, elle éveillera toutefois en Montag suffisamment d'intérêt pour cette connaissance qui représente tout ce qui, veut-on nous faire croire, peut mener l'Homme/l'homme à sa perte et causer son malheur. Elle lui donnera en tout cas le courage d'aller au bout de ce que ses mains avaient commencé à cacher à son insu...

Comment ne pas aimer ce roman d'anticipation? J'ai lu ici et là qu'on parle de dystopie pour le qualifier (bon shame on me, avant de débarquer sur Livraddict, je ne connaissais même pas ce mot...). Moi je le définirais par roman "avant gardiste" (parce que ce terme au moins il me parle).
Cette critique faite par Bradbury et datant des années 50 d'une société futuriste "décérébrée" est "intemporelle", tristement toujours autant d'actualités.

Comment ne pas réagir à ce qui est "dénoncé"/"annoncé" ? l'abrutissement des masses par les médias et autres "reality shows" ; l'isolement ou les faux rapports dans lequel quelque part peuvent nous plonger les réseaux sociaux sur le web ; les autodafés de livres dans des pays totalitaires qui refusent au peuple le droit à la réflexion, à la remise en question, à la discussion, à la connaissance ; où n'est donnée pour vérité que ce qui est distillé par le pouvoir lui seul (un pouvoir qui vise à tout contrôler par la violence, la menace, le "rebattage" d'oreilles).
Que dire de cette peinture de société où la considération pour l'être humain est réduite à néant?
La violence gratuite en bande organisée. "Oh ben tiens, ce soir je m'ennuie, je sors avec mes potes et je tue le 1er pelot que je croise en chemin"... Cela vous paraît trop gros? Pourtant ça arrive régulièrement aujourd'hui... La délation entre voisins, ça n'évoque pour vous que la chasse aux sorcières aux US ou ce qui se passait en Europe pendant la guerre 39/45? Pourtant ça a court de nos jours et c'est parfois même encouragé... Les chasses à l'homme télévisées où l'on prend à témoin la population, du délire? Non, non ça existe bien...
Ah! Je m'enflamme, je m'enflamme!!! Ce livre touche quelque chose en moi, éveille une conscience, "allume la flamme" (comme le dit Chambon dans sa préface) et ça gronde à l'intérieur :p

Bradbury évoque surtout dans son roman la mise à mort du papier, du livre... il a ouvert là un débat sur la crise du roman qui, sur fond de crise culturelle, a secouée l'Amérique dans les années 60. En tant qu'écrivain nul doute que ce débat dont son livre se faisait l'écho par anticipation lui tenait à coeur et qu'il a cherché à ouvrir les yeux de ses contemporains sur ce qu'il pressentait de dangereux dans les nouveaux loisirs, les nouvelles technologies.

Si le coeur vous en dit, allez lire cet article de Bertrand Gervais sur la mort du roman sur lequel je suis tombée en faisant une vague recherche sur la mort du livre, je l'ai trouvé très intéressant et très proche des réflexions qu'amènent Fahrenheit 451. En voici une citation : "Le livre ne sera peut-être plus jamais le même, mais la culture dont il est l'expression continuera sa route."

Bien, outre le thème abordé j'ai aussi aimé le style imagé, métaphorique de Fahrenheit 451. Que ce ne soit pas une écriture (science)fiction pure et dure dont je ne suis pas spécialement "adepte" m'aura sûrement permis de rentrer plus intensément dans la réflexion. Je trouve ce roman tout à fait contemporain. Finalement, je me rends compte que j'aime de plus en plus ces livres où le "héros" pense plus qu'il ne parle (agit plus qu'il ne dit).


Si vous avez vu le film "Equilibrium" (avec Christian Bale) vous ne manquerez pas de faire le rapprochement avec Fahrenheit 451. Et encore une fois, c'est de la femme que partira la révolte... (vive nous! :p)

Voici un parmi tous les passages que j'ai aimé :
"Debout à côté de Montag, Granger regardait dans la même direction. "Chacun doit laisser quelque chose derrière soi à sa mort, disait mon grand-père. Un enfant, un livre, un tableau, une maison, un mur que l'on a construit ou une paire de chaussures que l'on s'est fabriquée. Ou un jardin que l'on a aménagé. Quelque chose que la main a touché d'une façon ou d'une autre pour que l'âme est un endroit où aller après la mort ; comme ça, quand les gens regardent l'arbre ou la fleur que vous avez plantés, vous êtes là. Peu importe ce que tu fais, disait-il, tant que tu changes une chose en une autre, différente de ce qu'elle était avant que tu la touches, une chose qui te ressemble une fois que tu en as fini avec elle. La différence entre l'homme qui ne fait que tondre le gazon et un vrai jardinier réside dans le toucher disait-il. L'homme qui tond pourrait tout aussi bien n'avoir jamais existé ; le jardinier, lui, existera toute sa vie dans son oeuvre.""

