Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

05/04/2015

LDPA challenge = 2 avis pour le prix d'1 : Miss Pérégrine et les enfants particuliers-RR // Mauvais genre-CC

 LDPA12,duo avec Faurelix,Miss Pérégrine et les enfants particuliers de Ransom Riggs,Mauvais genre de Chloé Cruchaudet,roman fantastique jeunesse,adaptation bd d'un fait divers réel de 14-18, d'un genre à l'autre

Miss Pérégrine et les enfants particuliers - Ransom Riggs

LDPA12,duo avec Faurelix,Miss Pérégrine et les enfants particuliers de Ransom Riggs,Mauvais genre de Chloé Cruchaudet,roman fantastique jeunesse,adaptation bd d'un fait divers réel de 14-18, d'un genre à l'autreLa boucle est bouclée

Floride, Jacob Portman vit dans une famille aisée. Enfant, son grand père n'a pas manqué d'éveiller sa curiosité et sa sensibilité au travers de récits étranges qu'il vante comme étant réels, freaks photos à l'appui. Le garçon en grandissant a fini par mettre en doute la véracité de ces histoires. Jusqu'au jour où Jacob reçoit un coup de fil complétement affolé d'Abraham Portman. Les évènements qui suivront l'amèneront à prendre conscience de certaines choses qu'il devra finir par taire à défaut de passer pour un fou.
Un été il convainc son père de retourner sur l'île galloise où son grand père, enfant juif polonais, trouva jusqu'en septembre 1940 refuge. Là bas, il compte bien trouver des explications aux histoires d'Abraham Portman et à ce qui le hante depuis cette drôle de nuit.


La 1ère chose qui m'a frappée en sortant ce livre de son emballage (merci Ingrid! ;) ), c'est son poids. Passée la surprise, on le soupèse à nouveau le sourire aux lèvres séduit déjà par cette couverture aux allures vieillottes et si étranges. On admire l'ensemble, on touche le papier pour évaluer son grain, on jette un œil curieux aux photos et vite on s'arrête parce que "non ce n'est pas le moment chaque chose en son temps".
On revient alors à cette photo de la couverture, une petite fille aux traits tirés et qui surtout semble léviter au dessus du sol. On retient un "ça promet" et puis on se décide à ouvrir le "monstre" pour ne le refermer que plus tard inquiets et impatients de savoir ce que nous réservera la suite.

Miss Pérégrine et les enfants particuliers est un roman à l'ambiance toute aussi particulière que son titre. C'est ce qui m'a séduit d'emblée en écoutant Abraham Portman parler de son passé et des autres enfants de l'orphelinat. C'est ce qui m'a plu en observant ces photos noir et blanc "so strange" et si bien mêlées à l'histoire. Un instant, je me suis sentie transportée au Ripley's believe it or not (sorte de musée de l'étrange à visiter absolument si vous allez à New York) et j'ai retrouvé ce mélange d'émerveillement, de surprise et d'effroi et c'était juste super.
Pour moi qui ai une grande capacité à régresser à un jeune âge, la recette fantastique, horreur et un je-ne-sais-quoi qui ne se définit pas de cette histoire a parfaitement fonctionné et je me suis laissée embarquer par ce récit à dominante surnaturelle.

Il ne m'en a pas fallu plus pour apprécier cette aventure au goût d'enfance où mon imagination s'est laissée entraîner sans restrictions aucunes. J'ai bien eu un moment de doute vers le milieu du roman, un léger creux, une crainte de ne pas réussir à être happée, convaincue jusqu'au bout. Mais Ransom Riggs a réussi à introduire à différents moments forts propices des éléments sujets à relancer l'intérêt du lecteur : menace latente, mystères, intervention du présent dans le passé ou inversement, affrontements, etc...
Le lecteur adulte décèlera aisément les métaphores du récit propres à amener la réflexion sur le terrain de la menace nazi et de la persécution des juifs (l'Histoire dans l'histoire qui aurait pu être encore plus exploitée mais ce sera peut-être le cas dans la suite???), sur la tolérance de la différence et autres questions métaphysiques. Il y a dans ce Miss Pérégrine et les enfants particuliers quelque chose qui m'a beaucoup rappelé la série X-men et notamment le travail du professeur Xavier avec ses jeunes élèves mutants et par d'autres aspects, j'ai aussi pensé à la série Les Envahisseurs ^^

Je ne vais pas vous dire qu'au niveau de l'intrigue la surprise a été totale, il y a des choses que j'ai senties arriver de très loin. Il reste que le final laisse le lecteur sur de nombreuses questions qu'il faudra éclaircir dans la suite. J'y prendrai part avec un plaisir renouvelé.

