Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

23/12/2012

Bilbo le Hobbit - J.R.R. Tolkien

Bilbo le Hobbit,Tolkien,Gandalf,Gollum,nains,trolls,orcs,gobelins,elfes,fantasy,adaptation cinématographique,qu'on aime ou pas c'est beau!Courts sur pattes, le voyage est forcément plus long ^^

Bilbo Baggins coule des jours heureux et paisible à Bag-Ends Sous la Colline jusqu'au jour où Gandalf le Gris se pointe devant lui et lui annonce tout de go qu'il est en quête d'une personne pour vivre une aventure. Bilbo réfute l'offre mais c'est sans compter le grand magicien. Aussi, le lendemain, notre hobbit tout penaud se retrouve envahit chez lui par une horde de nains ayant pour chef Thorïn fils de Thraïn, petit fils de Thror ex-Roi sous la montagne. Leur but : reconquérir La Montagne Solitaire où se terre Smaug le dragon qui a saccagé la cité de Dale, poussé les nains rescapés à l'exil et volé leur richesse.
Gandalf va donc imposer en Bilbo Baggins, un quatorzième compagnon aux nains en le présentant comme cambrioleur de son état. D'abord effrayé par la tâche Bilbo refuse puis, piqué dans son orgueil de Took, finira par accepter de participer à cette aventure riche de rencontres toutes aussi surprenantes les unes que les autres et non sans dangers le mettant sans cesse en péril...

J.R.R. Tolkien dans la mémoire collective n'est autre que le maître de la fantasy, celui à qui l'on doit le célèbre Seigneur des Anneaux porté aux nues par le cinéaste Peter Jackson. Alors certes le grand public ne se doit d'être familiarisé avec l'oeuvre de Tolkien que grâce à cette trilogie cinématographique, cependant je ne doute pas que certains, comme moi aient eu envie de se plonger dans le livre Bilbo le Hobbit avant que P. Jackson n'en propose une adaptation encore une fois en 3 volets et comme préquelle au S.D.A.
Parce que ce roman a avant tout été écrit pour des enfants Bilbo le Hobbit se lit sans difficultés, comme un conte gai et facétieux mais aussi avec une bonne dose de péripéties, de monstres et de gentils. Le style est direct, très visuel aussi parce que descriptif, parfois détaillé à l'extrême. Tolkien nous donne à voir ce qu'il écrit et c'est plutôt plaisant. Certes cela crée par moment une certaine langueur, longueur qui vient casser un tantinet le rythme de cette aventure mais voilà, ça a l'avantage de planter le décor, de laisser libre cours à l'imagination des lecteurs qui peuvent se projeter dans chaque lieu où nous entraînent Bilbo et ses compagnons. Le moins que l'on puisse dire c'est que l'on est immergé dans l'histoire à l'instar de ses protagonistes.

"La matinée passa, l'après-midi vînt ; mais sur toute la lande silencieuse il n'y avait aucun signe d'habitation. Ils devenaient inquiets, car ils voyaient à présent que la maison pouvait être cachée à peu près n'importe où entre eux et les montagnes. Ils tombaient sur des vallées inattendues, étroites et escarpées, qui s'ouvraient subitement à leurs pieds, et ils les contemplaient d'en haut, surpris de voir sous eux des arbres et de l'eau courante au fond. Il y avait de petites crevasses qu'ils pouvaient presque franchir d'un bond, mais qui étaient très profondes et contenaient des cascades. Il y avait des ravins sombres que l'on ne pouvait ni sauter, ni escalader. Il y avait des fondrières, dont certaines offraient une vue agréable avec leur verdure parsemée de fleurs hautes et vives ; mais un poney qui aurait marché là, un chargement sur le dos, n'en serait jamais ressorti.
La région qui s'étendait du gué à la montagne était certes beaucoup plus étendue qu'on ne l'aurait cru. Bilbo en était plongé dans l'étonnement. L'unique sentier était marqué de pierres blanches, dont certaines étaient petites et d'autres à demi recouvertes de mousse ou de bruyère."