Pour encore plus d'avis/d'échanges voici les autres articles des participants de la LC :

Lizouzou

BeL

Soundandfury

Felina

Lecturesetcie

Ramettes

StupidGrin

Livrons-nous

Choulie

Dex

Kyeira

J.a.e_lou

Piplo

Mack

Nelly17

 

Felina, merci encore pour cette invitation à relire ce Grand classique de la SF.

 

Commentaires

"avant gardiste?" il est pas un peu galvaudé ce terme? En le lisant je pense étrangement à de vieux trucs poussiéreux.... Ahahah
Tu as vu, j'ai réussi à faire tout mon article en évitant soigneusement le mot "dystopie" pour ne pas avoir à m'interroger dessus. Un nouveau pas vers une société de paresse intellectuelle.

Pas mal ton idée d'Adam et Eve! Et tu as réussi à me la cacher jusque là... !

Et quand j'ai lu ce que tu écrivais sur les réseaux sociaux, au début je n'ai pas compris, mais ensuite j'ai songé aux écrans sur les murs, avec ces personnes inconnues mais que la femme de Montag nomme "famille" et j'ai eu un vrai frisson, parce que c'est exactement ça. Les amis facebook que l'on a jamais vus... Les romans de SF font parfois peur, dans de petits détails, tant ils tombent juste.

Alors, que comptes-tu faire de ta conscience éveillée? :) Ne la laisse pas se rendormir, hein?

Je n'ai pas encore été lire l'article dont tu parles (il y a fort à faire ce matin avec toute la LC!) mais si je comprends bien, quelque part il dégonfle le drame soulevé par Bradbury puisqu'il dit que le livre en lui même n'est qu'un vecteur et qu'on en trouvera un autre?

Je termine sur nos deux points de désaccord: le rôle du pouvoir dans le livre, que je sens moins que toi. J'ai vraiment l'impression qu'il n'y a dans cette triste évolution que la main de monsieur tout le monde.
Et le rôle de la femme (parce que je me Jocelynise de plus en plus! :s ):
Tu trouves ça normal toi d'avoir un beau personnage comme Clarisse qui est réduite à un rôle certes essentiel, mais bref, pour que tout le mérite de la révolte retombe sur l'homme?
Les autres femmes du roman sont pires que les autres hommes!!

Écrit par : Soundandfury | 22/09/2012

"galvaudé"... Pitêtre, mais au moins je le comprends :p
Dystope : tu as vu j'ai mis un lien vers la définition (pour les non initiés comme moi)...

Education judéo-chrétienne oblige... faut croire que j'en ai gardé des traces ^^

Les réseaux sociaux... le pire c'est d'en avoir conscience et d'y participer malgré tout non? Je me persuade qu'il y a du bon malgré tout dans les échanges qu'ils génèrent, dans le lien parfois ténu qu'ils permettent de garder avec la famille, les amis éloignés, dans le fait de me sortir un peu de moi.

Ma conscience éveillée va probablement s'endormir jusqu'au prochain livre qui la sortira de sa torpeur... ou de rencontrer des personnes "à secouer"...

Il dédramatise les choses oui, il me semble avoir compris qu'il nous explique que tout est un cycle et que tout meurt pour renaître (euh, à part nous peut être?)

Mais je suis d'accord, tout ça a commencé par les hommes, cela a été une lente agonie MAIS au moment où nous entrons dans l'histoire, on comprend bien que le pouvoir en place qu'incarne Montag, Beatty a fixé des interdits et que, sous peine de les enfreindre, il y aura arrestation et destruction des Biens.
Non, c'est vrai le personnage de Clarisse s'efface trop rapidement MAIS c'est pourtant son image qui nous poursuit, ses paroles, c'est elle qui éveille ce pantin de Montag (il n'a pas de consistance au final ce type).
Les autres femmes... OMG, faces à baffes! (en même temps nous sommes dans les années 50 et le Women's Lib (aux US) et le MLF (en France) n'avaient pas encore fait parler d'eux) ^^

Écrit par : C'era una volta | 22/09/2012

Je suis d'accord avec ton article. La "famille" fait froid dans le dos. Toute cette société est aseptisée. Le pouvoir y est pour beaucoup car sous couvert de n'avoir aucun conflit, il brûle les livres pour éviter les débats et la réflexion. Et moins il y en a, moins il y a d'opinions différentes et c'est un cercle vicieux. Alors vive les Lectures Communes ! ;)
Mais c'est vrai que le rôle de femmes est au minimum... et encore ! J'aurais aimé que la femme de Montag se révèle et arrête de s'abrutir... mais finalement il n'y a eu que Clarisse qui a dynamité un peu ! Et bien vu pour Adam et Eve ;)

Écrit par : beL | 22/09/2012

ahahah, oui beL vive les LC et les échanges qui en découlent :) Vive nous d'abord !