"Je venais juste de me résigner à vivre une vie ordinaire, quand des événements extraordinaires se sont produits."

"Puisque j'étais incapable de m'arrêter, j'ai pensé à tout un tas de choses tristes et négatives, et j'ai nourri mon chagrin, jusqu'à ce que les sanglots me fassent suffoquer. J'ai pensé à mes arrière-grands-parents, morts de faim. A leurs corps lancés dans des incinérateurs par des inconnus qui les haïssaient. Aux enfants qui avaient vécu ici, disparus avant l'heure parce qu'un pilote indifférent avait appuyé sur un bouton. A mon grand-père, privé de ses parents, et à papa, qui avait grandi avec le sentiment de ne pas avoir de père. A moi-même, enfin, sujet aux cauchemars et à des épisodes de stress aigu, allongé dans une maison en ruine, en train de pleurer à chaudes larmes. Et tout ça, à cause d'une blessure vieille de soixante-dix ans que j'avais reçue en héritage, tel un cadeau empoisonné. A cause de monstres que je ne pouvais pas tuer, car ils étaient déjà morts."

"Il n'a jamais revu son père ni sa mère, pas plus que ses frères aînés, ses cousins, ses oncles et tantes. Tous étaient morts avant son seizième anniversaire, tués par ces monstres auxquels il avait échappé de justesse. Mais ce n'étaient pas les créatures à tentacules, avec la peau en décomposition, qu'un garçon de sept ans est en mesure d'imaginer. Ils avaient un visage humain, des uniformes impeccables, et marchaient en rang; ils étaient si banals qu'on les identifiait seulement au dernier moment, trop tard."

-----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

                                                            ***** ***** *****
-----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Mauvais genre - Chloé Cruchaudet

LDPA12,duo avec Faurelix,Miss Pérégrine et les enfants particuliers de Ransom Riggs,Mauvais genre de Chloé Cruchaudet,roman fantastique jeunesse,adaptation bd d'un fait divers réel de 14-18, d'un genre à l'autreTranScendantal

Louise et Paul se rencontrent à un bal, se séduisent puis amoureux fous se marient. Vient le temps pour Paul du service militaire, qu'il ne prend guère au sérieux. Y succède la guerre de 14, bien plus sérieuse et qui n'a rien d'amusant. Amis décimés, terreur des tranchées pousseront Paul à fuir la guerre et le Front. Déserteur, il sera obligé de se cacher chez sa belle devenue couturière. L'homme n'est guère patient et ne peut accepter de se soustraire à la vie parisienne qui bat son plein dehors. Aussi, un jour, après avoir essayé une robe de Louise et s'être maquillé, il saisit l'occasion d'échapper à son sort de reclus grâce au travestissement.
Ce choix d'abord salvateur deviendra vite un jeu ambigu, malsain, excessif où Paul finira par perdre son identité. Il sera prétexte à une sexualité débridée dans laquelle il entraînera de gré ou de force une Louise jalouse prête à presque tout pour garder son homme jusqu'à ce que la limite soit franchie.

Inspiré d'un fait divers réel retranscrit dans l'essai La garçonne et l'assassin des historiens Virgili et Voldman), Mauvais genre transcende par le dessin cette histoire fascinante et dramatique qui a de quoi susciter le débat alors que la question du genre remue depuis plusieurs mois l'opinion publique.
J'avoue avoir été principalement séduite par le trait de crayon de Chloé Cruchaudet que j'avais déjà rencontré et apprécié dans Groenland Manhattan. Son choix de tonalités, le noir et blanc dans lequel s'immiscent un beau rouge, voire même du bleu ou quelques tons sépias donnent encore plus de portée, de sens à certaines planches. Les mouvements et expressions sont particulièrement bien rendus. Les personnages font la scène et l'occupent toute entière.

