Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

28/12/2014

L'armure de vengeance - Serge Brussolo

l'armure de vengeance,brussolo,un policier moyenâgeux,ça reste de la fantasy,jehan est trop doué pour s'embarquer dans de sales affaires,harnais invicible et possédé,monstres en tout genreFoire d'empoigne

Où l'on retrouve le chevalier Jehan de Montpéril embarqué dans une sombre affaire d'armure serial-killer. Est-ce diablerie ou l’œuvre d'un vengeur masqué? Jehan parviendra-t-il à déjouer cet obscur maléfice qui s’empare du harnais noir à la nuit tombée? Il le faudra sinon couic!


Voici venue la suite des aventures de Jehan de Montpéril dont j'avais fait la connaissance dans Le château des poisons. Notre homme qui n'est pas de noble naissance fut adoubé par son seigneur, Brunoy le Vieil, sur le champ de bataille où il rendit l'âme (et les armes).
Depuis Jehan affublé de sa cuirasse se fait fort de livrer ses services d'escort-boy tout en muscles aux pèlerins et autres voyageurs. Cette fois-ci, c'est le baron Thibault d'Estriviers qui fait appel à lui pour veiller à ce que le maléfique harnais de sable reste enterré ad vitam aeternam au fin fond d'une forêt. Notre Jehan tout goguenard et surtout fatigué d'exploser son séant à dos de cheval saisit l'occasion de se poser un peu.
Mais alors qu'il monte la garde, un grattement...
Peu après, Jehan, en compagnie du/de la dénommé(e) Martin/Sigrid, héritier(e) du harnais maudit, légué par Jod le forgeron fou qui y fit rôtir son dernier né dans l'espoir de conférer à son invention l’invincibilité (on inspire), se retrouve -après un petit plongeon dans une rivière et un sauvetage par une troupe de forains (on inspire)- au château du Comte Philippe de Guignes qui convoitait l'armure depuis des lustres...
Le Comte ne veut guère accorder croyances aux fables qui entourent l'armure, pour lui, seul compte ses caractéristiques propres et montrer à tous qu'il est le nouvel Indestructiboy : c'est moi qui ai la meilleure na! Bien mal lui en prend car le harnais fou frappera encore et de manière fort sanglante...
Dès lors, Jehan n'a pas d'autres choix que de trouver réponse à ces diableries s'il veut se sauver lui-même ainsi que Sigrid.

J'aime bien Montpéril, il n'est en fin de compte guidé que par l'instinct de survie. Sa réputation de fin limier est construite sur peu de choses, le fruit de malheureux "hasards" et sa propension à ne pas vouloir se laisser berner par de fausses croyances qu'elles soient païennes ou chrétiennes. Il n'aime ni les curés, ni les nouveaux chevaliers, ces sales pédants. Lui, c'est un vieux de la vieille : il ne s'encombre pas des morts qui jonchent le sol, ne jugent pas trop les meurtriers, après tout lui aussi il a tué plein de gens pendant les guerres. Bah oui, pffft, ça arrive d'égorger de pauvres innocents, on l'a tous fait hein!
Il est donc guidé par le farouche désir de sauver ses miches et aussi, parce qu'il s'attache facilement, le désir tout court que peut lui procurer une femme qui s'offre volontiers à lui. Tant pis si celle-ci porte un masque pour cacher son visage marqué par la vérole (vous connaissez l'expression, un trou est un trou? roh on est au Moyen-Age, les hommes sont des rustres).
Porté donc par diverses préoccupations qui n'ont rien de chevaleresques, Jehan, met à sa manière et fort gauchement, tout en œuvre pour se sortir du énième bourbier où il s'est fourré. Son grand cœur le perdra!
C'est finalement l'esprit emprunt de divers doutes et problèmes de conscience qu'il parvient, presque par le fruit du plus grand des hasards et en manquant à chaque fois y laisser sa peau, à y voir clair dans les évènements.

Que dire des autres personnages? J'avoue que la galerie que nous offre ici Brussolo est fort bien garnie : gravitent autour de notre preux chevalier, des nobles tout ce qu'il y a de plus exécrables, de véritables phénomènes de foire dont on se fait sans peine le portrait grâce aux descriptions de l'auteur. Assez effrayant j'avoue. Cela n'empêche guère de prendre en pitié le pauvre Ursus. Finalement, c'est bien à lui que je me serais le plus attachée dans cette histoire (ce doit être mon instinct animal...).

J'ai retrouvé avec plaisir l'écriture de Brussolo, sa manière toute particulière de nous mettre dans l'ambiance Moyen-Age : il n'épargne rien à notre vue et notre nez! On s'y croirait presque. On y retrouve aussi bien retranscrit, le fameux état d'esprit de l'époque mais non sans une certaine ironie : propos machistes voire discriminants envers les femmes, moqueries sur les diverses croyances et comportements des hommes d'église et/ou de la justice des nobles, etc... Bref, immersion garantie!