La femme de Montag était une cause perdue... lobotomisée. Et je ne comprends même pas qu'à la fin il puisse encore s'inquiéter d'elle...

Clarisse était apparemment issue d'un milieu qui déjà portait en lui une forme de conscience, de révolte et à un âge où peut être encore on se rebelle contre les interdits, où on veut ressentir les choses à fond, vivre.

Écrit par : C'era una volta | 22/09/2012

C'est chouette je trouve quand un livre arrive à nous transporter comme cela semble être le cas pour toi avec celui ci, même si ce n'est pas le cas pour ma part. En tout cas, ton article va sûrement encourager tes lecteurs à se plonger dans Fahrenheit 451...

Écrit par : Lecture et cie | 22/09/2012

Merci Lecture & cie :) Y a des classiques pour lesquels peu importe l'adhésion, il est bon de les avoir lu, tu seras peut être d'accord avec moi? Et oui, c'est une forme d'encouragement que de donner envie à d'autres de lire un livre qu'on a "commenté" :)

Écrit par : C'era una volta | 22/09/2012

Bien vu la reference a Adam et Eve :D
Comme toi avant livraddict je connaissais rien aux termes, pour dystopie j'en avais entendu parler mais bit lit et chick lit, j'etais euh "???".

Sinon article très intéressant, qui ne manquera pas d'encourager tes lecteurs (j'aurais bien aimée lire ton avis avant de commencer a lire le livre :p ça m'aurait permis de le lire avec un regard je pense plus positif dessus ^^).

Écrit par : Stupidgrin | 23/09/2012

(ok je suis assez "fière" de moi pour avoir sorti de mon esprit cette référence à Adam et Eve... Merci de l'apprécier :p)
Alors chick litt maintenant je sais ce que c'est parce que j'ai lu "Je n'irai pas chez le psy pour ce con"... Bit litt est encore très confus... (???)

Même si j'ai envie bien sûr que mon avis amène mes "lecteurs" à apprécier autant que moi mes lectures, je reste prudente parce que ça reste somme toute un avis très personnel. Et que lorsque on encense un livre, on risque de mettre comment dire... trop d'attente derrière et, d'entraîner la déception si la personne n'est pas autant touchée qu'on l'a été.

Mais je suis quand même contente de voir que mon billet t'a plu, c'est déjà quelque chose ^^

Écrit par : C'era una volta | 23/09/2012

Tu as gagné, ton avis, me donne vraiment envie de le lire, je pense que je vais essayer !!!
Merci pour ton enthousiasme !

Écrit par : clédesol | 23/09/2012

:p clédesol, si tu veux va lire les avis des autres potines de LC, tu verras que certaines sont un tantinet moins enthousiastes, même si je crois que nous nous sommes pour l'instant toutes accordées pour dire que Fahrenheit 451 amène à réfléchir et que ça reste un classique à lire ^^
Merci à toi pour ta visite :)

Écrit par : C'era una volta | 23/09/2012

Un roman que j'avais beaucoup aimé lire adolescente, il m'en reste un souvenir fort.

Écrit par : Alex-Mot-à-Mots | 23/09/2012

Dommage que de mon côté j'ai oublié les 3/4 de mes lectures ados... Fahrenheit 451 est de ces livres qui laissent une empreinte indélébile je pense :)

Écrit par : C'era una volta | 23/09/2012

Eh bien quel enthousiasme ! Très belle chronique ! On voit que tu as apprécié cette lecture !
J'ai bien aimé tes comparaisons et tes métaphores !

Bref, je l'ai lu en même temps que toi mais tu me donnerais presque envie de le relire ^^

Écrit par : Lizouzou | 23/09/2012

Oui hein tu as vu Lizouzou. Je me suis laissée emporter je crois :p Merci à toi aussi pour ton appréciation :) (je me donne envie de le relire moi aussi... ahahah je me moque de moi même, mais c'est vrai, je le relirai probablement un jour... si je sens que ma conscience de lectrice s'endort ^^)

Écrit par : C'era una volta | 23/09/2012

J'avais lu l'article de Soundandfury, et du coup le tien donne un autre aspect, ressenti du livre. On sent que ça t'a touché, et ton article est super, vraiment. C'est chouette de voir que tu t'enflammes un peu, ( et le terme est choisi =) ) parce que c'est pour ça qu'on lit, je crois, pour ressentir les choses de manière forte. Donc si ce roman t'a fait ressentir tant de choses alors qu'il parle de la mort du livre, je trouve la mise en abyme plutôt sympa.