Ce qui m'a aussi plu c'est le ton de cette aventure. En partie humoristique, en partie haletant. Certains passages font franchement rire et pour d'autres on ne peut que "serrer les fesses" en se disant "houlala pourvu qu'ils s'en sortent".
Comme dans Le Seigneur des anneaux nous avons dans Bilbo le Hobbit une flopée de personnages divers et variés : hobbit, nains, magiciens, elfes, trolls, orcs, semi-homme/ semi-bête, affreux gobelins... Le monde imaginaire de Tolkien est foisonnant et d'une très grande richesse. A tel point qu'il est parfois ardu de se souvenir non sans mal du nom de tous ces personnages... Ne me demandez pas de vous citer les nains un par un, j'en suis incapable de mémoire. Mais nul doute que vous saurez comme moi (peut-être) vous attachez à cette troupe qui ne cessera de prendre de l'envergure au fur et à mesure de l'aventure.
Le personnage de Bilbo, héros malgré lui, est judicieusement choisi pour porter avec lui l'histoire, nul doute que les enfants à qui était destiné au préalable cette histoire (et le grand enfant en chacun de nous lecteurs) auront pu être séduit par Bilbo et s'identifier à lui à travers chacune de ses épreuves. Non content d'avoir l'étoffe d'un héros, de sortir grandit de cette aventure, Bilbo le Hobbit ne manquera pas de délivrer ce message : le bien et la vertu triomphent toujours sur le mal.
Bien entendu, ce roman fait aussi la part belle aux personnages que nous serons amenés à retrouver dans Le Seigneur des Anneaux : Gandalf, Gollum, Elrond... Pourtant je ne saurais franchement dire si Tolkien songeait déjà à cette suite du S.D.A. en écrivant Bilbo le Hobbit. Hormis ces personnages communs et l'anneau, je n'ai pas franchement vu de lien se dessiner entre l'un et l'autre. Qui sait si ce nécromancien dont il est fait parfois allusion à un quelconque rapport avec le mage noir du S.D.A.? Nul doute qu'en Terre du Milieu certaines choses se préparent mais sont encore tues...

En bref, Bilbo le Hobbit est un merveilleux conte initiatique, plus abordable, moins complexe et moins sombre que Le Seigneur des Anneaux. Il peut représenter un bon moyen de s'initier à l'oeuvre de Tolkien et par là à la fantasy.

Dans cette L.C. officieuse  avec Soundandfury s'inscrivait, après lecture du roman, le visionnage de l'adaptation cinématographique :

Bilbo le Hobbit,Tolkien,Gandalf,Gollum,nains,trolls,orcs,gobelins,elfes,fantasy,adaptation cinématographique,qu'on aime ou pas c'est beau!Le Hobbit : Un voyage inattendu - Peter Jackson

Ici le lien avec Le Seigneur des Anneaux est complètement assumé et le film se pose en véritable préquelle à cette trilogie. Ainsi, l'histoire nous amène directement 60 ans plus tard alors que les habitants hobbits de la Contrée s'apprêtent à fêter l'anniversaire de Bilbon Sacquet. On resitue cet instant dans le temps du 1er opus du SDA. Souvenez-vous, Frodon son neveu partait à la rencontre de Gandalf alors que Bilbon ouvrait un manuscrit dans lequel étaient en partie écrites ses mémoires... Procédé du flash-back intelligent pour nous ramener aux aventures de Bilbo le Hobbit.
Nous retrouvons donc la trame principale de l'histoire : Bilbon, un brin poussé par Gandalf le Gris, va être amené à rejoindre un groupe de 13 nains cherchant à reconquérir le royaume d'Erénor et ainsi récupérer le trésor volé par le terrible dragon Smaug. Et à partir de là un certain nombre de péripéties se succèdent où notre Hobbit va faire preuve d'abnégation et courage.

Si Peter Jackson arrive encore une fois à nous concocter un film de presque 3h qui n'est en plus que le 1er de ce triptyque sur Bilbo le Hobbit, c'est en prenant certaines libertés avec le roman. Ainsi, il développe un peu plus certains passages du livre, comme l'attaque de Smaug sur la cité des nains ainsi que le combat des survivants avec Azog le profanateur. Procédé qui permet aux non lecteurs du roman de comprendre de quoi il retourne et pour mon compte je n'ai pas trouvé ces éléments "historiques" inutiles.
Il semble que les scénaristes se soient aussi éclatés en redéfinissant quelque peu le personnage de Radagast le Brun, certes mentionné dans le roman mais qui prend dans le film une vraie dimension de sorcier un peu fou mais non dénué d'intérêt. La scène l'introduisant laisse d'ailleurs bien entendre qu'une sombre menace s'est introduite en Terre du milieu...
Peter Jackson a aussi su saisir les moments humoristiques du livre pour les retranscrire à l'écran, notamment la scène première entre Bilbon Sacquet et Gandalf, la scène avec les trois trolls et la scène des charades entre Bilbon et Gollum qui ne peut que faire sourire.
Le film compte bien évidemment sa dose de moments trépidants : le combat des géants de pierre, les scènes de poursuite que ce soit avec les orcs à dos de wargs ou les gobelins (iiiiik!!!).

