Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

31/12/2018

Les aventuriers de la mer (tome 3) : la conquête de la liberté - Robin Hobb

Les aventuriers de la mer,Tome3_Robin Hobb.jpgAu prix fort

Alors qu'à Jamaillia, les évènements se précipitent et se compliquent pour Hiémain, ailleurs la chance sourit enfin à Althéa.
Pendant ce temps, à Terrilville, l'ambiance est tendue. Les marchands se sentent de plus en plus acculés par les directives du Gouverneur et, chez les Vestrit, l'ambiance n'est pas au beau fixe. La jeune Malta a le don de faire tourner mère et grand-mère en bourrique par des actes qui ne sont pas sans conséquence.
Que ce soit sur mer ou sur terre, le vent tourne.


Il est arrivé ce moment tant attendu, celui qui fait qu'à un instant T vous comprenez que vous êtes accro à une série et que celle-ci n'éveille en vous que cœur palpitant et sourire aux lèvres.

 

Ce tome signe un tournant.
Celui de l'action. Celui de la convergence des histoires (en partie). Celui de destins pris en main et non plus subis. Les personnages, les récits de chacun évoluent de manière significative et cela ouvre de belles perspectives.
C'est, assurément, ce qui rend "La conquête de la liberté" si passionnant.

 

Encore une fois peu de choses est épargné à certains de nos personnages. Hiémain en tête de liste. Mais le bougre, il est là, présent, enfin il se réveille et prend les choses en main. Alors oui, c'est aussi le jeu de conséquences liées à des actes induits par d'autres et donc pas entièrement assumés, mais qu'importe, au final, il est là. Debout, fier, projeté vers l'avant.

 

D'Althéa j'ai apprécié sa franchise, sa reconnaissance aussi. Une nouvelle attitude qui m'a plus convaincue. Elle est toujours engagée dans ce qu'elle fait, mais elle m'a paru plus posée et réfléchie, moins impulsive. Et certainement, que la sérénité provoquée par sa nouvelle situation y est pour quelque chose. Reste son attitude un peu rude envers Brashen, mais son besoin d'émancipation envers les hommes ne se conçoit que trop bien.

 

Brashen... En voilà un dont le tome 3 lève le voile sur un pan mystérieux de son histoire. Une histoire dont le jeune homme ne semble pas vouloir qu'elle s'ébruite...

 

Kyle et Kennit, les 2 K me laissent bien perplexe.
Le premier ne m'inspire qu'une profonde antipathie tant rien ne vient justifier son attitude et ses actes. D'ailleurs, à la place d'un autre, je n'aurais pas levé le petit doigt pour arranger son sort.
Quand au second, je reste sur ma réserve à son sujet. Fourbe, manipulateur, individualiste, ses intentions ne sont pas claires. La seule certitude est qu'il n'agit que pour son propre intérêt sous couvert d'un monde meilleur.
Et contre toute attente (on joue le jeu hein), la chance lui sourit au pire moment, lui livrant sur un plateau, l'objet de toutes ses convoitises.

 

Pour finir ce tour des personnages humains, il faut bien dire quelques mots de cette peste de Malta. Conflictuelle, effrontée, mesquine, la demoiselle agit sans réfléchir, toute à l'impulsion de ses désirs d'adolescente. Pourtant, cette fois, il va falloir assumer les conséquences de sa puérile attitude.
Alors certes Keffria et Ronica ont fait front, ébranlées mais toujours droites dans leurs bottes, pour limiter la "casse" mais il n'empêche, un nouveau contrat vient lier la famille Vestrit au Peuple des pluies.
Ceci dit, si la perspective paraît plus que déplaisante à cette jeune demoiselle, il faut dire que de mon côté, ma curiosité est bien piquée et je ne pressens rien de si néfaste que ça dans l'histoire au final. Je suis même plutôt encline à la sympathie envers ces gens.



