Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

30/11/2012

Se retenir aux brindilles - Sébastien Fritsch

Se retenir aux brindilles_Sebastien Fritsch.jpgSur mes traces...

Ariane Vermus, la trentaine bien sonnée, ses 2 enfants en bas âge sous le bras sonne à la porte de Marthe et Noël Aride. Elle ne les a pas revus depuis une vingtaine d'années. Elle ne sait même pas ce qui l'attend derrière la porte, si sa soudaine arrivée, sans prévenir, lui vaudra un bon accueil, mais a-t-elle le choix? Non, elle est en fuite. Ainsi commence ce roman Se retenir aux brindilles. Des interrogations sur le présent, sur le futur que se pose Ariane et qui trouveront peut-être leur réponse en ce lieu de son enfance et dans les souvenirs qui remontent à la surface. La narratrice nous entraîne avec elle dans un "presque road-movie" -de la Dombes de son enfance en passant par Lyon, ville de ses 1ers pas de femme "libre", suivi d'une ultime échappée belle sur Nantes en quête d'un ami/amour perdu- sa course s'achèvera sur un retour à la case départ : Lille qui l'accueillera métamorphosée et la boucle sera enfin bouclée.

Il y a des histoires comme ça qui vous enferrent dans une ambiance dont vous ne pouvez sortir qu'une fois le livre fermé (et encore, je dis ça mais je suis encore toute imprégnée moi de ce roman et des émotions qui m'ont traversée). Oui, je crois que j'ai été saisie toute entière par les souvenirs d'Ariane, par son passé comme son présent, par les émotions qui l'ont traversée et qui sont parvenues jusqu'à moi.

Immersion totale dans la peau de l'enfant soumise aux jeux interdits et si pervers de son ami Tristan (mentor et maître de l'horreur). J'ai souri à cette amitié "innocente", à l'image de cette petite fille toute dévouée à ce premier ami et à cet autre compagnon de jeu, Matthias (dans l'ombre de Tristan toujours...). L'émotion m'a saisie encore et encore dans ce lien si profond et, si fragile à la fois, qui la reliait à Marthe Aride, la maman gâteau qu'Ariane n'a pas goûté enfant et qui, on le comprend avec tristesse, souffre de la maladie d'Alzheimer. J'ai souri à ces soubresauts de femme révoltée et fermé les yeux sur les doutes qui l'accompagnaient... tout en ayant envie de lui dire "allez, allez s'il te plaît ne laisse pas tomber". J'ai grincé des dents en comprenant enfin certaines choses de son passé et de la femme qui en était née. J'ai été émue un peu de ses ratés amoureux, de ses rendez-vous manqués qui auraient pu faire que tout soit différent pour elle, alors oui j'ai été entraînée comme elle à certains regrets. Enfin, j'ai frémi de peur et de rage à ce danger en elle, autour d'elle, après elle...

Des questions je m'en suis posées, autant sinon plus qu'Ariane elle-même. Et il m'aura fallu être patiente pour obtenir les réponses. Il m'aura fallu refaire le chemin à l'envers avec elle. J'ai été tenue en haleine oui par ses/ces questions et, si parfois, je me doutais de certaines choses, j'ai apprécié que les réponses ne soient pas venues tout de suite, qu'il ait fallu prendre le temps qu'il fallait, celui du travail de mémoire, celui du travail patient de l'assemblage des pièces d'un puzzle, celui qui se trouve aussi dans les questions amenées au détour d'une rencontre que l'on croit anodine. J'ai accepté en rongeant mon frein les silences, les non-dits et ma patience a été récompensée. Même quand je me suis agacée de certaines choses qui me semblaient "invraisemblables", qui soulevaient des "tiens mais pourquoi elle fait ça?", j'ai obtenu une explication dont j'ai pu me satisfaire ; preuve est que l'auteur n'a rien laissé au hasard.

A maintes reprises aussi je me suis fait la réflexion que Sébastien Fritsch s'y connaissait drôlement bien en psychologie féminine pour rendre aussi bien la pensée, les doutes, les vibrations du coeur d'Ariane. Parce que ce personnage sonne terriblement juste dans ce qu'elle vit, dans ses souvenirs et ses émotions. Et si d'aventure vous aimez Radiohead ou Marillion, groupes qui ont accompagné Ariane dans son évolution, pourquoi ne pas accompagner votre lecture de ces morceaux choisis pour encore mieux être au diapason de ses émotions.