Ce qui fait selon moi la force de ce film c'est le visuel : les paysages sont évidemment merveilleux, d'une grande beauté graphique. Le character design est sublime, que ce soit la bouille des nains, les orcs, les gobelins, les worgs ou les elfes, le travail accomplit est fabuleux. Alors certes ce n'est pas nouveau, la surprise n'est plus là (sauf pour ceux qui n'auraient pas vu Le seigneur des anneaux) mais le plaisir de l'oeil est au rendez-vous.
Le film en lui-même n'apporte rien de plus par rapport au roman. Les afficionados de Tolkien trouveront certainement à redire quant au manque de fidélité du film quant au roman. En ce qui me concerne, sans être fan et malgré que je me sois à plusieurs reprises étonnée de la longueur du film, j'y ai trouvé un bon divertissement. A défaut de plaire aux initiés je me dis que ce film aura au moins le mérite de faire connaître Tolkien et son oeuvre et peut-être inviter certains à le lire.
Le jeu des acteurs est plutôt plaisant : Martin Freeman alias Bilbon Sacquet est tout à fait crédible dans son rôle. On retrouve Ian McKellen dans le rôle de Gandalf et le toujours aussi bon Andy Serkis dans le rôle de Gollum. Certains nains semblent se démarquer un peu plus que d'autres dans ce premier opus Richard Armitage en tant que Thorin par exemple. Sylvester McCoy dans le rôle de Radagast est pas mal aussi ^^

Pour conclure, je dirai que le film est à prendre pour ce qu'il est : une préquelle au Seigneur des anneaux, pas vraiment une histoire à part entière comme le livre. Il reprend certes l'histoire de Bilbo le Hobbit mais on sent que la volonté de Peter Jackson est tout de même de l'inscrire dans un continuum pré-SDA. J'ai d'ailleurs particulièrement apprécié de retrouver Gandalf, Gollum, Elrond, Dame Galadriel (j'ai vu ça comme un petit clin d'oeil à ces personnages de la trilogie). Certains verront dans cette adaptation en 3 volets d'un livre de 250 pages un prétexte commercial à but lucratif. Moi j'y vois un rendez vous cinématographique prétexte à un peu d'émerveillement (pourvu qu'on ait envie de jouer le jeu). J'y peux rien, j'aime ça les films en plusieurs parties (comme les HP), ce sont autant de raisons de se projeter dans l'avenir pour des rendez-vous à ne pas manquer :P
Probablement aussi que ceux qui ont aimé Le Seigneur des anneaux seront plus à même d'aimer Le Hobbit : un voyage inattendu.
Si je devais critiquer quelque chose dans cette adaptation ce serait d'avoir fait de cette histoire un film qui n'est pas à montrer à un public jeune et c'est dommage parce qu'après tout Tolkien visait bien en premier les enfants par son roman.



Retrouvez un autre avis sur le roman et le film ici (en cours)

Commentaires

Oui, dommage qu'ils aient fait de l'oeuvre de Tolkien un film qui ne soit pas destiné aux enfants ! Je me contenterai (comme souvent d'ailleurs) de lire le roman quand l'envie s'en fera sentir !

Écrit par : Ingrid Fasquelle | 23/12/2012

Répondre à ce commentaire

Ceci dit, le film trouve son public dans les "grands enfants" et aficionados du genre :)

Écrit par : C'era una volta | 23/12/2012

Le film et ta chronique me poussez vraiment à relire le livre ! c'est mal ^^
Par contre j'en attendais certainement trop du film et j'ai donc été un peu déçue... D'autant que mon coté puriste reprend le dessus dans ces moments là et que je rouspète :)

Écrit par : titepousse | 23/12/2012

Répondre à ce commentaire

Ben bizarrement là je n'attendais rien d'autres du film que ce qu'il nous a montré. Je suis pas une puriste de Tolkien :P Mais je sais ce que ça fait quand on attend beaucoup d'une adaptation (qu'est ce que j'ai pu râler pour le final d'HP!)

