Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

26/03/2018

L'espace d'un an - Becky Chambers

l'espace d'un an,becky chambers,space opera,humains et extra-terrestres,vaisseau,mission long courrier,espace,relations inter-espèces,melting-pot,langagesWe are not alone

Le Voyageur, vaisseau tunnelier qui a pour mission de creuser des trous de ver dans l'espace, reprend sa route avec à son bord une nouvelle recrue. Rosemary, jeune humaine de Mars, s'est construit une nouvelle identité pour fuir son passé et s'est faite embauchée comme greffière.
Au sein de de cet équipage fait de membres pour la plupart issus d'espèces extra-terrestres, elle trouvera sa place et une place de choix.


A peu près à la même époque l'année dernière j'avais lu l'avis de Lianne sur ce roman, les mots choisis par la miss avaient allumé le voyant "intéressée" dans mon esprit et puis, comme souvent, parmi la multitude de suggestions de titres repérés de ci de là, je l'avais complètement oublié. Puis, j'ai eu la bonne idée d'aller aux Utopiales en novembre dernier et là, avec les copines Licorne et Mypianocanta, face à un vaste choix de livres à acheter, nous nous sommes laissées convaincre par un monsieur hyper enthousiasmé par sa lecture de L'espace d'un an. Titre qui venait en plus de recevoir le prix Julia Verlanger. Nous avions alors décidé d'en faire une future lecture commune.

Quelques mois plus tard...

Comme d'habitude j'ai attaqué ce roman en ne sachant quasi rien de son contenu, je n'en attendais rien de particulier sinon que de me laisser happer par l'histoire. Je n'étais surtout pas préparée à ce que j'allais y trouver. A savoir, une histoire construite quasi à 100% sur ses personnages et leurs relations, interactions, avec en prime quelques éléments de background galactique.

J'avoue avoir craint au départ que le vocabulaire spécifique à l'univers SF décrit corse un peu ma lecture. Puis sont arrivés les premiers dialogues et ça a tout de suite donné un côté plus "humain" à cette entrée en matière particulièrement SF. Ils m'ont tout de suite plu ces échanges, par leur dynamisme, par leur piquant et humour, par ce qu'ils laissaient entrevoir des personnages et de l'histoire, par les émotions qu'ils suscitaient.
Pour autant, je n'avais pas quitté cette position de lectrice attentiste. Je me disais encore "quand est-ce que ça va bouger?" Alors je lis, je prends du plaisir (pas encore au point de me précipiter sur le roman) mais je reste dans l'expectative. Le fil narratif me laisse encore perplexe, le style ne retient pas plus que ça mon attention. J'attends.

Puis, je me rends compte que je m'habitue au vocabulaire spécifique (aidée sans doute en cela par les jeux SF auxquels je joue depuis longtemps). Je m'habitue aux membres de l'équipage, je m'attache à eux, je les trouve drôles, amicaux, inspirants, intrigants. Une des choses qui me ravit le plus dans cette lecture c'est le melting-pot d'espèces. Il me ramène justement à ce que je trouve et aime dans le jeu de rôle SF Mass Effect. La description de certains personnages extra-terrestres du Voyageur est comme un miroir des personnages du jeu. J'apprécie.
Mais soyons clair, si cela renforce mon adhésion à l'univers, tout ne tient pas à ça. Becky Chambers a apporté un tel soin à l'équipage du Voyageur que c'est comme si vous étiez montés à bord du tunnelier en compagnie de Rosemary. Vous faites petit à petit connaissance de chacun d'eux, vous découvrez leur histoire individuelle, d'où ils viennent, ce qu'ils sont, à quoi ils aspirent et vous apprenez à les aimer tels qu'ils sont. Même le plus antipathique d'entre eux.
Et alors vous arrêtez d'attendre de l'action à tout-va et vous savourez ce que Becky Chambers vous offre. Des ami.es, une famille et une réflexion sur les relations et interactions inter-espèces. Il est alors question d'acceptation de l'autre, de ses différences. Il est alors question de s'ouvrir à d'autres visions des rapports, qu'ils soient amicaux, amoureux ou sexuels, d'en revoir nos conceptions parfois étriquées. Encore une fois, c'est quelque chose qui est déjà très présent dans le jeu Mass Effect et que je trouve d'ailleurs très appréciable pour son ouverture d'esprit sur le sujet.
Becky Chambers nous présente un récit basé sur des relations inter-espèces qui s'affranchit des barrières culturelles, de genres et ethniques. Je trouve ça intéressant et forcément d'actualité.

Au-delà de cet axe narratif centré sur les personnages, le récit s'ouvre quelque peu aussi à ce qu'il se passe dans l'univers spatial. Suffisamment pour comprendre que les Terriens ont foiré à un instant T, qu'ils ne sont pas une espèce dominante dans l'univers, qu'ils ont réussi à intégrer de peu une Union Intergalactique faite d'espèces extra-terrestres bien plus évoluées qu'eux et que l'Espace n'est pas exempt de conflits militaires et commerciaux mettant en péril cette unité. Certains regretteront peut-être que ces enjeux guerriers ne soient pas plus développés mais franchement, à titre personnel, ça m'a convenu.
Par ailleurs, si l'action est quelque peu limitée dans L'espace d'un an, le roman n'en est pas non plus totalement exempt. Quelques évènements surviennent de temps à autre pour secouer un peu tout ce beau monde et leur montrer (si tant est qu'ils aient oublié) que dans l'infini de l'espace, ils ne sont que peu de chose.