Et si pour saluer la plume de l'auteur je vous laissais avec quelques extraits que j'ai aimé?

"En l'absence de toute réelle discussion avec les trois adultes qui composaient mon entourage immédiat, je n'avais donc pas d'autres solutions que de garder toutes mes questions pour Tristan. Avec ses deux ans de plus que moi et sa brillante intelligence, il avait, à coup sûr, toutes les réponses.[...]

Pourquoi le chat des soeurs Montorfano, il est couché dans le caniveau sur la place de l'église?

-Parce qu'il est mort.

-Et pourquoi il gonfle?

-Pour pouvoir s'envoler vers le paradis des chats.

Et effectivement, deux jours plus tard, il avait disparu. En ne le voyant plus au bord du trottoir, j'avais levé les yeux par réflexe. Et j'avais pu en tirer deux conclusions : le Paradis était vraiment très loin, puisque je n'arrivais plus à voir le chat ; le clocher des églises était pointu dans le seul but de montrer à tous les félins la direction de la terre promise. Et j'avais continué ainsi mes interrogations d'enfant :

Pourquoi tes parents te laissent faire tout ce que tu veux?

-Parce que c'est moi le chef. Ils ne sont là que pour me servir.

-Pourquoi les soeurs Montorfano veulent toujours jouer avec nous?

-Parce qu'elles s'ennuient. Tu imagines, toi, passer tout ton temps entre filles?" (p.71-72)

"Et de toute façon, on est tous comme ça, nous les humains : à dix ans, on vit dans le rêve, à vingt, dans l'illusion, à trente, dans les projets et à quarante, dans les regrets. Et à chaque fois, on oublie simplement de vivre la réalité." (p.192)

"Les paroles de Constance me remettent en mémoire cette phrase de Mattias : on se laisse impressionner par les montagnes que la vie nous oblige à gravir, mais si l'on se contentait de s'intéresser uniquement à la petite pierre posée au sol devant nous, on se rendrait compte, en posant le pied dessus, qu'on est déjà lancé dans l'ascension." (p.211)

"Mais j'ai beau remonter pas à pas dans ma mémoire les sept années que je viens de vivre avec celui que j'ai choisi pour mari, je ne retrouve pas le moment où "tout donner" s'est transformé en "tout céder", "tout recevoir" en "tout accepter", puis "tout accepter" en "ne rien refuser"." (p.269)

A cette interrogation laissée par l'auteur en dédicace : "Fuir ou rester? Avancer ou revenir? Abandonner ou se retenir aux brindilles", je crois qu'une réponse est apportée. Si cette question vous titille alors n'hésitez pas à lire ce beau roman pour y répondre :)

Je remercie Livraddict et M. Sébastien Fritsch & Editions Fin mars, début avril - 2012 pour ce 1er partenariat qui m'a ravie.

21/11/2012

Club des tentatrices ! - Sound, Ingrid, clédesol, Sol'&Titepousse...

Parce que c'est vous et que c'est bon!

Une fois n'est pas coutume, je souhaiterais rendre un petit hommage à mes potines blogueuses chez qui je vais squatter non à mes heures perdues, parce que non ce n'est jamais du temps gâché que d'aller faire un tour par chez elle! Trêve de blabla, je vous laisse découvrir ces blogs si riches de tentations livresques et d'échanges enrichissants et/ou drôles! ( cliquez sur les bannières ;) )

blog Sound.jpg

Tale me more, blog de Soundandfury : LE 1er blog "littéraire" découvert grâce à Sound il y aura 1an (quoi! juste 1an alors que nous nous connaissons depuis... houla déjà? :p). Parcouru en long, en large et en travers et dont je n'ai pas encore vu le bout pourtant! Faut-il que je vous dise que c'est grâce (ou à cause) d'elle que je tiens aujourd'hui mon blog? Elle m'a menacée d'être interdit de comssquat sur son blog si je ne me décidais pas! Merci Sound pour ça aussi et tout le reste! Donc, sur ce blog vous découvrirez des billets drôles, sérieux, émouvants, piquants mais surtout d'une grande richesse émotionnelle et intellectuelle. Des avis toujours éclairés et appuyés alors surtout n'hésitez pas, ne serait-ce que pour rire de ses titres et tags savamment recherchés ^^

