Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

29/09/2012

1Q84 Livre1 Avril-Juin - Haruki Murakami

1Q84,Murakami,1984,prix littéraire,nègre,4ème dimension ou pas?,dyslexie,castratrice,liberté sexuelle,milieu de l'éditionGhost writer (nippon ni mauvais)

"Il n'y a toujours qu'une réalité, répéta lentement le chauffeur, comme s'il soulignait une ligne importante."

Japon, 1984, Tengo jeune professeur de mathématiques et écrivain en devenir, se voit chargé par son éditeur et "mentor" Komatsu de récrire "en douce" le roman d'une jeune adolescente dyslexique Eriko Fukada, alias Fukaéri. Il se fait fort de faire remporter à La Chrysalide de l'air le prix littéraire Akutagawa. Tengo en proie aux doutes rencontre la mystérieuse Fukaéri. Il apprend qu'elle a fui seule à 7 ans la secte des Précurseurs et est recueillie par un ami de ses parents, Maître Ebisuno, ethnologue réputé, maintenant retiré dans ses montagnes. Séduit par la personnalité de la jeune fille (et son décolleté), il accepte ce partenariat secret.

En parallèle, nous suivons Aomamé, une jeune femme indépendante et énergique, professeur d'arts martiaux, self defense (en mode briseuse de coucougnettes) qui a pour méthode afin de se vider la tête (après une rude journée de travail), de se poser dans un bar et faire du rentre-dedans aux hommes mûrs (de préférence dégarnis mais ayant un gros attribut). Outre cela, la demoiselle est nettoyeuse professionnelle d'ordures de 1er ordre, une manière pour elle de s'engager dans la lutte contre les violences conjugales au côté d'une vieille femme aristo qui la rémunère pour ses services.

Rien ne semble unir nos protagonistes et pourtant tous sont liés d'une manière ou d'une autre au destin de Fukaéri. Tous ont conscience d'une menace planant sur elle et du mystère qui l'entoure. Pourtant, certains n'hésiteront pas à vouloir la faire sortir de l'ombre sans mesurer que cette notoriété représente pour elle une mise en péril.

Comme sur un échiquier, Murakami place méthodiquement, avec minutie les protagonistes de son histoire. Il dénoue avec lenteur les prémices de sa trilogie faisant naître diverses questions auxquelles on voudrait trouver avec hâte une réponse. Et bien non! Il reste 2 tomes pour ça :)

J'ai vraiment apprécié ce 1er livre, l'écriture est plaisante, le style fluide. Une alternance entre réalité et quelque chose qui relève du fantastique qui ne m'a pas rebutée. Une alternance des narrations où comme je l'ai dit nos personnages semblent avoir des vies bien distinctes mais qui pourtant convergent toutes vers Fukaéri. Je me suis attachée à Fukaéri, à Tengo. Les pensées d'Aomamé dans certaines situations m'ont amusée...

Certes des questions demeurent : dans quel espace temps les uns et les autres se situent-ils? Qui s'inscrit dans la réalité, qui dans le fantastique? Qui est dans le présent, qui ne l'est pas, plus? Autant d'interrogations qui trouveront peut-être une réponse dans le livre 2 ou bien uniquement dans le 3 (ou pas du tout me glisse-t-on ^^). Bizarrement, je n'ai pas refermé ce tome en me disant "je veux savoir à tout prix ce qu'il en est!" Non, je ressens comme un apaisement, comme si je savais qu'ici nul besoin d'être impatiente...

Murakami fait de nombreuses références à 1984 de George Orwell dans ce livre1, et bien moi qui sortait d'une lecture commune de Fahrenheit 451, je n'ai pu passer à côté de ce passage qui m'a complètement ramenée à la réflexion dans laquelle il m'avait plongé :

"De mon point de vue, Takashima a produit des robots incapables de penser. Ils ont réussi à enlever de la tête des gens les mécanismes permettant de penser par soi-même. Un univers semblable à celui que George Orwell a décrit dans son roman. Mais comme vous le savez sans doute, sur terre, il existe pas mal d'individus qui cherchent volontairement à vivre dans cet état de mort cérébrale. Parce que, n'est-ce pas, c'est plus confortable. Ils n'ont plus à réfléchir à des choses compliquées, ils se contentent de faire ce qui a été ordonné d'en haut, sans rien dire."

