Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

20/10/2014

Les apparences - Gillian Flynn

les apparences,gillian flynn,thriller psychologique,couple toxique,aimer à en perdre la raison,c'est ça l'amour?,pervers narcissique dans toute sa splendeurTo be or not to be

C'est l'histoire d'un couple, journalistes new-yorkais, à qui tout souriait et puis la crise, perte d'emploi, perte de l'estime de soi, de l'autre? Monsieur (Nick Dunne) apprend par sa jumelle (Go) que leur mère est mourante, sans trop se concerter avec sa femme (Amy), il saute sur cette occasion malheureuse pour rentrer dans son bled natal du Missouri et repartir de zéro.
Un an et des brouettes plus tard, Nick tient un bar avec sa sœur Go ; Amy est femme au foyer. C'est leur cinquième anniversaire de mariage. Un voisin alerte Nick que son chat est dehors, c'est inhabituel. Il rentre, trouve le chat et la porte d'entrée ouverte, dans la maison nul signe d'Amy mais le salon est sans dessus dessous, scène de lutte. On prévient la police qui se lance dans une enquête de plus en plus intrusive dans la vie du couple. Nick a de quoi s'en faire parce que dans ce type d'affaire, tout désigne le mari comme coupable.


Gillian Flynn réussit encore une fois à concocter un thriller, psychologique ici, qui vous retourne le cerveau et qui vous entraîne dans une spirale infernale d'interrogations quand bien même l'idée précise de qui a fait quoi arrive tôt dans le roman. A lecture prenante au contenu riche, débat passionné et passionnant sur nos protagonistes : Amy et Nick.

Mais d'abord je reviens un peu sur l'histoire.
Au départ, tout est beau, tout est bon dans ce couple (beaux, riches, in love et In). Parfaite entente, harmonie conjugale au top parce qu'elle est "cool", parce qu'il est aimant et admiratif, parce que c'était lui, parce que c'était elle ai-je envie de dire. C'est presque trop dégoulinant d'amour tout ça, presque trop pour y croire.
Survient un pépin et l'édifice du mariage est ébranlé et petit à petit, au fil des pages, le lecteur réalise que cet amour est illusion et qu'il n'est pas construit sur une relation aussi saine que ce que l'on a bien voulu nous faire croire.
On entre alors dans le vif du récit et l'alternance des points de vue, celui de Nick le narrateur et celui d'Amy au travers de son journal intime.

D'un côté, le mari (je vais essayer de me détacher de l'image du film qui s'est sur-imprimée sur celle que me renvoyait la seule lecture du roman) : Nick est un homme qui m'a paru souvent comme un type resté au stade du "petit garçon" incapable de prendre des décisions ou d'affronter les faits et se réfugiant souvent derrière sa sœur, le mensonge, la duplicité parce qu'incapable d'assumer certains actes ou faits. Comme le fait remarquer l'inspectrice Boney, il agit en "petit dernier". Jusqu'à un certain point dans le livre, il est difficile de savoir exactement où se situe la vérité dans ce qu'il dit, surtout à la lumière de certaines révélations. Et même si les évènements et la vérité à laquelle il se trouve confronté l'obligent à sortir de cette coquille de petit garçon (qui vit avec la peur entre autre d'être comme ce père si détesté), il n'en reste pas moins que je l'ai trouvé pitoyable à bien des égards.
De l'autre, la femme : Amy. Une personnalité complexe. Amy est une femme qui veut exister, dépasser finalement cette épatante Amy qui a toujours eu une longueur d'avance sur elle, elle veut l'amour et l'admiration de son mari, elle se voit en héroïne de sa propre histoire. Un temps on la plaint en regard du comportement de ses parents qui l'ont relégué depuis toute petite à être une pâle copie de l'épatante Amy, ce personnage de livre pour enfants si parfaite. On la plaint encore face à certains agissements de son mari. Cependant le visage d'elle qui se montre à nous sous d'autres angles empêche tout attachement, tout apitoiement sur son sort et laisse le lecteur à la fois perplexe, effrayé. Pourtant, quelque part, je n'ai pu que saluer son intelligence. Cependant, elle ne sert pas le personnage dans le bon sens parce qu'elle n'enlève rien à l'effroi suscité par ses actes.