Un dernier point que j'ai trouvé très intéressant dans ce roman, c'est sa portée linguistique. Il y est beaucoup question de langues, de modes de communication, parfois au-delà du langage parlé. C'est vraiment instructif de voir comment ces langages façonnent les personnages du roman, leurs relations à l'autre et au-delà comment ils façonnent le monde dans lequel ils évoluent.

Partie mitigée, j'ai terminé L'espace d'un an conquise par ses personnages, par son univers. Je me suis installée petit à petit à leurs côtés et je m'y suis sentie tout à fait à mon aise. Franchement, cela me plairait de les retrouver.
Je sais pour autant que ce n'est pas un titre qui fait/fera l'unanimité. D'aucuns ni trouveront pas leur compte, arc narratif trop axé sur les personnages, pas assez d'actions, de véritables fil conducteur, univers pas assez exploité. D'autres, tels que moi, seront tout à fait séduits par l'histoire de cet équipage, par ses individualités, par l'aspect culturel et linguistique, par une ambiance relativement cosy, surtout résolument positive.
J'ai juste envie de dire lisez et jugez sur pièce :)

Il me reste à remercier ma petite Lili pour ce moment de lecture partagé et pour nos petits échanges de point de vue :) (lien vers son avis à venir).

"On ne peut rien espérer de bien venant d'une espèce en guerre contre elle-même. Ni autrefois, ni jamais."

"Nous connaissons très bien la Galaxie physique. Nous vivons sur des planètes terraformées, dans d’immenses habitats orbitaux. Nous creusons des tunnels dans l’infrastrate pour passer d’un système stellaire à l’autre. Nous nous arrachons à la gravité planétaire aussi facilement que nous sortons d’une pièce. Mais, en ce qui concerne l’évolution, nous sommes des petits tout juste éclos, occupés à faire joujou. C’est pourquoi, je pense, tant de mes pairs se raccrochent encore aux théories selon lesquelles le matériel génétique a été disséminé par des astéroïdes et des supernovæ. À bien des égards, l’idée d’un patrimoine génétique commun qui dériverait dans la Galaxie est bien plus facile à avaler que ce concept effrayant : aucun de nous ne dispose des capacités intellectuelles nécessaires à comprendre le fonctionnement de la vie."

"Peut-être la nostalgie était-elle le prix à payer pour une vie riche de gens à aimer."

l'espace d'un an,becky chambers,space opera,humains et extra-terrestres,vaisseau,mission long courrier,espace,relations inter-espèces,melting-pot,langages

Commentaires

Les Terriens foireront forcément à un instant T, c'est obligatoire ! :D
Bon, blague à part, c'est plusieurs voyants qui clignotent par chez moi *_*
Ta patience semble avoir été bien récompensée, et rien que ça, c'est déjà top !
Sans connaître le jeu Mass Effect, je m'imagine très bien m’immiscer dans ce vaisseau Voyageur, et m'y sentir à mon aise ! Des rencontres inter-espèces fascinantes, et des histoires individuelles à partager, peuvent largement compenser une action moins pétaradante, j'en suis persuadée !
Merci de m'avoir guidée, l'espace d'une séduisante chronique (et en moins d'un an ;-)), vers cette équipage à l'esprit ouvert. Ta mission est fièrement accomplie ;-)

Écrit par : Lupa | 27/03/2018

Répondre à ce commentaire

Ils foirent tout et tout le temps ces imbéciles, mais bon des fois, un miracle se produit et l'espoir subsiste :p
Bref ^^
Tu sais c'est très rare que je ne réussisse pas à trouver de quoi être emportée par une histoire. Ici oui je peux dire que le lecteur peut s'appuyer sur les personnages et ne pas être trahi, déçu par eux. Ils ont tous quelque chose qui nous accroche le cœur. On est d'accord que ça ne suffit peut-être pas à faire vibrer tous les lecteurs, à les convaincre, à faire une histoire mais les membres de l'équipage sont une histoire à eux tout seuls. J'ai plutôt confiance dans le fait qu'ils sauront te faire voyager avec eux.

Merci de remarquer mes efforts de production ^^ Je tiens mieux les délais non? Ah Ah
Merci enseigne Lupa de ta fidélité ici et de faire vivre ce modeste blog.
Bises

Écrit par : c'era una volta | 27/03/2018

"Il me ramène justement à ce que je trouve et aime dans le jeu de rôle SF Mass Effect." Tu sais parler à mes sentiments :p
Tu connais Omale de Laurent Genefort ? Il n'y a que trois espèces différentes dedans mais c'est quand même hyper cool par rapport aux interactions, guerres, ententes et mésententes entre elles.

Écrit par : Tigger Lilly | 14/04/2018

Répondre à ce commentaire

ahah c'est un levier qui fonctionne bien ce Mass Effect, mais je ne l'utiliserais pas si ce n'était pas vrai. Pour moi, dans l'approche de l'histoire des personnages, dans leur profil et fonctionnements, il y a de ça. D'ailleurs, je me suis demandée si BC avait pu s'en inspirer... ^^

Et non je ne connais pas ce Omale de Genefort, mais je sens qu'il ne va pas me rester inconnu longtemps. Vais aller enquêter sur ton blog, voir si tu en as publié un avis!

Merci pour la énième piste :)

Écrit par : c'era una volta | 15/04/2018

Écrire un commentaire