En clair, j'ai encore passé un bien bon moment avec compagnon Jehan de Montpéril. Je crois que depuis il s'est décidé à se poser et coule de beaux jours auprès de sa blonde (ou quelque chose dans le genre).

"Sigrid se gardait de lui répondre. Elle savait qu'en tant que femelle, elle ne possédait pas les organes nécessaires à la réflexion, c'était un fait reconnu. Chez elle, l'intelligence avait été remplacée par la capacité de procréer [...]" (coucou Jocelyne!)

"-Le Christ, marmonnait-il souvent dans sa barbe, c'est un dieu de vaincus. Un condamné mort sur la croix, sans même avoir essayé de se défendre. [...] Tu crois vraiment qu'un homme digne de ce nom peut avoir pour dieu un pendu?" (haaaaan c'est pas moi qui l'ai dit)

"C'était une empoignade d'odeurs, le benjoin, la myrrhe, l'encens, se tressant en volutes lourdes aux émanations des poils pubiens, des barbes, des aisselles. On ne savait plus ce qui puait, ce qui embaumait, on se laissait porter, béant, hagard, enivré. Saoulé d'appétits primitifs, rotant, pétant et demandant toujours plus." (ambiance, ambiance...)

Commentaires

Mouais, les extraits que tu nous as choisis sont pour le moins... gratinés ! :D

Mais c'est ça qui est bien avec Brussolo ! Tu me donnes envie de me replonger dans la petite série que j'avais lue de lui dans les années 90... Essaie Le labyrinthe de Pharaon et Les prisonnières de Pharaon (dans cet ordre, même si les deux titres peuvent aussi se lire indépendamment), tu ne seras pas déçue !

Écrit par : Ingrid | 28/12/2014

Répondre à ce commentaire

Contente que cette suite t'ait plu. J'en garde un très bon souvenir.
Et en effet les citations font rêvés! ;-)

Écrit par : Abracadabra | 28/12/2014

Répondre à ce commentaire

Je pense que je pourrais prendre grand plaisir à retrouver cet auteur :)

Écrit par : Léa Touch Book | 29/12/2014

Répondre à ce commentaire

Eh bien, l'ambiance moyenâgeuse est de rigueur par ici semble-t-il ! C'est toujours appréciable quand tout y est, les bruits, les odeurs, et même une certaine gausserie de l'époque...
Ce Monsieur Brussolo a une bibliographie assez fournie, je devrait donc facilement y trouver mon bonheur ^^ Merci à toi pour cette incursion plus vraie que nature ;-)

Écrit par : Lupa | 29/12/2014

Répondre à ce commentaire

Un auteur que j'aime bien, alors je note ce titre.

Écrit par : Alex-Mot-à-Mots | 30/12/2014

Répondre à ce commentaire

Ahh !!! Brussolo, je les ai pratiquement tous lus quand j'étais "nettement" plus jeune, Il a une façon d'écrire qui envoute ... enfin la magie opère sur moi à chaque fois, sauf peut-être pour son dernier "les louvetiers du roi ".. j'ai beaucoup moins aimé ... mais je te conseille la Série Conan Lord -les carnets secrets d'un cambrioleur... j'étais scotché par tant d'imagination ... La série sur l'Egypte aussi est extra ... Les moissons d'hiver ... super ... y a vraiment du bon chez cet auteur... il fait frémir à souhait et a une imagination assez dingue, et souvent un peu glauque, il faut le dire aussi !!! Mais je suis fan dans l'ensemble ! Un genre de Stephen king à la mode française ! bises

Écrit par : Licorne | 31/12/2014

Répondre à ce commentaire

Je ne connais pas du tout mais je me laisserai bien tenter ^^

Écrit par : Marie | 09/01/2015

Répondre à ce commentaire

@Ingrid : je t'ai choquée? :p Il m'amuse Brussolo en fait et j'ai envie de continuer à le découvrir. Merci pour les pistes d'approfondissement ;)

@Abracadabra : :p Merci à toi d'avoir été l'instigatrice de la découverte de l'auteur. Je vais enfin pouvoir te rendre ton livre ^^

@Léa : tant mieux!

@Lupa : contente d'avoir participé à un dépaysement d'époque... Je te souhaite de tomber sur LE titre de Brussolo qui t'embarquera tellement que tu souhaiteras tout dévorer de ses écrits :)

@Alex : tu aurais pu me refiler un titre ou deux à me mettre sous la dent, égoïste va! :p (je te taquine évidemment)

@Licorne : "nettement"? ahahah. Sous-entendrais-tu que l'appréciation de l'auteur dépend de l'âge? Merci encore pour ces titres que tu portes à ma connaissance et que j'espère trouver sur mon chemin de lectures un jour :) bisou

@Marie : tu as le choix parmi les recommandations des copines t'as vu :) Bonne future découverte!

Écrit par : c'era una volta | 18/01/2015

Répondre à ce commentaire

Écrire un commentaire