Gillian Flynn réussit à merveille à nous faire danser sur un pied puis sur l'autre, à nous faire longtemps nous interroger sur le vrai et le faux dans cette histoire. Elle manipule les ressorts psychologiques et mécanismes de nos esprits comme si de rien n'était. Certains passages du roman ne manquent pas de cynisme, d'humour et révèlent aussi ce visage de notre société qui aujourd'hui laisse un peu trop de place aux médias et à l'opinion publique au détriment de la vérité.

Les points de vue de Nick et Amy sur leur couple mettent à jour les faux-semblants dans lesquels leur relation s'est installée et construite. Chacun nous renvoie à cette illusion du bon mari ou de l'épouse modèle qu'ils se sont donnés un temps mais qu'ils n'ont pu tenir conduisant à des sentiments et des actes qui n'ont plus rien à voir avec l'amour.

Les apparences amène toute une réflexion sur le couple, sur notre perception de l'autre, sur l'image qu'il nous renvoie aussi, sur ce que nous plaçons en lui. On se questionne alors sur la conception du couple que chacun a, sur ces perceptions au final différentes et qui au fil du temps mènent à l'usure.
En définitive, du débat qui s'est ouvert suite à cette lecture, il en ressort un certain nombre de questions sur la personnalité de nos protagonistes. Question d'identification ou non, il en résulte que nos avis, nos jugements se basent souvent sur notre propre vécu amenant l'une à trouver Amy admirable dans son fonctionnement, l'autre à comprendre les faiblesses de Nick sans totalement l'en dédouaner et encore une autre à être bien perplexe face à l'un et l'autre.
Il est difficile d'aller plus loin sans trop en révéler de l'intrigue. Lisez-le et revenez me dire ce que vous avez pensé de ce thriller machiavélique.

"Il y a une différence entre aimer vraiment quelqu'un et aimer l'idée qu'on se fait de quelqu'un."

"Elle riait avec moi et elle me faisait rire, elle ne me contredisait pas systématiquement et n’essayait pas toujours d’anticiper mes réactions. Elle ne me parlait jamais avec hargne. Elle était facile à vivre. Tout était tellement facile, bon Dieu ! Et je me suis dit : l’amour vous donne envie d’être un homme meilleur – d’accord, d’accord. Mais peut-être que l’amour, l’amour vrai, vous donne aussi la permission d’être tout bonnement celui que vous êtes."

"Et les filles cool sont encore plus pathétiques : elles ne font même pas semblant d'être la femme qu'elles voudraient être, elles font semblant d'être la femme qu'un homme voudrait qu'elles soient."

"Pub pour tampons, du détergent, des serviettes hygiéniques, de l'Ajax. On croirait que tout ce que font les femmes, c'est nettoyer et saigner."

[Parenthèse sur le film Gone girl -titre original du roman- : Je l'ai trouvé pas si mal mais loin d'être LE thriller de l'année. Peut-être parce que ma lecture était fraîche, je ne l'ai pas trouvé meilleur que le livre. Par contre, j'ai trouvé que les acteurs et notamment Rosamund Pike dans le rôle d'Amy, transcendait le personnage à l'écran. Elle l'incarne à merveille et correspond parfaitement à l'image physique que je m'en faisais. Ben Affleck apporte un côté très charmeur au rôle de Nick et incline le spectateur à se ranger d'emblée de son côté. Le film permet de mettre en lumière les positions de chacun et on y retrouve toute l'horreur de l'intrigue du livre. La fin, contrairement à ce qu'on m'a laissé entendre, n'est pas différente du roman puisqu'on arrive au même résultat, certains ressorts sont simplement revus pour la mise en scène à l'écran]

Commentaires

Aaaaah tu m'as convaincue ! Totalement ! Ce livre a l'air vraiment top !

Écrit par : DoloresH | 20/10/2014

Répondre à ce commentaire

DoH! Toi tu dégaines plus vite que ton ombre. Tu as commenté avant même que je publies mon avis (j'ai repris quelques phrases qui ne me plaisaient pas dans la formulation en plus).
Sérieusement si tu le lis, j'espère qu'on aura l'occasion de parler des personnages ^^

Écrit par : c'era una volta | 20/10/2014

Répondre à ce commentaire

Je n'ai lu que les lieux sombres de cette auteure, et je me souviens parfaitement du malaise qu'avait déclenché ce livre chez moi, je ne sais pas si j'ai vraiment envie de lire celui-ci, j'ai peur de m'engluer encore dans quelques chose de tres glauque, pas envie en ce moment ! même si tu en parle très bien, je vais plutôt tenter le film quand j'en aurai l'occasion ! Merci de cette deuxième chronique qui alimente le challenge de la Licorne ! bises ma C'era.

