Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

06/07/2014

Kilomètres conteurs - Hubert Lauth

kilomètres conteurs, hubert lauth, ID, une voiture qui raconte la route les paysages le pays et des gens, original, poétique, voyageAllez viens, je t'emmène...

Embarquement immédiat pour un voyage à bord d'une ID qui se fera notre guide, nos yeux, notre bouche, nos oreilles. Au détour des routes, petits et grands axes, autres chemins citadins ou campagnards partons à la rencontre de ces gens et ces paysages qui forment notre beau pays.


Kilomètres conteurs est une invite au voyage. L'ID, cousine de la DS, prend la parole et se personnifie tel un chauffeur pour rendre compte au lecteur de son ressenti. Elle s'ouvre aux décors naturels ou architecturaux traversés et renvoie le lecteur à ses propres souvenirs de passager perdu dans ses rêveries et dans la contemplation des paysages.

L'écriture descriptive, poétique est joliment travaillée, agréable. Hubert Lauth a le regard du peintre, il peint de superbes tableaux aux tonalités variées. Surtout, il manie les mots avec délectation afin de rendre au lecture tout l'émerveillement, voir l'admiration éprouvé par l'ID au travers de son périple et au gré de ses rencontres. On croisera notamment Jaurès, un de nos grands hommes politiques, fondateur du quotidien L'Humanité.

Un court roman emprunt de nostalgie, qui sent bon les vacances, qui donne envie de partir à la fraîche sur nos belles routes de France. A découvrir pour son originalité. A lire d'un trait ou par petites touches suivant son humeur.

"Matin froid. La limpidité est venue dans le ciel de Paris, comme dans les ciels de mistral. Lumière cristalline, découpes au scalpel, arbres fluides de contre jour, avenues toutes en étirements, verts nets et rasants, pavés nettoyés à la pureté du jour, trottoirs frais, asséchés, granit et goudron, granulation du sol, façades enjouées, matières à reflets, et drapeaux aux couleurs officielles pavoisant au ralenti. L’ID roule dans Paris. Ça lui suffit. La limpidité du ciel associé à l’arrondi de son pare-brise rend les choses si fluides et si panoramiques."

Commentaires

J'en garde un merveilleux souvenir ! Je pense que c'est un petit roman qui fera plaisir à tous les nostalgiques (comme moi) de la DS (ou de l'ID) et aux amoureux des belles routes de France !

Écrit par : Ingrid | 06/07/2014

Répondre à ce commentaire

Je me souviens de ton avis Ingrid, c'est lui qui a fait que ce titre a rejoint un jour ma PAL ^^
Pas de nostalgie de ce véhicule.. pour dire vrai, je ne l'ai jamais trouvé très belle l'ID.
Mais l'écriture de Lauth est plutôt agréable. Belle prose empreinte de nostalgie oui :)
Difficile à recommander toutefois comme tu me le disais sur LA. Il trouvera sûrement son public

Écrit par : c'era una volta | 06/07/2014

Répondre à ce commentaire

Oh ça donne envie ce livre. Il a l'air parfait pour la saison :)

Écrit par : Marie et Anne | 09/07/2014

Répondre à ce commentaire

Idéal pour les vacances, alors !

Écrit par : Alex-Mot-à-Mots | 10/07/2014

Répondre à ce commentaire

Je ne connais pas du tout mais cela doit être sympa pour les vacances :)

Écrit par : Léa Touch Book | 12/07/2014

Répondre à ce commentaire

@Marie et Anne
@Alex
@Léa :
il est particulier quand même. Je tiens à le souligner. Très contemplatif, descriptif. Si ces deux caractéristiques sont pour vous rédhibitoires, attention à l'ennui ^^ Sinon, tentez-le :p

Écrit par : c'era una volta | 16/07/2014

Répondre à ce commentaire

Eh bien moi qui n'ai jamais connu ni la DS, ni l'ID (pas que vous soyez vieilles les filles, hein !), ce roman ne m'attire pas ! Il me parait trop contemplatif pour moi, en tout cas pour le moment ! Même dans ce contexte estival ! ;)

Écrit par : solessor | 28/07/2014

Répondre à ce commentaire

Ce n'est pas une voiture que je trouvais jolie. Je me souviens que petite quand j'en voyais une, ça me dérangeait. Les lubies enfantines :p
Je l'ai déjà signalé, c'est une lecture particulière et je comprends qu'elle ne séduise pas d'emblée.

Écrit par : c'era una volta | 16/08/2014

Répondre à ce commentaire

Écrire un commentaire