Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

27/04/2013

Tobie Lolness - Timothée de Fombelle

Tobie lolness,Timothée de Fombelle,petit homme mais une grande âme,manichéisme,arbre de vie,tolérance,écologie,amitiésLe monstre du Lolness

Tobie Lolness, c'est l'histoire d'un monde de tout petits hommes - à vue d'oeil environ 2 mm - qui vivent dans un arbre. Ca c'est ce qu'on apprend au bout d'un certain nombre de pages, car l'histoire de fond est celle de la traque et/ou de la fuite d'un enfant poursuivit par son peuple. Récit à rebours qui explique le pourquoi du comment de cette échappée belle et plus encore.

Bon, ça fait un moment que j'ai lu ce roman alors il me faut farfouiller dans les méandres de mon esprit qui a vécu beaucoup de choses depuis, et lu aussi pas mal d'autres choses aussi... En même temps, comme je ne suis pas encore frappée d'Alzheimer, y a des chances que je m'en sorte non? Vous me direz ça à la fin ^^

J'ai aimé :

- Le personnage de Tobie Lolness qui donne tout son sens à l'expression "on a parfois besoin d'un plus petit que soi", même si c'est difficile de faire plus petit que ce peuple-là... Il incarne le courage, la fidélité en amitiés, le don de soi, la compassion aussi. Petit homme intéressant pour lequel on se prend à trembler, pour qui on espère une belle issue...
- Le fait que cette histoire nous invite à réfléchir sur les comportements humains, que ce soit envers les siens ou en regard de la nature. Ce petit microcosme amène ceux qui ne l'ont pas encore fait à ouvrir les yeux sur ce qui se passe dans nos sociétés. Référence notamment au monde des promoteurs immobiliers dévoreurs de ces espaces naturels qui sont pourtant nécessaires à la vie de certains peuples et à la Vie tout court.
- L'histoire du peuple des Pelès, peuple rejeté et craint à tort. Ce que découvrira Tobie. Là, il est question d'un racisme viscéral, sans véritable raison, simplement basé sur l'ignorance de l'autre... Métaphore de cette peur de l'étranger que l'on rencontre bien souvent dans notre monde (y a un peu des Na'vis non dans ce peuple des Pelès? *Na'vis, peuple autochtone de Pandora dans Avatar).
- Cette relation très particulière entre Tobie et Elisha qui sera source de divers rebondissements et surprises.
- Les illustrations de François Place qui sont pertinentes et mettent bien en relief certaines parties du récit. Elles permettent aussi de se faire une idée de ces petits hommes, histoire de ne pas les associer pour ceux qui connaissent aux mini pouces :P

J'ai moins aimé :

- Le côté un peu trop manichéen. J'aurai peut-être apprécié un peu plus de nuances entre le Bien et le Mal, même si un ou deux personnages sont teintés de cette ambivalence, surtout au contact de Tobie. Mais bon, en même temps c'est un titre jeunesse et c'est peut-être plus approprié au message que souhaitait faire passer Timothée de Fombelle. Oui, il fallait peut-être ça pour que le lecteur ne se laisse pas aller à minimiser les faits perpétrés par les vilains du roman.
- Avoir dû attendre "longtemps" avant de savoir pourquoi Tobie était en fuite et ainsi traqué par les siens, ça a imprimé à l'histoire un rythme un peu trop lent par moment. Mais ça c'est mineur et surtout lié à mon impatience de savoir comment tout ça allait se "finir".
Et puis, je n'aime pas quand j'ai le sentiment que l'auteur ficelle son lecteur à l'histoire "juste" parce qu'il lui manque des éléments nécessaires à la compréhension de l'intrigue. Mais je pousse un peu loin hein si je dis ça? Stop! ne me jetez pas de tomates j'arrête et je reconnais que ce n'est pas forcément ce que l'auteur a voulu.

En définitive :

Tobie Lolness est un roman jeunesse d'apprentissage qui saura plaire aux jeunes publics mais aussi aux adultes. On y trouve un récit relativement original, profondément humain, un monde très fourni et diversifié. Une aventure poétique qui n'empêche pas la réflexion sur des thèmes d'actualité tel que l'environnement/l'écologie, le racisme/la peur de l'étranger, le totalitarisme, les relations humaines/l'amitié...
Que ces thèmes nous parlent ou pas, nul doute que Timothée de Fombelle aura su conquérir par son écriture bon nombre de lecteurs.
Je suis quand même un peu curieuse de lire le 2ème et dernier tome de cette histoire, Tobie Lolness-Les yeux d'Elisha, et voir ce qu'il advient de notre jeune héros et des autres protagonistes...

