Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

29/11/2013

La branche de Marc - Claude Carreaux

la branche de marc,claude carreaux,derniers jours ou pas,bilan de vie,envies,sursautAnte-mortem

C'est l'histoire de Marc, quinquagénaire, ex soixante-huitard, retraité de l'E.N. qui a décidé d'en finir avec la vie après que d'autres en aient fini de lui. Il s'agit donc maintenant de profiter des dernières 10 080 minutes qui vont précéder ce moment où il tirera sa révérence au monde. Il s'agira aussi de revenir sur ce qu'il fut et ce qui l'a conduit au désir de mort. Rien ne doit venir contrarier ses plans, pas même une mort accidentelle avant l'heure choisie. Et pourtant...


la branche de marc,claude carreaux,derniers jours ou pas,bilan de vie,envies,sursaut

La branche de Marc est un roman intimiste en cela qu'il pénètre au cœur d'un homme pour nous raconter ce qu'a été son parcours sentimentalo-professionnel jusqu'à ce présent où ce même homme désabusé par la vie nous livre le contenu de ses supposés derniers jours.

Introspection, analyse et autocritique.
De Marc nous apprendrons son histoire. Bribes de vie : du jeune homme gaucho-anarchiste, membre du groupe Malatesta à son parcours d'enseignant (primaire, secondaire) puis chef d'établissement en passant par sa rencontre, sa vie avec Jacqueline (copine, amante, épouse, mère de son fils). Marc était un jeune homme plein d'idéaux, de convictions, qui à lutter sur les barricades parisiennes en 68 mais qui, au fil du temps et de la maturité, s'est rendu compte que ses petits actes de rébellion contre le conformisme ne l'ont conduit à rien de plus qu'une vie rangée de bourgeois. Il comprendra lors d'un dernier sursaut "révolutionnaire" pour briguer un mandat de maire dans sa banlieue bourgeoise que ses idées ne peuvent plus rassembler des gens qui maintenant n'aspirent qu'au calme et à la tranquillité. Ultime déception d'une vie qui ne trouve plus son sens. En bout de course ou presque, un drame lui conférera un statut de réprouvé, de paria et viendra définitivement creuser un écart entre lui et les autres le laissant seul et déçu par la vie et les siens.

Réflexion, décision, hésitation.
Et ce sont peut-être ces rêves brisés, surtout cette solitude, ce sentiment d'abandon, de vie qui ne trouve plus son sens qui vont conduire Marc à planifier stoïquement sa mort pour dans 7 jours, 10 080 minutes. Entre alors le récit de ces derniers jours. Le flot de pensées qui l'assaillent, le bilan de sa vie, les souvenirs et les regrets. Les constats sur la vie, sur les hommes qui mènent à une forme de clairvoyance et de capacité à les sonder et à se voir soi-même aussi : aïe ça fait mal.

Marc va s'autoriser quelques derniers plaisirs, comme les dernières volontés d'un condamné : dîner dans un restaurant de luxe, visite du Louvre, ultime flânerie dans un parc mais aussi au détour d'une plongée dans une édition en relief du kama-sutra et d'une rencontre heureuse et fortuite, désir, envie d'une dernière jouissance, soif d'un dernier plaisir. Se rendre compte au final que la vie peut réserver encore et toujours des surprises, que d'autres encore vont plus mal. Trouver en les aidant un nouveau sens à sa vie, la force de la prolonger en se disant qu'on a après tout plus rien à perdre et tout à gagner.

Une lecture somme toute plaisante dont j'ai apprécié certains aspects comme le retour de Marc sur ses années d'enseignant, sa vision du métier, ses combats d'idéaliste qui se frottaient aux directives de l'E.N., sa critique du système. J'ai apprécié ses réflexions d'homme mûr, son auto-critique. J'ai apprécié parfois les mots et l'ironie.
J'ai apprécié surtout que ce roman ne soit ni larmoyant, ni triste et j'ai sûrement apprécié que la vie reprenne le dessus même si je n'ai jamais cru qu'il s'achèverait sur Marc pendu à une branche.

Citations :

"Je prends soin de moi, d'un corps que je veux conserver intact pour le rendez-vous final, comme la voiture qu'on va vendre et qu'on ne voudrait pas accrocher le dernier jour avant de la laisser à l'acheteur."

"J'allais, dans l'enthousiasme, faire vivre à ces enfants une expérience résolument novatrice qui ferait d'eux, je n'en doutais pas, des êtres libres.
D'abord ÊTRE, bannir l'auxiliaire AVOIR, le remplacer par FAIRE. "Je n'ai rien", "je fais", "j'existe"."

"Vivre c'est recommencer."

"Nous avons vécu, dégusté toutes les délices suscitées par notre maître mot : liberté. Quel beau mot, sonore, conventionnel, permettant de chercher ses limites, de se brûler les ailes quand on pense avoir atteint la plénitude."

"Sommes-nous toujours les mêmes? Un même corps n'abrite-t-il pas une diversité d'êtres qui se succèdent, s'enrichissent mais aussi se contredisent et finissent par se trahir et se détruire? Nous nous perdons peu à peu de vue."

"Relire c'est revivre, c'est découvrir qu'on a mal lu, qu'on n'a pas tout lu, qu'on n'avait pas tout compris la première fois. La relecture met en place un processus tragique. [...]
Le "relecteur" est l'homme qui en savait trop, mais cette saveur particulière qui fait alors de tout récit une tragédie donne de la puissance aux œuvres classiques, celles qui s'offrent à une infinité de lectures."

 Je remercie Babelio et les éditions Les Ardents éditeurs pour cette découverte.

"Que vous aimiez Belle du seigneur. ou Jo Nesbo., Guy de Maupassant. ou Guillaume Musso., Babelio vous invite toute l’année à découvrir des critiques de livres. et à dénicher les meilleurs livres. en allant sur Babelio.com."

Commentaires

Ou comment finalement me faire changer d'opinion sur un livre qui ne me disait rien du tout...
Joli article ;)

Écrit par : Soundandfury | 29/11/2013

Et bien il ne me dit toujours rien. Le sujet, sans doute.

Écrit par : Alex-Mot-à-Mots | 29/11/2013

Joyeuses fêtes C'era, tous mes voeux pour cette fin d'année, et celle qui commence ! Je t'embrasse !

Écrit par : DoloresH | 26/12/2013

@Sound : merci! Suis toujours assez satisfaite quand j'arrive à faire évoluer ton envie initiale. Souhaitons qu'à la lecture tu ne sois pas déçue alors :)

@Alex : il se lit aisément malgré le sujet et il n'est pas triste contrairement à ce que l'on peut croire. Mais je ne doute pas que ta PAL soit pleine d'autres livres qui te tendent les pages ^^

@DoH : je lis ton message et j'éclate de rire ^^ Je m'attendais à un com sur le livre :p
Je t'envoie tous mes voeux de belle et heureuse année aussi ma belle, que tes projets continuent de se réaliser. BisouS

Écrit par : C'era una volta | 27/12/2013

Les commentaires sont fermés.