blog Ingrid.jpg

Histoire du soir, blog d'Ingrid : ici, un vrai petit bijou de découvertes livresques en veux-tu en voilà! Au Panthéon des tentatrices, je devrais lui décerner la médaille parce qu'il est rare que ses avis ou envies ne me fassent ajouter le livre lu ou voulu à ma WishList (elle te dit merci en passant!). Encore une fois des avis travaillés qui savent exprimer de manière succincte ses ressentis de lecture et surtout toujours toucher le coeur de ses lecteurs dont je fais pour mon plus grand plaisir (mais pas celui du porte-monnaie :p) partie. Si vous êtes riches et/ou avez des amis libraires sautez le pas, vous succomberez aussi!

blog Karine.jpg

Mille & une pages ou le plaisir de lire..., le blog de Clédesol : plus qu'un blog, un site conçu par la miss elle-même autour d'une de ses passions, la lecture. Ce que j'aime, des avis souvent enthousiastes, très agréables à lire dont on sent souvent le sourire qui se cache derrière. Un blog/site très sympathique à parcourir parce que complet : entre les chroniques, les archives, les challenges, les lectures communes, les immanquables et une P.A.L. à rallonge y a pas moyen de repartir sans un titre en tête. Y a matière à calmer votre addiction alors, allez vous y promener, promis ce sera sans regrets :)

blog Sol' et Titepousse.jpg

Ang'in, le blog de Solessor et Titepousse : un blog à 2! Quand le plaisir de lire et de faire partager ses lectures rassemble, ça donne ce joli blog où vous trouverez un panel livresque des plus éclectique : romans en tout genre, BD, mangas tout y passe! 2 sensibilités différentes pour des avis qui se croisent, parfois similaires, parfois divergeants et c'est entr'autre ce qui en fait son charme. Moi je serais vous j'irais voir ce que ces "faux anges" nous livrent avec chaleur (c'est écrit!).

blog DoloresH.jpg

Et-en-plus-elle-lit, le blog de DoloresH : Ne vous y trompez pas sous une annonce qui paraît complètement loufoque ici vous trouverez un blog "littérature" plutôt sérieux. La miss nous fait partager avec talent son opinion sur une flopée de lectures diverses et variées. Ici aussi les romans cotoient les mangas et cette alternance est plus que sympathique! Vous ne me croyez pas ? Allez voir et saluer la plume de cette jeune libraire!

blog Lizouzou.jpg

Les petits livres de Lizouzou, blog de Lizouzou comme c'est écrit ^^ : Lizouzou elle lit de tout (ça rime!) et c'est pour mon plus grand plaisir parce qu'en passant par chez elle, il y a matière à de nombreuses découvertes. Son métier, j'en rêverais parce qu'il joint l'utile à l'agréable (enfin, moi je le vois ainsi). A Lizouzou, un grand merci de nous faire partager aussi bien ses lectures "imposées" ou plaisir. Si vous voulez de la variété et du solide, go!

blog de Anne charlotte.jpg

Speak A Book, le blog de Badineriemoderne & Co' : Anne-Charlotte est une des premières lectrices de mon blog et je l'en remercie car cela m'a encouragée à continuer :) Alors, alors qu'avons-nous ici? Après le blog entre copines, le blog familial! Eh oui Anne-Charlotte cède parfois la place à son daddy pour nous livrer leurs avis. Si A-C a des lectures qui portent sur divers genres (contemporain, thriller, policier, bd), le daddy lui est plus porté sur le thriller et polar. Mais cette diversité et ce blog à 4 mains est intéressante à plus d'un titre. Moi qui aime les thrillers j'y trouve toujours de bonnes idées :) Si vous êtes tout aussi adepte que moi, foncez!

