Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

08/04/2013

Vertige - Franck Thilliez

vertige,thilliez,gouffre,prison de glace,hot dog un peu spécial...oui j'ai oséPlongée en gouffre trouble...

Y a des jours on préfèrerait rester au lit plutôt que de se réveiller enchaîné par le poignet au fond d'un gouffre. Jonathan Touvier, ex-alpiniste, n'est pas au bout de ses surprises, au fur et à mesure que ses sens s'habituent à cet environnement glacial et obscur, il se découvre en présence de deux autres types dont l'un est enchaîné par le pied et l'autre a, vrillé sur le crâne, un mécanisme qui menace d'exploser s'il s'éloigne au-delà d'une certaine limite de ses compagnons d'infortune. Ajouté à cela, des conditions d'hébergement misérables : pas de nourriture, pas d'eau mais une tente, un coffre, une arme, une lettre et 3 inscriptions énigmatiques au dos de ces messieurs et vous comprendrez qu'il y a de quoi perdre les pédales.

Vertige exploite des ficelles du thriller cinématographique qu'on a pu voir dans des films comme la série des Cube ou Saw (des personnes inconnues les unes aux autres piégées dans un milieu hostile et qui vont devoir faire des sacrifices "humains" pour essayer de s'en sortir). En cela, il n'est pas spécialement original. Mais difficile de lui en tenir rigueur, je conçois qu'il soit quasi impossible aujourd'hui d'innover dans le genre. Pour autant, c'est un thriller très bien mené du point de vue de la torture psychologique vécue par ses protagonistes et par là du lecteur.
C'est donc là que l'auteur excelle, dans cette manière d'entraîner le lecteur dans ce vertige de pensées tournoyantes qui assaillent nos prisonniers. C'est sans répit que nous sombrons comme eux dans des questionnements incessants au sujet des uns et des autres et où nous nous essoufflons à trouver une faille que ce soit dans l'histoire de l'autre ou dans ce gouffre maudit. Que dire de la vague de sentiments qui nous submergent à l'unisson de ces hommes : suspicion, défiance, amitié, haine, peur. Sauf que chez eux ces sentiments sont exacerbés à l'extrême par la faim, par la douleur, par l'isolement. Oui parce que bizarrement, même ensemble ces 3 hommes se sentent parfois bien seuls au fond de ce trou glacial. Certains caractères se révèlent, certaines vérités voient le jour. Et si, et si, et si... Qui croire, puis-je avoir confiance, ai-je le choix, oui mais... pourquoi?

Autant le dire tout de suite, l'âme humaine n'est pas bien belle quand elle se retrouve poussée dans ses retranchements et qu'elle doit affronter les peurs les plus primaires. L'animal sauvage n'est plus celui qu'on croit alors, et certaines scènes en deviennent effroyables de cruauté. On a beau les sentir venir, cela n'en atténue pas la douleur, l'horreur.
Qui a dit l'Homme est un loup pour l'Homme?

La spirale de ce piège vertigineux réserve sa part de surprises bien entendu, de celles qu'on attendait au tournant et d'autres, qui nous laissent à bout de souffle au fond de notre lit où l'on s'était recroquevillé pour ne pas se laisser atteindre par cette ambiance glaciale. Et puis, il y a cette fin ouverte qui laisse le lecteur avec d'autres interrogations. Quelle est la part de vérité dans ce piège machiavélique où Jonathan Touvier a été entraîné?
Piège ou folie? N'empêche on sort de ce thriller la tête en vrac, un peu déboussolé.

Commentaires

Déjà rien qu'à lire ton billet, j'ai froid dans le dos ! Je ne me décide pas à lire ce titre et pourtant, je sais que je devrais ! Il va falloir que je ressemble tout mon courage !

Écrit par : Ingrid Fasquelle | 08/04/2013

Répondre à ce commentaire

Un roman qui donne le vertige ? (Bon, je sais, elle était un peu facile....)

Écrit par : Alex-Mot-à-Mots | 09/04/2013

Répondre à ce commentaire

Je n'ai toujours pas lu de Franck Thilliez, je ne sais pas pourquoi mais je n'arrive pas à passer ce cap.... :)

Écrit par : clédesol | 11/04/2013

Répondre à ce commentaire

@Ingrid : il me semble que tu devrais apprécier ce thriller. Allez n'hésite plus! :)

@Alex : un peu oui (je parle de la blagounette)

@clédesol : il te fait peur ou c'est autre chose?

Écrit par : C'era una volta | 12/04/2013

Répondre à ce commentaire

Ce livre reste en bordure de mes envies, de ma Wish. Je viens de faire l'acquisition d'un livre de Thilliez et j'ai louché sur celui-ci, avec, encore une fois, le doute. Doute que tu confirmes.

Biz, nanet

Écrit par : nanet | 17/04/2013

Répondre à ce commentaire

./.

Écrit par : Kron | 23/04/2013

Répondre à ce commentaire

il faut que je le lise, à tout prix! ton bilelt donne envie!

Écrit par : chloé | 27/04/2013

Répondre à ce commentaire

tu retranscris parfaitement l’atmosphère du livre. Même si la fin reste spéciale, j'ai bcp aimé ce titre et le faite de rester sur sa faim (en quelque sorte) ne m'a pas dérangée.

Écrit par : stephanie plaisirdelire | 30/04/2013

Répondre à ce commentaire

@Nanet : lequel as tu acheté? curiosité mode ON ^^ Mais explique-moi donc pourquoi celui-ci doit rester en bordure de tes envies? La peur d'avoir peur? Une phobie particulière? :p

@chloé : je me demande si ta sister ne l'aurait pas dans sa pal numérique. Si ça n'avait été un emprunt bibli je te l'aurais envoyé!

@Stéph. : merci miss.
La fin ne m'a pas dérangée outre mesure. Elle est ouverte, ça fait réfléchir encore après, ça ouvre la discussion. :)

Écrit par : C'era una volta | 02/05/2013

Répondre à ce commentaire

Je l'ai lu, et je ne pourrais pas dire si j'ai aimé ou pas. Je me suis ennuyée la première partie du livre, et je n'ai trouvé d'intéressant que le partie où la folie pointe le bout de son nez.
Par contre, c'était mon premier Thilliez, et je tiens à mettre l'accent sur sa maestria en ce qui concerne l'atmosphère étouffante et le climat psychologique très stressant, autant pour le lecteurs que pour les personnages.

Écrit par : chasse-mouche | 05/05/2013

Répondre à ce commentaire

Je ne suis donc pas le seul à être perplexe avec cette fin ! Ta chronique explique bien ce que j'ai ressenti !

Écrit par : Nicolas (Livrepoche.fr) | 30/04/2016

Répondre à ce commentaire

Écrire un commentaire