Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

21/03/2014

Victoria ou le secret des fleurs - Vanessa Diffenbaugh

victoria ou le secret des fleurs,vanessa diffenbaugh,orpheline,placements,langage des fleurs,s'exprimer autrement,amour et rédemptionFloriglotte

A 18 ans Victoria doit quitter le foyer où elle est placée depuis que sa dernière chance d'adoption a échouée. Livrée à elle-même, elle n'aura d'autres choix que de trouver un emploi pour échapper à la rue. Passionnée par les fleurs, le hasard d'une rencontre veut qu'elle soit recrutée par une fleuriste et que ses compétences en matière de langage des fleurs et composition florale soient reconnues par la patronne et ses clients. Mais le succès à lui tout seul ne fait pas le bonheur. Victoria devra puiser dans l'amour présent de quoi vaincre les traumatismes du passé.


Qui me connaît vraiment sait que je n'ai ni la main verte, ni que je suis versée en fleurs. Une de mes collègues a déjà vainement essayé de me faire retenir certains noms de plantes ou fleurs. Peine perdue! Sortie de l'identification des roses, pâquerettes et... ??? Tenez l'autre jour j'ai pris de la ciboulette pour de l'herbe à chats avec pour résultat de faire bondir les personnes en ma présence. Quoi? C'était vert et long... Bon on va dire que j'ai d'autres compétences pour contrebalancer cette lacune-là ^^

Si je vous dis ça, c'est que je reste assez étonnée de m'être autant laissée séduire par un récit qui s'appuie sur les fleurs et qui fait notamment la part belle à leur langage. Rien que pour cela il faut saluer le talent de l'auteure qui réussit à captiver le lecteur, quand bien même il n'aurait pas d'intérêt particulier pour les fleurs. Je crois que cela tient au personnage de Victoria, à ce présent qui la voit échapper à un triste sort et à ces liens qu'elle tisse petit à petit, quand bien même elle se garderait bien d'en vouloir ; mais aussi à son passé qui se révèle petit à petit et dont l'auteure nous livre les clés vraiment à la fin du roman.

Le lecteur est tenu en haleine par les deux clés à l'intrigue de ce roman. Victoria finira-t-elle par goûter au Bonheur? Que s'est-il donc passé lors de son dernier placement, auprès d'Elizabeth, qui lui a valu un retour définitif en foyer et ce malgré l'attachement qui les liait?

Le récit mêle tour à tour présent et passé, le second visant à nous fournir des éléments de compréhension quant à la personnalité de Victoria et ses comportements. Celle-ci n'apparaît pas sous un jour sympathique de prime abord : peu amène, peu encline à aller vers les autres, Victoria est une jeune femme méfiante, solitaire. Et pourtant au fil des pages, et des informations glanées dans les flash backs, le lecteur comprend que Victoria n'agit qu'en regard de ce qu'elle a vécu enfant, profondément marquée par la maltraitance, l'abandon, le rejet et l'incompréhension. Victoria a beau avoir 18 ans, elle reste cette enfant convaincue que nul ne peut l'aimer et, surtout, que toute tentative d'aimer sera soldée par un échec de plus. Rarement un personnage se sentant aussi peu digne d'amour à recevoir ou donner aura, en même temps, autant incarné cette pulsion d'amour contenu, qui fait mal avant de trouver comment et avec qui se libérer enfin.
Et si finalement, quelque chose se noue c'est uniquement parce qu'elle rencontre une âme qui lui ressemble en partie et qui comprend le langage qu'elle utilise : celui des fleurs.

C'est là que Vanessa Diffenbaugh introduit l'aspect particulier de son roman et rend son héroïne attrayante et intéressante pour nous comme pour les personnages secondaires. Victoria a une parfaite maîtrise du langage des fleurs. C'est par elles, qu'elle séduit et qu'elle réussit à s'extraire de sa condition. C'est grâce à elles que la reconnaissance et le pardon viendront.

Vanessa Diffenbaugh a eu le talent de construire non seulement un personnage principal complexe mais aussi de nous donner des personnages secondaires profondément attachants. Que ce soit Elizabeth, aimante envers et contre tout, Grant, fidèle à ses sentiments, Renata et sa mère, profondément humaines, le lecteur a là un florilège de personnages intéressants et qui font du bien. Si les femmes et les fleurs ont la part belle dans le récit, l'homme y trouve aussi sa place (bon ok lui aussi baigne dans les fleurs).

Juste un dernier mot pour dire que si le roman de Vanessa Diffenbaugh semble être une belle romance, il ne faudrait pas n'en retenir que ça. L'auteure aborde tout de même le thème délicat des placements en famille d'accueil. Elle n'hésite pas à dénoncer la non prise en compte de la parole de l'enfant face aux maltraitances des adultes mais encore, l'abandon (résignation à ne plus rien tenter) des services sociaux face aux cas difficiles, à l'image de Meredith qui avait en charge Victoria. Il y est aussi question d'instinct maternel et d'initiation, si tant est qu'on puisse utiliser ce terme au "métier" de mère.