 

blog de Stéphanie.jpg

Plaisir de lire, le blog de Stéphanie : un blog découvert au détour des suivis de copines sur Livraddict. Je me retrouve souvent dans les avis de Stéphanie lorsque nous sommes amenées à avoir lu le même livre. C'est souvent exprimé avec des mots percutants et qui me touchent particulièrement. Si vous aimez les billets qui sont écrits avec le coeur c'est par là.

blog Felina.jpg

Lilly's Books, le blog de Felina : quand le blog d'une amie vous conduit à un autre blog, ça peut donner lieu à de belles rencontres. Lilly's Books en est une! Ce que j'aime ici c'est la diversité non pas forcément dans les lectures (c'est le cas pourtant!) mais la vie du blog. Entre les "C'est lundi que lisez-vous?" les "livra'deux pour Pal'Addict" et "les choix du Chapelier fou", c'est animé et ça donne des idées. Sans compter sur les 'tites phrases de choix que Felina nous dégotte dans ses lectures et qui sont à la fois de bonnes illustrations du livre et de bons moments de rire ou sourire. Amusez-vous!

blog de Reveline.jpg

Ladelyrante, le blog de Reveline : je salue ici une boulimique du livre. Je crois n'avoir jamais vu une personne enchaîner autant de chroniques à une telle vitesse. Chaque mois ses bilans me laissent sur le popotin (et heureusement qu'il est rembourré!). Pour les passionnés de littérature Fantasy mais pas que! De très belles chroniques, bien argumentées, explicites et bien écrites. S'il vous plaît, ne pas y aller ce serait gâcher!


Et voilà mon petit tour des blogs amies est fini. J'espère vraiment que vous prendrez plaisir à les découvrir car ce sont des perles. Cet avis est subjectif mais qui sait peut être le partagerez-vous aussi? :)

Mes amies blogueuses, merci pour le plaisir que vous me donnez à vous lire, pour les envies, les sourires, les éclats de rire et on se retrouve toujours sur LA pour prolonger les échanges !

Pas de jalousie, d'autres suivront! (j'en ai déjà en tête...)


02/11/2012

Le destin miraculeux d'Edgar Mint - Brady Udall

le destin miraculeux d'edgar mint,brady udall,tête écrabouillée,enfantnmiracle,hôpital,pensionnat,dieu m'a donné la foi puis me l'a reprise,roman initiatiqueY a pas marqué La Poste!

"Tu as quelque chose de spécial en toi, Edgar, un destin à accomplir."

Le destin miraculeux d'Edgar Mint nous raconte un pan de vie, celui du jeune Edgar Mint, petit garçon métissé (de mère indienne alcoolique et d'un aspirant cow-boy blanc qui n'assumera pas sa paternité) ayant survécu à l'écrasement de son crâne par la jeep du facteur à l'âge de 7 ans. De la réserve apache de San Carlos où il vivait avec Grand mère Paule après que sa mère l'ait abandonné, en passant par l'hôpital Ste Divine de Globe où il rencontrera quelques personnages hauts en couleur qui le suivront dans son évolution de manière plus ou moins pressante et bienveillante, jusqu'au pensionnat Willie Sherman, véritable enfer pour petits indiens rebelles et/ou orphelins où, entre souffre-douleur et amitié à la vie-à la mort, le petit Edgar perdra son innocence et sa naïveté ; l'Edgar adolescent trouvera la foi et sera ensuite placé chez une famille mormone, les Madsen de Richland. Mais, comme si chaque havre de paix trouvé lui était interdit, Edgar devra s'arracher à cette famille aimante et poursuivre son chemin avec pour ultime but retrouver le facteur qui lui avait roulé dessus et le libérer de sa culpabilité. Sa quête s'achèvera devant une porte à Stony Run, porte qui une fois entrouverte lui révèlera ce passé oublié d'avant ses 7 ans, avant que sa tête soit écrabouillée. La boucle sera ainsi bouclée.