Écrit par : DoloresH | 25/09/2012

Oui avec Sound on a 2 points de vue un peu différent mais ça rend les échanges encore plus riches et intéressants :)
C'est vrai que cette lecture m'a touchée mais en même temps, il le faut qu'une telle lecture touche, qu'elle fasse réagir parce que si ça, ça n'éveille rien alors quoi? Y a des lectures juste pour le plaisir, d'autres juste pour se vider la tête et ne pas réfléchir, pour le plaisir et il y en a qui mêlent le plaisir et la réflexion. Tant mieux ^^
Peut-être que mon histoire personnelle me rend aussi beaucoup plus sensible aux choses, je sais pas mais tant qu'il y a du ressenti c'est qu'on vit ! Merci pour ton com miss (mise en abyme, je retiens c'est tout à fait ça!)

Écrit par : C'era una volta | 25/09/2012

J'ai adoré ton image d'Adam & Eve. C'est excellent. Je revois la scène de façon tout à fait différente maintenant. Le truc des réseaux sociaux j'y ai aussi pensé lors de la lecture, et surtout à FB. Mais je n'ai pas tout dit dans mon billet car autrement j'y serai encore. Plus je lis les billets de chacun plus je me dis que c'est un roman très intéressant sur lequel discuté et qu'il y a beaucoup à en dire. En tout cas, merci de ta participation enthousiaste à ta première LC. PS: pour dystopie, avant Livraddict je ne connaissais pas non plus, mais je trouve que ça correspond bien. ^^

Écrit par : Lilly | 25/09/2012

Merci Felina encore une fois de m'avoir donné l'opportunité de participer à cette LC de qualité que ce soit par cette lecture, la réflexion qu'elle amène et les échanges qui en découlent :)

Je suis d'accord avec toi, il y a beaucoup à dire, à discuter autour de ce livre et tout ne pouvait être dit dans nos avis ^^

Écrit par : C'era una volta | 26/09/2012

Bonjour :)

Et ben on est deux à s'être enflammée pendant la rédaction de notre avis :)
Je rejoins quasi en tout point ton avis. On a du avoir pas mal de références (personelles ou non) en commun.
Et je pense bien que je le relirai encore plusieurs fois (du genre assez régulièrement, pour voir si ça me fait encore les mêmes effets ^^).
A quand un article littéraire issu d'une LC ??!

Écrit par : J.a.e._Lou | 26/09/2012

:) Il faut croire que ça a fait vibrer la corde "révoltée" en nous, celle qui ne serait pas prête à se laisser faire, à mettre son cerveau au garage ^^
"un article littéraire issu d'une LC" : hmm, tu vois grand hein... :p Mais souhaitons que ce livre fasse couler encore beaucoup d'encre et suscite toujours plus de réactions ! J'y goûterai à nouveau dans quelques temps :)
Merci de ton passage!

Écrit par : C'era una volta | 26/09/2012

Merci pour avoir donner le lien de l'article que tu as trouvé, je vais le lire de suite ! Bon moi je me suis pas enflammée ^^ l'histoire est passionnante, dérangeante, qui pousse à la réflexion et c'est ça que j'aime. Mais le style de l'auteur m'a bloquer pour que je m'enflamme véritablement ^^

Écrit par : Dex | 30/09/2012

Je t'en prie, j'espère que tu le trouveras intéressant et pas trop complexe ^^ Si tu as pu dégager quelque chose de positif de cette lecture malgré tout c'est le principal :)

Écrit par : C'era una volta | 30/09/2012

Très bel article, j'ai pris beaucoup de plaisir à te lire car ton analyse est fine et colle assez bien à ce que j'ai pu moi-même ressentir lors de cette lecture. J'ai beaucoup aimé ta comparaison avec Adam et Eve, je n'y avait pas pensé mais maintenant ça saute aux yeux ^^
Il est sûr que je me souviendrai de ce livre pendant longtemps, et que je le relirai même !

Écrit par : livr0ns-n0us | 01/10/2012

Hello Sarah. Merci pour ton passage. Je suis ravie que mon ressenti t'ait plu, je crois que cette lecture nous a bien marqué toutes deux :)

Écrit par : C'era una volta | 01/10/2012

Les commentaires sont fermés.