Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

08/09/2012

Méfiez-vous des enfants sages - Cécile Coulon

méfiez-vous des enfants sages,cécile coulon,adolescence blasée,il manque un doigt,et un oeil,con de sanglier,arachnophobieLes illusions perdues

Méfiez-vous des enfants sages, paru en 2010, est le deuxième roman de Cécile Coulon, jeune romancière d'aujourd'hui 22 ans. Il a pour cadre une petite ville de l'Amérique profonde. Ses personnages sont sous la plume de l'auteure tracés comme au crayon, avec le sens du détail. Et le crayon il est aiguisé!

Méfiez-vous des enfants sages est certes un roman court mais il n'est pas facile à aborder dans son début. Décomposé en 3 parties, la première met en scène les protagonistes du roman : "elle", "lui", "Eddy et Kristina", "la petite fille", l'un après l'autre et sans véritable corrélation. La narration se fait à la troisième personne sur un ton presque impersonnel et, donc oui, ça fait bizarre. Comment dire? On se sent quelque part comme complètement détaché de ce qu'on lit, pas touché par ces histoires. Du coup, avant d'aborder la suite, je me suis demandée si le roman allait se contenter de ça, faire défiler des tranches de vie. J'étais à la limite de me dire "mouais bof" mais quelque chose dans l'écriture, dans la manière de peindre ces vies m'a accrochée. Et j'ai bien fait...

Dans la deuxième partie tout s'éclaire, les pièces du puzzle "personnages" s'assemblent. "Elle" s'est mariée avec "Lui" et ils ont eu une "petite fille" qui elle, semble avoir élu domicile chez son voisin Eddy, un paumé... Tout se passe dans la même rue, Cold Street...

Le ton change, la narratrice adopte un ton personnel sous les traits de Lua "la petite fille", c'est son histoire maintenant qu'elle nous raconte, enfin... un pan de vie de l'enfance à l'adolescence.

Lua, petite fille heureuse, futée, précocement douée pour le business (à 5 ans, elle vend des réglisses dans la rue, elle loue ses supers baskets aux autres gosses de son école en échange de pièces sonnantes et trébuchantes, d'images ou autres ; elle achète des bonbecs qu'elle revend aux gamins de la campagne avec un bénéfice net...).

Lua qui jette pourtant déjà un regard acéré sur son entourage, à commencer par ses parents. "Markku et Kerrie. Deux atomes en veilleuse [...]" Un père, scientifique, s'intéressant plus à ses bestioles de laboratoire qu'à sa fille. Une mère, désabusée, lisant et relisant Sa Majesté des Mouches.

Lua qui, a l'âge de raison, vit un traumatisme qui la changera à jamais.

"Ce qui était né en moi, je le devais à mon père, endormi sur ses principes, oubliant qu'en ce monde, les gens ne vivent pas pour calculer des théorèmes en permanence. Il avait flingué en un rien de temps tout ce qui fait qu'une gamine est une gamine, mais pour comprendre ça, il aurait fallu que Père Markku ouvre grand ses yeux et détourne le regard de sa fichue boîte en carton percée de trous. Soeur Popeye s'est fait la malle pour venir se loger là-haut, blottie dans ma pâte à cervelle, ses huit membres serrant mon crâne jusqu'à l'étouffer."

Lua qui grandit, avec son araignée au plafond comme elle dit. Son regard d'enfant s'est transformé en un regard d'ado blasé, angoissé. Les visages qui la marque sont ceux d'êtres marginaux, amputés, héros négatifs à souhait. Eddy pour commencer, ex-drogué, figure bienveillante et omniprésente de son enfance à qui on ne peut, comme elle, s'empêcher de s'attacher. Kristina l'ex-copine borgne d'Eddy. James Freak (tout sauf un monstre), jeune professeur, beau comme un dieu, portant en lui la fêlure d'une vocation de pianiste raté (tout ça à cause d'un foutu sanglier qui lui a bouffé un doigt, dommage que ce ne soit pas celui du milieu qu'il dresserait bien volontiers contre Dieu...).

Oui, Lua grandit et comprend que tout n'est pas éternel, que la vie nous met des claques sans attendre le nombre des années et que ça peut faire mal. Face aux injustices qu'elle perçoit, aux vies gâchées, à ces vies qui ont renoncé, qui l'ont abandonnée Lua ne peut s'en prendre qu'à ce Dieu en qui elle crut un temps, le temps de l'enfance.

