Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

10/03/2014

La dame à la camionnette - Alan Bennett

la dame à la camionnette,alan bennett,sdf,squat,la BA du siècle dernier!"Mobil home"

Que se passe-t-il lorsqu'une vieille dame, "sdf" et quelque peu loufoque, prend racine avec sa camionnette jaune dans le jardin de l'auteur? C'est le récit de cette cohabitation quasi forcée et saugrenue qui nous est conté dans La dame à la camionnette.


Attention récit humoristique, plein de tendresse et d'un peu de sérieux!

Années 70, dans le quartier londonien de Camden Town résident quelques célébrités, des nouveaux bourgeois et une clocharde, Miss Sheperd. Sa camionnette dans laquelle elle vit est stationnée sur Gloucester Crescent où Alan Bennett a sa propriété. Dans cette rue bourgeoise la présence de la vieille dame et de sa guimbarde finit par déranger. Aussi, lorsque Miss S. subit divers actes de vandalisme, Bennett n'y tient plus et lui propose "pour sa tranquillité d'esprit" de s'installer chez lui dans une cabane. Cet acte lié plus à un problème de conscience qu'à une véritable action de bienveillance entraîne dès lors l'auteur dans une cohabitation au long terme. Peu après la camionnette rejoint sa propriétaire sans plus aucun moyen de la déloger.
"Une fois la camionnette installée à l'endroit prévu, elle serra le frein à main avec une telle énergie qu'à l'image d'Excalibur nul ne fut plus jamais en mesure de le desserrer et qu'il rouilla lentement sur place."

Bennett nous conte alors ce qu'a été son quotidien en présence de sa vieille squatteuse. Un récit constitué d'anecdotes plus ou moins rigolotes (plus que moins), de tableaux bariolés de la Dame, à l'image de ses accoutrements, et des réflexions nées de tout cela.

Alors oui les échanges entre l'auteur et Miss S. prêtent souvent à rire. Il faut dire que la vieille dame est quelque peu barrée et que dans son esprit peuvent naître de drôles d'idées ou lubies. Et forcément, Bennett est aux premières loges pour les entendre ou en subir les conséquences. Oh jamais rien de bien grave mais de quoi parfois le faire pester de rage.
Derrière ces agacements, on sent tout de même le sourire amusé et plein de tendresse de l'auteur à l'évocation du souvenir de Miss S. L'homme s'y est finalement attaché plus qu'il n'y pensait à cette colocataire encombrante. Et moi aussi.

La dame à la camionnette fait aussi la part belle à la critique sociale et à l'auto-critique. L'auteur ne manque jamais de s'interroger sur la société de son temps et ses contemporains, ce qui donne au récit un ton parfois grinçant.
La dame à la camionnette c'est l'histoire d'une amitié pas vraiment voulue, peu orthodoxe mais qui s'est entérinée au fil des ans. Un hommage à une vieille Dame.

"Je me sentais stupide de m'être laissé entraîner dans une équipée pareille, tout en me disant que je me serais sans doute senti beaucoup plus mal à l'aise si je n'avais pas levé le petit doigt. Ces sentiments contrastés -sinon contradictoires- devaient caractériser par la suite toutes les opérations dans lesquelles Miss Sheperd se trouvait impliquée. Il était rare qu'on lui rende le moindre service sans avoir en même temps envie de l'étrangler."

"Avril 1985. Miss S. a écrit à Mrs Thatcher pour lui demander un poste de conseillère au ministère des Transports, "afin de l'aider à résoudre ces problèmes d'alcool au volant". Elle me montre aussi le texte d'une lettre qu'elle compte envoyer à l'ambassade d'Argentine, à l'intention du Général Galtieri.
-Ce qu'il ne comprend pas, c'est que la Dame de Fer ce n'est pas Mrs Thatcher. C'est moi."

Je remercie Babelio pour ce chouette partenariat Masse Critique et les éditions Buchet Chastel.

Commentaires

et bien voilà un titre vers lequel je ne me serais peut être pas tournée et pourtout il a l'air très sympathique. merci pour cette découverte !

Écrit par : stephanie plaisir de lire | 10/03/2014

Répondre à ce commentaire

Mmh ça n'a pas l'air si mal, tout compte fait.
J'aime beaucoup la première citation, celle du frein à main.
:)

Écrit par : Soundandfury | 10/03/2014

Répondre à ce commentaire

Oh, je crois que je l'aimerais beaucoup, ce titre ! Je me le note, histoire de ne pas passer à côté !

Écrit par : ingrid | 10/03/2014

Répondre à ce commentaire

Ah Bennett ! j'ai entendu le meilleur et le pire sur ce monsieur ! Le sujet de ce livre a l'air bien sympathique, il faudrait que je tente ... ça sent la lecture d'été pour moi !

Écrit par : licorne | 10/03/2014

Répondre à ce commentaire

Mais dis-moi, ça m'a l'air très sympa ce titre! Et peut être même émouvant! Je prends en note!

Écrit par : chloé | 10/03/2014

Répondre à ce commentaire

Ce texte a l'air doux, plein de tendresse mais plein d'humour typiquement british aussi. C'est plutôt chouette ! Je n'ai rien lu de cet auteur, tu en avais lu d'autres ?

Écrit par : DoloresH | 15/03/2014

Répondre à ce commentaire

La couverture vraiment moche ne m'aurait pas tentée. Mais ce que tu en dis me fait changer d'avis.

Écrit par : Alex-Mot-à-Mots | 17/03/2014

Répondre à ce commentaire

@toutes : c'est une lecture agréable, ça se lit vite qui plus est. C'est drôle, tendre et grinçant. Je trouve ça assez phénoménal cette "anecdote" de vie que nous donne à lire Bennett. Se dire qu'il a vraiment vécu ça, ça demande une certaine abnégation ou est-ce qu'il s'est simplement laissé embarquer et qu'ensuite, "pris au piège" il n'a plus pu reculer... En tout cas, c'est plaisant à lire.
Je ne connaissais pas cet auteur, du tout et je ne sais pas si je lirai autre chose de lui. Mais voilà, je suis contente d'avoir pu le découvrir grâce au Masse critique :)

Je pense qu'il ne paie pas de mine mais ce bouquin c'est un petit trésor d'humanité!

Écrit par : c'era una volta | 18/03/2014

Répondre à ce commentaire

Écrire un commentaire