Parce que cette histoire n'est rien sans ses navires, les Vivenefs, un mot à leurs sujets s'impose.
Le sort de la Vivacia, vivenef des Vestrit échut à Kyle Havre à la mort d'Ephron, n'est guère enviable. La jeune vivenef, tout juste éveillée, se trouve plongée à répétition dans une véritable souffrance morale et physique. D'abord au travers de Hiémain puis des esclaves qui se retrouvent enchaînés à son bord.
Les ultimes évènements seront la goutte d'eau faisant déborder la vase et sans doute faut-il se préoccuper de son devenir.
Une autre vivenef a fait son apparition dans l'histoire. Ophélie. C'est à son bord qu'Althéa embarque en ayant fraîchement retrouvée l'entièreté de son identité. Plus mature et affirmée que la Vivacia, elle se pose en alliée future et infaillible de la jeune femme.
Cependant, je dois reconnaître que de toutes les vivenefs, mon affection va en premier à Parangon, le navire fou échoué sur la plage de Terrilville. Sa solitude et son caractère particulier me l'ont rendu extrêmement attachant. S'il est capable de s'emporter à la manière d'un enfant, il porte surtout en lui la sagesse du navire qui en a vu de belles.
La mystérieuse Ambre, tout aussi solitaire que Parangon, a décidé de veiller sur lui et projette son acquisition afin de le préserver de la convoitise dont son bois sorcier est victime.

 

La dernière ombre qui plane sur le roman est celle des Serpents de mer. J'avoue piteusement ne pas être plus que ça intéressée par le sort de ces créatures et leur histoire. Ils ont sûrement une place à prendre mais celle-ci ne me paraît pas encore bien définie. Ou en tout cas, je n'en ai pas encore compris, moi, tous les ressorts. Je me dis qu'il viendra bien assez tôt le moment de recoller les morceaux à leur sujet.

 

Si je mets tant l'accent dans mon avis sur les personnages, c'est qu'ils sont pour moi l'articulation principale du récit des aventuriers de la mer. C'est autour de chacun d'eux que le récit se met en branle et avance.
Il y a un cadre et des enjeux qui ont aussi leur importance, mais à mes yeux, et en tout cas, dans ce début de saga, les personnages sont la force du récit et ce qui m'y fait revenir.

 

Je suis extrêmement convaincue et emballée par ce tome. C'est animé, violent, plein de rebondissements. Il m’a fait ressentir un panel très large d’émotions. Comme je le disais, il signe un vrai tournant, plus dynamique, plus rude aussi. Et surtout, il annonce un paquet de choses pour la suite de la série et à plusieurs niveaux. Notamment quant à l’avenir de ses personnages. Et du coup, il amène un lot d’interrogations qui ne peuvent que susciter une très forte attente.
Ce qui est fascinant aussi, c'est la capacité qu'à Robin Hobb à réussir à aiguiser l'intérêt du lecteur à un degré toujours supérieur. Fascinant et tout à fait plaisant.

 

"Avoir relevé le défi faisait chanter son âme ; même s’il échouait, même s’il se faisait reprendre ou qu’il lui arrivât quelque autre malheur en chemin, il avait accepté la force de Sa et il avait agi. Peu importait son sort après cela, il avait acquis cette certitude : il n’était pas un lâche.
Il se l’était enfin prouvé."

 

"Seule ma douleur est plus muette que ma colère."

 

"Délivrés de leurs chaînes, ils paraissaient ne plus encore se rappeler comment on se déplace librement ni comment on agit à son plein gré ; la plupart traînaient encore les pieds, et les regards qu'ils échangeaient évoquaient ceux de bœufs entre eux. On leurs avait volé leur humanité, et il faudrait du temps avant qu'ils la regagnent."

 

Lecture commune partagée avec à la proue de cette aventure livresque : Lupa :)

Commentaires

Je crois bien que c'est la seule série dans l'univers de l'Assassin Royal que je n'ai pas relu, mais ton billet me fait envie !

Écrit par : Shaya | 03/01/2019

Répondre à ce commentaire

Pas relu donc lu au moins une fois. Et donc, tu avais aimé?

