Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

06/10/2013

La maison du sommeil - Jonathan Coe

La maison du sommeil,Jonathan Coe,narcolepsie,cataplexie,somniloquie,insomnie,ça en fait des quie...,aucun remèdeQuand le sommeil s'en-mèle

Ashdown, perchée sur une falaise, une résidence étudiante réunit en son sein cinq étudiants qui vont se révéler être pour certains des êtres singuliers. Une dizaine d'années plus tard, Ashdown est devenue une clinique privée traitant des troubles du sommeil.
Le sommeil. Au passé, au présent, est un des fils conducteurs à l'histoire de chacun. Qu'il soit consommé, consumé, voulu ou fuit il est là, à la source de bien des choses.


La maison du sommeil est mon troisième Jonathan Coe. Autant le dire tout de suite, il a eu du mal à me séduire celui-ci. Non que je m'y sois ennuyée ferme mais dans ce que je lisais je ne trouvais simplement rien à quoi accrocher mon intérêt. Et puis, petit à petit, la "special touch" Coe a opérée. Tout est parti d'une interrogation, de l'envie soudaine de savoir jusqu'où ça allait pour l'un, jusqu'où c'était déjà allé pour l'autre, jusqu'où ça irait encore pour lui, elle, eux.
Deviner des choses et vouloir savoir si mon intuition se confirme, voilà ce qui fait que j'accroche à un roman. Peu importe que je n'ai pas une surprise totale au bout. Ce qui compte est là, que je me pose des questions et que je veuille des réponses, sinon toutes les réponses. Et puis, évidemment, qu'un ou deux personnages suscitent des émotions, ça, ça ne peut pas faire de mal.
Y a rien d'autre à dire de plus non?

Si... Sarah, Teddy, Robert, Gregory, Veronica/Ronnie, dans leurs quêtes passées et présentes, dans leurs d(s)emi-sommeils, sommeils ou éveils nous disent tous quelque chose d'eux et des autres, de leurs amours, de ce qui les animent et que sais-je encore.
La construction du récit entre présent, passé (récurrente chez Coe), basée sur les "troubles du sommeil" et la relation entre ces 5 personnages fait savamment progresser la trame du roman. Tout prend place, tout s'imbrique, rien n'est anodin.
La fin pourra paraître facile, absurde, saugrenue, invraisemblable... elle ouvre encore, toujours des possibles.

Coe dans ce roman ne manque pas d'égratigner encore un peu la société. Il nous parle aussi critique cinéma et il critique un peu (beaucoup) les psy mais il parle surtout et toujours aussi bien des relations humaines.

Voilà comment je suis passée de "quand est-ce que ça décolle?" à "ça y est, on y est et c'est bon!"

Prochain titre de Coe : La femme de hasard emportée dans mes bagages de cure... dommage qu'elle ne soit de sommeil.

Commentaires

C'est marrant, ce titre là me tente un peu moins que d'autres Coe. Néanmoins, j'ai La pluie avant qu'elle tombe dans ma PAL et je compte bien m'y mettre prochainement !

Écrit par : DoloresH | 06/10/2013

Répondre à ce commentaire

On sent que la fin rattrape un peu le reste, mais tu es loin d'avoir été aussi emballée que moi, dont c'est peut-être le Jonathan Coe préféré...

Bonne chance avec le suivant.

Écrit par : Soundandfury | 06/10/2013

Répondre à ce commentaire

@DoH (je tronque ton pseudo si tu permets ^^) : il n'est pas si mal quand même ce roman de Coe, j'hésiterais même à le placer devant Testament à l'anglaise (lui on peut dire que je l'aurais fait traîner!). Ce qu'il y a c'est que La pluie avant qu'elle tombe a été un tel coup de coeur que forcément les autres ne résistent pas à la comparaison...

@Sound : c'est plus que la fin qui a rattrapé le reste voyons. Celui-ci est ton préféré parce que tu n'as pas lu LPAQET!!! (je ne veux pas trop me mouiller mais je pense qu'une partie de l'histoire sinon toute l'histoire te plaira... enfin je l'espère).
Si La femme de hasard est dans ma PAL c'est grâce à toi. Ta chronique m'a tellement donné envie de le lire...

Écrit par : C'era una volta | 06/10/2013

Répondre à ce commentaire

Un auteur que j'aime bien, mais je ne suis pas tentée par ce titre.

Écrit par : Alex-Mot-à-Mots | 07/10/2013

Répondre à ce commentaire

Coe st un auteur que je n'ai pas encore testé. Je ne pense pas que notre première rencontre se fera avec ce titre...mais attention j'ai bien l'intention de me faire un ptit Coe.

Écrit par : stephanie plaisir de lire | 07/10/2013

Répondre à ce commentaire

@Alex : et pourtant, ce roman a des qualités et de bonnes critiques même s'il m'a fallut du temps pour le voir :)

@Stéph. : teste et approuve (surtout!). Un 'tit Coe en casse-croûte y a pire ^^

Écrit par : C'era una volta | 08/10/2013

Répondre à ce commentaire

Tronque, tronque ma chère ! Ah oui, Testament à l'anglaise tu n'avais pas aimé tant que ça ? C'est marrant, c'est celui par lequel j'ai découvert Coe et j'avais adoré. Et j'ai mis La pluie avant qu'elle tombe dans ma PAL pour le Challenge Cold Winter =)

Écrit par : DoloresH | 09/10/2013

Répondre à ce commentaire

:) Alors Testament à l'anglaise j'ai aimé mais j'ai simplement eu du mal à rentrer dedans. Je l'ai commencé puis posé pendant des mois.. Mais même si certaines parties étaient "ardues" j'ai fini par l'apprécier pour de bon :)
Je suis contente que tu ais planifié la lecture de LPAQT! :) Super. Mon dieu! j'espère que tu vas vraiment l'aimer cette histoire!

Écrit par : C'era una volta | 09/10/2013

Répondre à ce commentaire

Écrire un commentaire