Le petit lexique du langage des fleurs sera certainement un plus pour certains lecteurs. J'ai trouvé ça intéressant même si j'ai déjà tout oublié... Je vous l'ai dit, les fleurs, ce n'est pas mon truc :p

"Choisir une façon de se conduire n'est pas révéler qui on est vraiment."

"S'il était vrai que la mousse poussait sans racines, si l'amour maternel germait spontanément, à partir de rien, peut-être avais-je eu tort de me croire incapable de m'occuper d'elle. Peut-être que les solitaires, les incompris, les mal-aimés avaient à offrir un amour aussi luxuriant que celui des autres."

Je remercie Ingrid pour l'organisation de cette lecture commune qui m'a valu de passer un très bon moment de lecture. Retrouvez les avis des participantes ci-dessous :

Ingrid - Clédesol - Aurélie91 - Lizouzou - Petitepom - Mya - les autres à venir...

Commentaires

Un bien beau billet, comme d'habitude, C'era ! J'ai été, je crois, un petit peu moins enthousiaste que toi (j'ai eu beaucoup de mal avec le caractère d'écorchée vive de Victoria) mais je ne regrette pas d'avoir enfin pu lire ce titre qui dormait dans ma PAL depuis bien trop longtemps !

Écrit par : ingrid | 21/03/2014

Répondre à ce commentaire

Très belle chronique C'era ! Je n'ai pas la main verte non plus mais j'ai moi aussi été conquise par l'histoire de Victoria ! Je ne regrette pas cette chouette lecture !

Écrit par : Lizouzou | 21/03/2014

Répondre à ce commentaire

J'adore ta chronique, et le début m'a bien fait rire. Je suis bien du même avis que toi sur ce livre, et je ne regrette pas du tout d'avoir sorti ce livre de ma pal.

Écrit par : Cledesol | 21/03/2014

Répondre à ce commentaire

J'ai également tout oublié mais c'est vrai que c'était vraiment sympa de se plonger dans ce langage. J'ai trouvé aussi que Victoria avait des réactions un peu étonnantes mais quand on en apprend plus sur son passé on la comprend mieux. Une très belle découverte !

Écrit par : Aurelie91 | 21/03/2014

Répondre à ce commentaire

Le côté romance n'est pas ce que je cherche en premier mais je vois que c'est bien plus. Ça devrait agréablement le faire. Il est dans ma pal et j'aurais dû vous suivre mais le temps m'a manqué encore. Je vais essayer de le sortir parce que je pense pas regretter cette lecture !

Écrit par : stephanie plaisir de lire | 22/03/2014

Répondre à ce commentaire

Hihi, tu m'as bien fait rire avec la ciboulette. Moi non plus, je n'ai pas trop la main verte, mais j'ai été tellement emballée par ce livre que ça a attisé ma curiosité. Je crois que je ne verrais plus jamais les fleurs de la même façon. J'ai tellement aimé cette lecture...

Écrit par : MyaRosa | 22/03/2014

Répondre à ce commentaire

Ce livre me fait envie depuis tellement longtemps... Je ne trouve jamais l'occasion de le découvrir ! Moi non plus, je n'ai pas du tout la main verte. J'arrive juste à reconnaître les herbes aromatiques et quelques variétés de fleurs mais c'est parce que ma mère est une ancienne fleuriste : ça aide ^^
C'est bon l'herbe à chat alors ? XD

Écrit par : Alison Mossharty | 22/03/2014

Répondre à ce commentaire

Retenir des noms de plantes , Quelle idée !

Écrit par : Alex-Mot-à-Mots | 23/03/2014

Répondre à ce commentaire

J'aime les fleurs, je m'essaie au jardinage quelquefois et j'ai été séduite par ce roman!!!
Très belle histoire, triste et pleine d'espoir! Victoria est un personnage dont on apprend toutes les subtilités petit à petit, qui a su m'émouvoir!
Comme toi, je ressort charmé de ma lecture!

Écrit par : angelebb | 23/03/2014

Répondre à ce commentaire

Merci à toutes pour vos commentaires. Ce roman a rencontré un vrai succès parmi les participantes de la LC d'après tous les avis que j'ai pu lire. Ingrid, tu dois être bien contente d'avoir été l'instigatrice de cette belle lecture.
Je vois que je ne suis pas la seule à ne pas avoir la main verte hein ^^ Mais même si c'est le cas, cela n'as pas empêché d'apprécier les informations données sur le langage des fleurs et de susciter notre intérêt.
Alison, Stéphanie : n'hésitez pas à le lire si vous en avez l'occasion :)

Écrit par : c'era una volta | 02/04/2014

Répondre à ce commentaire

Désormais, je figurerai parmi vos lecteurs les plus assidus. En effet, je relève qu’il traite le sujet dans le fond. À très bientôt donc. Grégoire

Écrit par : creighton | 11/04/2014

Répondre à ce commentaire

Écrire un commentaire