"Pendant seize ans, j'ai eu un pote plutôt beau gosse, avec ses cheveux longs et sa couronne d'épines, punk à souhait. Jusqu'à ce que la foi s'en aille comme un grain de sable entre deux rochers. J'ai perdu un copain et j'ai perdu une raison de me lever le matin. [...] Alors Dieu, ou Jésus, je vous ai toujours confondus de toute façon, prends tes cliques et tes claques, retourne là d'où tu viens, enlève-moi cette couronne à la con et trouve-toi des fringues propres. Cherche un taf, un vrai, fais-toi à manger le soir en rentrant, regarde la télé ou fais des mots croisés, appelle tes potes de la Cène et organise un barbecue avec merguez et sauce piquante, et surtout, ne me dis plus ce qui est bien ou mal, n'essaie pas de me montrer le chemin, parce que vu tout ce que tu as fait dans ta longue vie d'Eternel, il n'y a pas de quoi être fier. Vraiment pas."

La 3ème partie sonne comme un état des lieux de ce qui a été et n'est plus. Un constat rapide, sans appel.

Pourquoi cette lecture? Je passais dans les rayons de la bibli, je l'ai vu, on s'est plu... Enfin... c'est plutôt le titre qui m'a fait de l'oeil. Est-ce que j'en ai saisi la référence? Oui et non... Mais si vous êtes arrivés jusqu'ici vous aurez (je l'espère) compris que Méfiez-vous des enfants sages parle du douloureux passage de l'enfance à l'adolescence, de la perte des illusions, de cette candeur enfantine qui nous abandonne en chemin (pour peu qu'on ait eu une enfance protégée).

Le ton de Cécile Coulon dans ce roman est parfois cynique, ironique, triste mais ô combien juste. 

 

Commentaires

Une belle rencontre due au hasard.

Écrit par : Alex-Mot-à-Mots | 08/09/2012

Répondre à ce commentaire

ça arrive assez souvent avec les livres ^^

Écrit par : c'era una volta | 08/09/2012

Wahou tu en parles bien dis donc !
J'ai vu cette auteure dans l'émission La Grande Librairie pour son dernier roman (enfin ça remonte à quelques mois maintenant) et cela m'a donné envie de découvrir ses livres. J'ai vu à la bib qu'il y était donc je vais sûrement me laisser tenter un jour !

Écrit par : Lizouzou | 08/09/2012

Répondre à ce commentaire

ahah tu trouves? Merci. Faut croire que j'ai été inspirée ;op Je crois que c'est un thème qui me parle surtout.
Je ne connaissais pas cette auteure du coup cette lecture a été l'occasion de la découvrir et d'aller lire quelques-unes de ses interviews sur le net. Elle paraît intéressante je dirais :)

Écrit par : c'era una volta | 08/09/2012

L'enfance, puis grandir, les fêlures, les claques... Tu vois, c'est tout ce que je n'aime pas dans un roman, ou plutôt, je n'arrive pas à lire ça. Ou bien ça ne me parle pas du tout, ou bien ça me dérange au point que l'impression de gêne, de malaise, prend le pas sur toute qualité littéraire. Je ne suis pas attirée par ces livres, rien à faire. Il me faut des choses plus lisses, j'ai presque honte de le dire; Et quand il doit y avoir de la douleur, j'aime qu'elle soit stylisée, épique, bref, je crois que j'ai du mal avec la vraie laideur de la vie.

Écrit par : Soundandfury | 11/09/2012

Répondre à ce commentaire

Un très beau billet. Tu en parles très bien. J'ai, moi aussi, beaucoup aimé cette lecture. L'écriture de l'auteur m'a vraiment bluffée ! Comment peut-on écrire si bien et avec une telle maturité en étant si jeune ? Je suis jalouse ! :D

Écrit par : MyaRosa | 21/03/2013

Répondre à ce commentaire

ha si tu commentes c'est que ça y est tu l'as fini ^^
Merci pour le compliment. Je vais m'empresser d'aller lire ton avis et prendre la mesure de l'effet produit par cette jeune auteure sur toi.
(la maturité n'attend pas toujours le nombre des années, parfois le vécu fait que... :p)

Écrit par : C'era una volta | 21/03/2013

Écrire un commentaire