Autre citation qui donne à penser :

"Dépouiller l'Histoire de sa vérité, c'est comme dépouiller quelqu'un d'une partie de sa personnalité. C'est un crime."


1Q84, c'est aussi un roman qui aborde des questions de société tel que l'embrigadement par les sectes, la violence conjugale, les blessures de l'enfance, la liberté sexuelle féminine...

Commentaires

Et bien, je ne sais pas, je pense que je tenterai tout d'abord plus volontiers, Fahrenheit 451 que 1Q84....

Je pense que ce sera pour vraiment plus tard.

Écrit par : clédesol | 01/10/2012

:) En même temps Fahrenheit451 est beaucoup plus rapide à lire ^^ Et ce sont quand même 2 univers différents. Cependant le style d'1Q84 est très plaisant, ça coule tout seul et je me suis sentie d'humeur très paisible en le lisant. Et puis tu es surbookée déjà ^^

Écrit par : C'era una volta | 01/10/2012

Je l'ai écouté en livre audio, et j'ai beaucoup aimé. Du coup, j'ai pris la suite en audio-livre également.

Écrit par : Alex-Mot-à-Mots | 01/10/2012

Bonjour Alex (et bon anniv!) Je vais laisser passer un peu de temps avant d'attaquer le second car j'ai pas mal de lectures (partenariat et lc) en cours et à venir ^^

Écrit par : C'era una volta | 01/10/2012

J'adore ta façon de présenter les personnages! C'est très drôle mais véridique!
Je suis contente que tu l'aies aimé et encore plus contente que tu aies l'intelligence de savourer la lenteur du texte, sa façon de progresser sans trop en dévoiler et la confusion grandissante de l'intrigue. Pour une fois que tout ne va pas trop vite et qu'on a le temps d'en profiter.

Écrit par : Soundandfury | 02/10/2012

Et pour une fois que nous apprécions toutes deux le même livre ! (jour à marquer d'une croix blanche :p)
Je m'interroge encore sur ce 1er livre, je cherche un point négatif, mais non, rien, rien ne m'a dérangée. On progresse certes lentement mais contrairement à ce que j'ai pu lire, je ne trouve pas qu'il ne se passe rien, il y a du contenu. Mais peut-être faut-il laisser son esprit ouvert pour lire "entre" les lignes, pour laisser les éléments d'une histoire à l'autre s'intercroiser. Les histoires de Tengo/Fukaéri et Aomamé se lisent en parallèle mais ensemble aussi. Si on les lit sans les rapprocher on passe à côté de quelque chose selon moi... Non?

Écrit par : C'era una volta | 03/10/2012

L'image d'une partie d'échecs est très bien trouvé. Je crois que ça résume tout. Avec Murakami en maître du jeu. c'est vrai qu'il faut être patient avec 1Q84, t j'ai quant à moi relu certains passages pour être sûre de ne rien louper. Mais je suis certaine que ça n'est pas gagné. ^^
Bonne lecture avec la suite.

PS: je me mords la langue pour ne pas te dire quelque chose, mais chut...

Écrit par : Lilly | 05/10/2012

Merci Felina ! Bon, évidemment tu te doutes bien que ton post scriptum m'intrigue hautement maintenant... Presque envie de dire "allez dis-moi, dis-moi, dis-moi!" Pffft, pas juste ce petit jeu :p

Écrit par : C'era una volta | 05/10/2012

Ne réclame pas, elle brûle de te dévoiler la suite si ça se trouve!

Écrit par : Soundandfury | 05/10/2012

Je suis dans le même état que toi en lisant ce premier livre! Vraiment hâte de lire la suite! Et toi C'era, à quand la suite?

Écrit par : Nicolas | 16/12/2016

:) La suite, la suite, la fuite, la suite. Trouver l'intrus qui cache la réponse ^^

Non sérieusement, je ne sais pas à quand la suite... l'envie s'en va et revient, le hic étant qu'elle s'en va plus qu'elle ne revient... Il me faudrait une grOsse motivation.

Écrit par : c'era una volta | 17/12/2016

Les commentaires sont fermés.