L'histoire ne manque aucunement d'intérêt et a de quoi faire réagir le lecteur qui s'y attarde pour les différentes problématiques abordées. Pour ce qui est des personnages, j'avoue n'avoir ressenti aucune sympathie pour l'homme, même en prenant en considération le traumatisme de la guerre. Il est  juste exécrable au possible, égoïste, abusif et manipulateur. Quant à Louise, si elle fait preuve d'une certaine force de caractère au début, on regrettera que sa jalousie l'ait conduite à s'abaisser au pire.
Il n'en reste pas moins que l'on ressent parfaitement la complexité de cette relation dans un après-guerre à l'allure décomplexée où beaucoup ont trouvé une manière de laisser libre cours à toutes leurs pulsions et de vivre pleinement ces années folles.

Ce qu'il advient de l'un et l'autre est écrit dans l'Histoire et dans cette bande dessinée récompensée à juste titre au Festival d'Angoulême 2014 par le Prix du public.

"- La vie, c'est une belle tartine de merde, j'suis obligé de boire pour oublier le goût, tu comprends ?"

"Tu te souviens Paul ? Comme c'était bon d'être moi. Tout était plus suave ... plus coloré. Avoue que tout ceci ne te déplaisait pas. La vie avait une autre odeur, un autre goût ... je veux dire pas seulement celui du rouge à lèvres à la cerise."

"Mon genre ? Mais c’est quoi, mon genre ? Genre… Genre qui va m’emmerder, c’est tout.

 

ldpa12,duo avec faurelix,miss pérégrine et les enfants particuliers de ransom riggs,mauvais genre de chloé cruchaudet,roman fantastique jeunesse,adaptation bd d'un fait divers réel de 14-18,d'un genre à l'autre

Merci Faurelix pour ces choix, le ldpa est toujours une belle opportunité de découvertes et surtout de faire descendre sa PAL :)

Commentaires

J'ai eu les mêmes doutes que toi à la lecture de Miss Peregrine ! Je ne savais absolument pas qu'il s'agissait d'une série quand je l'ai commencé ! Forcément, je me suis sentie frustrée mais j'ai trouvé plein de réponses à mes questions dans le tome 2 et j'attends maintenant impatiemment la suite !

Concernant Mauvais genre, j'ai été subjuguée par ce gros roman graphique ! Je n'en lis que très peu et pour le coup, celui-là m'a vraiment emballée ! Le mouvement, les teintes sépia des planches, l'histoire, tout m'a plu !

Écrit par : Ingrid | 06/04/2015

Répondre à ce commentaire

Je suis contente que tu aies aimé "Miss Peregrine". C'est vrai que l'objet en lui-même est beau et intriguant, je suis toujours aussi fan de ce concept de roman autour des photos anciennes. J'ai aimé aussi le fait que le roman soit au carrefour de plusieurs genres : historique, fantastique, voyage dans le temps...Je viens de lire le tome 2 et j'adhère toujours autant.
Quant à "Mauvais genre" j'ai trouvé ça glauque, je n'ai pas réussi à entrer dedans...
Bon lundi de Pâques C'era!

Écrit par : Stellabloggeuse | 06/04/2015

Répondre à ce commentaire

Ce Miss Pérégrine... a décidément tout pour me plaire ! L'ambiance particulière, le récit à dominance surnaturelle, le côté "so strange", tout pique ma curiosité et me susurre à l'oreille de vite me le procurer ;)
A propos de Mauvais genre, en revanche je ne sais pas trop... Je le feuilletterai d'abord si l'occasion se présente !
Merci pour cette double ration C'era :) Baci !

Écrit par : Lupa | 06/04/2015

Répondre à ce commentaire

Dans la bande-dessinée, il m'a manqué un petit quelque chose pour me la faire apprécier.

Écrit par : Alex-Mot-à-Mots | 06/04/2015

Répondre à ce commentaire

Contente que tu aies aimé Miss Peregrine, j'ai vraiment apprécié aussi, et chose rare dans les sagas, j'ai préféré le second Hollow City que j'ai trouvé encore meilleur. ^^

Je ne connaissais pas vraiment le second bouquin que tu présentes ici, je ne sais pas si je pourrais me laisser embarquer par un tel roman. Les dessins ont l'air sublimes, je n'ai jamais lu de roman graphique. Mais bon le thème me paraît un peu bof, je pense que j'aurais un peu de mal avec le personnage masculin de l'histoir, et ça généralement pour moi c'est jamais bon signe.