Écrit par : C'era una volta | 23/12/2012

D'autant que comme râleuse je me pose là...
On t'a peut être déjà prévenue ^^

Écrit par : titepousse | 23/12/2012

Répondre à ce commentaire

hmm non je ne crois pas que l'on t'ait ainsi dépeinte Titepousse :) Et puis en matière de râlements tu es bien tombée avec moi (même si je me suis un peu calmée). Roh et puis quoi râler ça fait du bien des fois ^^

Écrit par : C'era una volta | 23/12/2012

Ah, ça, c'est le moins qu'on puisse dire :-P
Moi aussi j'ai envie de lire le livre !!!

Écrit par : solessor | 23/12/2012

Une remarque à faire Sol'? Si vous voulez les colocs je vous le prête Bilbo :)

Écrit par : C'era una volta | 23/12/2012

Ton avis sur le roman est super chouette, ça donne vraiment envie de le lire !

Écrit par : DoloresH | 25/12/2012

Répondre à ce commentaire

Je pense que Bilbo le Hobbit doit être un des romans les plus accessibles de Tolkien alors n'hésite pas s'il te tente Do' :)

Écrit par : C'era una volta | 27/12/2012

J'ai lu Bilbo il y a très longtemps ! Je n'ai pas le souvenir qu'il soit un livre pour enfant, disons plutôt pour ado... J'ai passé un moment fort agréable au cinéma, je n'ai pas senti de longueur et je me suis régalée des paysages et des décors ; ce n'est pas le genre que je vais voir au cinéma habituellement donc je pense donc qu'il doit être assez accessible.

Écrit par : Martine | 28/12/2012

Répondre à ce commentaire

Coucou Martine. Contente de te voir par ici :)
Pour te répondre, je ne voulais pas dire que c'était un livre pour enfants (ou j'ai dû mal m'exprimer). Je disais que Tolkien avait d'abord visé les enfants (les siens notamment) lorsqu'il a écrit cette histoire (avant qu'on lui demande de la publier, d'après ce que j'ai lu). C'est je pense ce qui le rend accessible à tous (par opposition au Seigneur des anneaux qui est beaucoup plus complexe), ados, adultes.
Quant au film, j'ai moi aussi passé un moment plutôt agréable. Mais je pense que ce n'est pas un film -tel qu'il a été adapté- à montrer à des enfants jeunes (une amie enseignante a accompagné des élèves de la 6ème à la 3ème le voir et certains des 6èmes et 5èmes sont sortis en disant "madame ça faisait peur, on va faire des cauchemars ce soir". Sans parler de la difficulté de les tenir pendant presque 3h car au bout d'1h30 la plupart ne se tenaient plus ^^).
Bon nombre de personnes avec qui j'ai échangé sur le film (qu'ils l'aient apprécié ou non d'ailleurs) ont été surprises par la durée du film en sachant qu'en plus c'est le 1er d'une trilogie et ce parce que le roman est court :)
Personnellement, passé la surprise de la durée je suis bien entrée dans le film et j'irai certainement voir la suite (comme je l'ai dit j'aime bien ces rendez vous cinématographiques de loin en loin, c'est comme une fête qui se prolonge ^^).

Écrit par : C'era una volta | 28/12/2012

Tres belle critique, c'est finement analysée ! Il y a beaucoup de défauts dans ce film, c'est certain et si on le décortique... on en revient un peu. Je dois dire que je me suis laissée entrainer dans ce film sans trop me poser de questions, je suis comme toi, assez accro à ce genre d'atmosphère, et cela m'a suffit pour me combler ! je n'ai pas vu le temps passé ! Il a quand même l'art de rallonger la sauce ce Jackson !

Écrit par : Licorne | 03/01/2013

Répondre à ce commentaire

Merci Licorne! Je suis tout à fait d'accord avec toi Jackson est un réalisateur de talent qui sait se saisir d'une histoire, d'une ambiance et lui donner une mesure encore plus "grandiose" visuellement parlant. Après, il y a des personnes qui se laisse facilement gagner par l'atmosphère et d'autres qui ne peuvent se détacher du livre pour que la magie grand écran opère ^^ Pour moi le cinéma c'est avant tout une distraction et c'est rare que je trouve un film foncièrement mauvais (il y a des exceptions... le tout dernier Twilight -à part la scène de la bataille- c'était du "foutage de g..." et dernièrement j'ai vu "L'homme qui rit" et à part une scène ou deux, je ne suis pas sortie plus enthousiaste que ça après le film).
Au plaisir de te recroiser par ici :)

Écrit par : C'era una volta | 04/01/2013

Écrire un commentaire