"Les mots sont des combattants de l'ombre. Si on choisit de devenir leurs amis, ils nous aident toute la vie. Sinon, ils se mettent en travers de notre chemin."

Commentaires

Il est considéré comme un classique en jeunesse, mais je ne l'ai jamais lu, et bien que ton article montre bien tous ses côtés très positifs, je pense qu'il ne sera pas vraiment prioritaire. =) Mais un jour (dans une autre vie ou je pourrai lire toute la journée et la nuit sans manger ni dormir pendant mille ans.)

Écrit par : DoloresH | 27/04/2013

Répondre à ce commentaire

Je ne connaissais pas ce livre, mais par contre je connaissais l'auteur de nom. Après avoir lu ton avis, je me dis que c'est un livre qui pourrait vraiment me plaire, déjà parce que je suis assez fan des lectures jeunesse et des mondes fantastiques. Donc je me le garde en tête, si il croise mon chemin, je le lirai avec plaisir. :)

Écrit par : clédesol | 28/04/2013

Répondre à ce commentaire

J'ai eu le sentiment que le côté manichéen n'était pas si marqué que ça justement... dans tous les cas, il s'atténue dans le deuxième opus ! ;)

Écrit par : solessor | 30/04/2013

Répondre à ce commentaire

@Dolores : oui oui, j'ai vu qu'il était même étudié au collège. C'est parce qu'il fait partie du baby challenge jeunesse que je l'ai lu, sinon peut-être que je ne m'y serais pas intéressée. Même si les avis de certaines potines auraient pu faire que ^^
Lecture pas inintéressante en tout cas. Cela change de mes habitudes :)
@Clédesol : tu es une lectrice qui lit de tout sans souci, je ne m'inquiète pas trop de l'appréciation et de l'accueil que tu lui réserveras :)
@Sol' : y a quand même des côtés tout blanc tout noir, de vrais gentils et de vrais méchants. Le Bien et le Mal ont des figures bien distinctes quand même. Même si je te l'accorde il y a aussi des figures ambivalentes. On verra le 2ème opus... pas tout de suite :p

Écrit par : C'era una volta | 02/05/2013

Répondre à ce commentaire

Un joli roman, envoûtant et agréable à lire, même si je regrette que l'intrigue ne soit pas plus fouillée: on a ici plus affaire à un enchaînement de petites histoires qu'une réelle intrigue à proprement parler. Mais cela reste dans l'ensemble une belle lecture.

Écrit par : Nico | 13/05/2013

Répondre à ce commentaire

Bonjour Nico et bienvenu par ici :)
Agréable à lire est bien le mot. Il est vrai que les péripéties de Tobie se succèdent à la manière de petites histoires, tu fais bien de le souligner. Néanmoins, elles ont un fil conducteur et forment au final un tout plutôt sympathique.
"plus fouillée" : oui peut-être mais il ne faut pas oublier que cela reste un titre jeunesse proposé au 9-12 ans :)

Écrit par : C'era una volta | 23/05/2013

Répondre à ce commentaire

J'ai passé un très bon moment avec ce livre entre Arthur et les Minimoys et Fedelins :)

Écrit par : Luna | 22/08/2013

Répondre à ce commentaire

Bonjour Luna, c'est vrai qu'il peut y avoir une correspondance entre Tobie et le peuple des Minimoys. Mais le rapprochement me semble s'arrêter à la taille non? Fedelins, je ne connais pas en revanche. :) Merci de ton passage!

Écrit par : C'era una volta | 09/09/2013

Je ne l'ai encore pas lu mais il m'a été chaudement recommandé par une élève, à suivre... :)

Écrit par : Myrtille | 11/09/2013

Répondre à ce commentaire

C'est plutôt amusant que ce soit un élève qui recommande un livre à son professeur :) C'est un livre jeunesse plaisant et qui aborde certains thèmes de façon intéressante.

Écrit par : C'era una volta | 11/09/2013

Écrire un commentaire