Écrit par : Cledesol | 07/04/2015

Répondre à ce commentaire

@Ingrid : c'est vrai que le fait que ce soit un tome1 n'est pas clairement indiqué et j'avoue que si je n'avais pas lu vos avis, je me serais sans aucun doute sentie aussi frustrée que toi. Là, pour le coup, j'ai remis les choses en perspective et je sais que la suite sera à la hauteur (je le souhaite en tout cas ^^).
Pour ce qui est de Mauvais genre, c'est une histoire hors-norme, qu'elle plaise ou non, cela ne change pas ça. Je trouve ça sympa que ce fait divers ait été transposé en BD.

@Stellabloggeuse : Tu as entièrement raison, c'est un heureux cocktail qui tombe juste et trouve un large public. J'espère trouver dans la suite, encore plus de choses se rapportant à l'Histoire et à cette période que j'apprécie particulièrement.
Je comprends aussi ton ressenti pour Mauvais genre. Cette histoire aborde des points dérangeants et se révèle bien plus dramatique qu'on ne le croirait de prime abord (en tout cas, pour qui ne la connaît pas avant de se plonger dedans).

@Lupa : :) J'espère que ce sera une sympathique découverte et que tu y trouveras un élément accrocheur sinon plus.
Pour la BD, c'est à chacun de voir et je comprends qu'elle ne puisse pas plaire à tous malgré l'intérêt d'une telle histoire.

@Alex : l'empathie pour les personnages peut-être? c'est pour moi le point faible de cette BD.

@Clédesol : Eh bien nous verrons bien si la suite qui semble être plus plébiscitée que celui-ci me convainc autant que toi (et Ingrid et tant d'autres :) ).
Concernant la BD, c'est une histoire réelle donc voilà c'est aussi brute et rude que peut l'être la réalité. Le dessin ne ménage pas le lecteur dans le sens où rien ne vient alléger l'histoire de ce couple et le drame vécu. Graphiquement c'est beau, indéniablement et la manière dont Chloé Cruchaudet a mis en scène les personnages, le contexte, leur relation ne laisse pas insensible.

Écrit par : c'era una volta | 07/04/2015

Répondre à ce commentaire

je garde un très bon souvenir de Miss Peregrine. Je n'ai pas (encore) le tome deux mais je sais que je le lirai quand l'occasion se présentera.
par contre, je ne connaissais pas du tout Mauvais genre. J'irai voir à la médiathèque s'il est dans les rayon car je suis intriguée et j'ai envie de voir à quoi il ressemble dedans.

Écrit par : stephanie plaisir de lire | 08/04/2015

Répondre à ce commentaire

Stéph : l'occasion se présentera peut-être à un moment qui nous sera commun ^^
Je te souhaite une bonne découverte de Mauvais genre, je suis sûre qu'il ne te laissera pas insensible.

Écrit par : c'era una volta | 12/04/2015

Répondre à ce commentaire

Hou Hou, La chronique sur Miss Peregrine me tente bien, l'extraordinaire n'est pas loin dans nos vies ordinaires il suffit d'ouvrir les yeux, de garder les oreilles bien orientées et d'être attentif... Première visite du p'tit duc sur ton blog que je trouve bien riche, bravo ! @bientôt, Grybouille du "Léa Touch Book"

Écrit par : Grybouille | 20/04/2015

Répondre à ce commentaire

Bonjour petit duc :)
L'extraordinaire on le touche du doigt dès que nous sortons de l'ordinaire de nos vies. Dans Miss Pérégine et les enfants particuliers, il y a de ça et bien plus encore...
Merci de ton avis et au plaisir de te revoir par ici ou te lire chez Léa ^^

Écrit par : c'era una volta | 20/04/2015

Répondre à ce commentaire

Ce livre vient d'atterrir dans ma PAL et j'ai bien hâte de le lire avant son adaptation par Tim BURTON en 2016! =)

Écrit par : Gloewen | 28/05/2015

Répondre à ce commentaire

Écrire un commentaire