Écrit par : itenarasa | 05/01/2019

Je n'ai lu que La citadelles des ombres mais j'ai le sentiment que mettre l'accent sur les perso est une marque de fabrique de l'autrice ^^ Faudrait que je m'y remette, oupsi.

Écrit par : Tigger Lilly | 06/01/2019

Répondre à ce commentaire

Oui, je crois que c'est son truc. Et les malmener aussi :p

Bon ceci dit, elle sait aussi construire tout un univers autour et bâtir de solides scénarii :)

Écrit par : itenarasa | 09/01/2019

Je crois bien que j'ai trouvé chaque tome supérieur au précédent dans cette série :-)
J'ai dévoré les 10 tomes.

Écrit par : Mariejuliet | 08/01/2019

Répondre à ce commentaire

C'est bon ça :)

Quand j'ai commencé la série, je me suis demandée si j'accrocherai autant qu'avec l'AR. Si j'ai aimé le tome 1 et 2, je n'étais pas encore hyper accro, mais là le tome 3, vraiment j'ai senti que c'était là, que l'attachement aux persos et l'intérêt pour l'histoire était bien là. Et avec, l'envie d'y retourner rapidement.

Le chemin est long, mais j'espère qu'il sera aussi bon qu'il l'a été pour toi MJ.

Écrit par : itenarasa | 09/01/2019

Ah, quel bonheur ce fût de prendre cette vague avec toi ! C'est vrai que ce tome est prenant et terriblement accrocheur. Le vent tourne, le courant change et la houle forcit de concert. Madame Hobb nous tient dans le creux de sa main, abolissant définitivement notre liberté à nous de voguer vers d'autres latitudes ^^ C'est une experte dans l'art de faire émerger un peu plus notre fascination et de donner une carrure incroyable à ses personnages. Aucun d'entre eux ne laisse indifférent, c'est fort quand même ^^ Et je suis sûre que les serpents nous réservent une surprise de taille impressionnante ;-) Vivement notre retour à bord !!! Bises, et merci pour cette succulente chronique constellée de bons souvenirs communs *_*

Écrit par : Lupa | 11/01/2019

Répondre à ce commentaire

Est-ce qu'il y a seulement quelque chose à rajouter après un tel commentaire? non, rien. Tout est dit et bien dit.

(les serpents me laissent pas mal indifférentes pour le moment, j'espère que ça va changer parce qu'ils font partie du paysage quand même...)

J'ai très très hâte de reprendre la mer, même si elle s'annonce pas mal agitée et que mon estomac risque de faire le yoyo ^^

Écrit par : itenarasa | 13/01/2019

Bien aimé cette série. Moins que l'Assassin royal mais je pense que mon plaisir a été un peu amoindri par la parution assez hasardeuse en français. Le 2e cycle de l'assassin royal a été terminé avant du coup j'en savais déjà trop quand je l'ai lu. Et en prime les multiples points de vue rendent le découpage VF plus frustrant que pour l'Assassin royal (où globalement on suit toujours le même type donc on a l'impression d'en avoir à peu près pour son argent).
Tiens ça me rappelle que je lirais bien le cycle du désert des pluies un jour, histoire d'enchaîner sur la suite des aventures de Fitz...

Écrit par : Vert | 13/01/2019

Répondre à ce commentaire

C'est vrai que les découpages VF ne sont pas top du tout. Sur l'AR, j'ai été bien frustrée à cause de ça à la fin du tome 4 ^^

Là, sur les AdlM pour le moment, ça se passe bien.

Et puis comme j'ai été prévenue par toutes les personnes qui ont lu les 2 cycles bien avant moi, j'ai pu mettre en pause l'AR avant de me divulgâcher le reste ^^

En tout cas, même si je prends de plus en plus de plaisir dans les AdlM, je suis vraiment impatiente de retrouver Fitz et ses compagnons.

Et c'est bon de savoir qu'après tout ça, il y aura encore un autre cycle à entamer derrière. :)

Écrit par : itenarasa | 13/01/2019

Écrire un commentaire