Écrit par : licorne | 21/10/2014

Répondre à ce commentaire

Une lecture que j'avais bien apprécié. Par contre, j'ai eu du mal avec l'adaptation qui est en ce moment même sur les écrans des salles de ciné : le fait de connaitre le fin mot fait gâche certainement le visionnage. Ou alors le film n'est pas à la hauteur, c'est possible aussi :)

Écrit par : La chèvre grise | 21/10/2014

Répondre à ce commentaire

Une lecture que j'avais bien aimé. Mais l'adaptation ne me tente pas trop.

Écrit par : Alex-Mot-à-Mots | 21/10/2014

Répondre à ce commentaire

Ah ça je le lirai à coup sur !
Merci pour cette belle chronique. Et je ne manquerai pas d'aller le voir au ciné !
J'ai hate, hate, hate de le lire ^^

Écrit par : Kyradieuse | 21/10/2014

Répondre à ce commentaire

J'ai très envie de le lire et de voir le film aussi :) !!

Écrit par : Léa Touch Book | 21/10/2014

Répondre à ce commentaire

In the pile. Depuis... des années! C'en est gênant. Mais avec le film, je vais me décider à le lire.

Écrit par : Karine:) | 23/10/2014

Répondre à ce commentaire

Quand j'ai vu la bande annonce je me suis dit que le livre serait intéressant à lire. Il est dans ma WL..

Écrit par : Marie et Anne | 02/11/2014

Répondre à ce commentaire

@Licorne : il est tout de même différent des Lieux sombres. Bien plus psychologique. Je n'ai pas eu ce sentiment d'ambiance glauque. Ici on prend fait (et cause j'allais dire) des évènements et des informations qui nous sont données soit par l'un, soit par l'autre. On se fait un peu mener par le bout du nez jusqu'à ce que certaines révélations arrivent. C'est très machiavélique et très bien construit. Tu devrais l'essayer un jour je t'assure parce que le film selon moi ne vaut pas le livre.

@La chèvre grise : je l'ai trouvé pas si mal fait mais rien d'exceptionnel effectivement par rapport au livre. Maintenant ceux qui n'ont pas lu le livre semblent l'avoir vraiment aimé. Par contre, je n'ai pas été gênée par le fait de connaître le fin mot de l'histoire parce que j'ai fait du coup attention à beaucoup d'autres choses et notamment à la vision que le film donnait de l'un ou l'autre des personnages (plus marquée selon moi que le livre).

@Alex : à l'occasion quand ça passera à la tv, tente-le juste pour l'interprétation de Rosamund Pike.

@Kyra et Léa : n'hésitez pas à venir me dire ce que vous en auras pensé les miss

@Karine : allez combien d'années? ^^ Ce qu'il y a de bien avec les adaptations ciné c'est qu'effectivement elles peuvent motiver à lire un roman :)

@Marie et Anne : Livre puis film (ou l'inverse) suivant ce que tu préfères en fait ^^ Il est intéressant pour l'aspect psychologique des personnages franchement (surtout Amy) et puis il amène quelques réflexions qui peuvent nourrir de vives discussions :p

Écrit par : c'era una volta | 03/11/2014

Répondre à ce commentaire

J'ai mis du temps avant de me sentir à l'aise dans ce bouquin, je me souviens avoir eu envie de jeter l'éponge mais finalement, qu'est-ce que j'ai bien fait de persévérer ! Mon exemplaire papier a également circulé parmi les membres de mon club de lecture et celles qui l'ont lu l'ont apprécié !

Écrit par : ingrid | 07/05/2015

Répondre à ce commentaire

Il est spécial au niveau des personnages, pas du style charismatiques. Je n'ai pas peiné sur l'histoire par contre.
C'était hier ton book club non? Bon sang, j'aurais voulu être là pour en discuter avec vous tant ce livre nous a plongé ici dans de vives discussions sur le cas Amy notamment ^^

Écrit par : c'era una volta | 07/05/2015

Répondre à ce commentaire

Je n'ai pas lu le livre. Mais j'ai vu le film que j'ai beaucoup aimé. C'est dérangeant au possible. Rosamund Pike a été sublime dans ce rôle, bien loin de son rôle de Jane dans l'adaptation de Orgueil et préjugés.

Écrit par : bea285 | 08/05/2015

Répondre à ce commentaire

Écrire un commentaire