Udall comme Irving avec Une prière pour Owen a su complètement me saisir par cette histoire. Deux auteurs américains différents, deux destins d'enfant différents et, si Irving a poussé plus loin dans l'histoire d'Owen pour nous raconter aussi sa vie d'homme, Udall s'est lui arrêté aux marches de celle d'Edgar nous laissant tout juste entrevoir ce qu'elle serait. J'ai ressenti à la lecture de ce roman ce que j'avais ressenti à l'époque de ma lecture du roman d'Irving, une profonde immersion dans l'histoire, une profonde empathie pour cet enfant. Un flot d'émotions qui me balayaient au fil des pages. Tantôt navigant en eaux tumultueuses, parfois en eaux paisibles, souvent en eaux troubles. Scrutant pages après pages cet horizon inquiétant qui se profilait pour Edgar, craignant de le voir englouti jusqu'à ce qu'enfin le livre se referme. Jamais je n'ai cédé à l'ennui. Ce roman, je le sais, va profondément me marquer comme cela avait été le cas pour celui d'Irving. Je me sens encore toute remplie de ces émotions qui m'ont traversée de part en part : sourire, rire, larmes, appréhension, révolte. A la fois tendre et dur, drôle et triste, doux mais horrible Le destin miraculeux d'Edgar Mint est un roman à vivre qui prend aux tripes!

Certains pourraient être gênés par le procédé de narration employé, alternance entre la voix d'Edgar "je" et la voix à la troisième personne "Edgar..." Peut-être un fait-exprès, fragmentation de l'esprit d'Edgar qui se regarde agir et tape noir sur blanc sa vie à la machine à écrire en nous la donnant parfois à lire. Udall montre au travers de ce destin d'enfant métis qui vient croiser d'autres destins aussi tragiques que le sien, toute la misère humaine d'une Amérique profonde avec ses minorités indiennes, ses êtres en perdition, blessés de la vie, mais qui toujours gardent en eux une forme de foi. Ce roman ne serait rien sans certains personnages. Je songe au Dr Pinkley, à Art, à Jeffrey, au directeur Whipple, à Nelson et Dents pourries, à Cecil, à la famille Madsen, à Rosa...

Extrait d'un passage qui m'a bouleversée parce qu'il sonne tellement juste, parce qu'il a aussi trouvé une résonance en moi :

"J'empoignai ma chemise et essayai en vain de la déchirer. Depuis l'instant où nous avions quitté le centre de détention, je ne cessai de prier, suppliant Dieu d'effacer tout ce que la femme avait dit à Clay. Dans la cabine du pick-up, puis en longeant les couloirs interminables de l'hôpital, j'avais conclu des marchés, promettant à Dieu de ne plus jamais pêcher s'il faisait en sorte que ce soit une erreur, un mensonge, un malentendu. J'aurais voulu avoir ma machine à écrire pour mettre mes promesses noir sur blanc afin qu'elles prennent un caractère définitif. Les mots que je murmurais dans le secret de mes paumes disparaissaient sitôt franchi le seuil de mes lèvres, mais je continuais quand même à les dire avec toute la foi que je puisais en moi : Je T'en supplie, je ferais n'importe quoi, je donnerais n'importe quoi pour que ce ne soit pas vrai, je T'en supplie. Mais il était bien là, la mort inscrite sur tout son corps en lignes d'ombre et de lumière. [...] Je voulais pleurer, rire ou crier, protester, mais les os et les muscles tétanisés, je me tenais là, tremblant de rage, tandis que bruissait le sac de Dum Dum serré dans mon poing.

En un instant, les minuscules flammes de croyance et d'espoir que j'avais allumées dans cette pièce s'éteignirent, ne laissant dans ma poitrine qu'un désir calciné, froid comme des cendres. Je voulais tuer le Dieu qui avait fait cela à [...], qui m'avait fait cela à moi. Il pouvait peut-être me pardonner d'avoir voler, me pardonner tous mes autres pêchés, mais moi, je ne LUI pardonnerais jamais cela."

 

Je remercie Soundandfury de m'avoir permis de découvrir cet auteur dont maintenant j'ai une terrible envie de lire les autres oeuvres! Une lecture pour une LC particulière : échanges autour du livre, lecture à une voix - la mienne ou la sienne - même si j'avoue que j'ai ensuite monopolisé le livre parce que j'ai adoré ça lire à voix haute pour quelqu'un, mais j'ai aimé écouter aussi ^^. Je disais donc lecture à une voix pour 4 oreilles (vive les nouvelles technologies qui permettent ce type d'échange à distance!). Retrouvez ici son avis (n'hésitez pas, c'est un billet avec des mots qui sonnent très justes) :)